21 novembre 2017

Jean- Baptiste de Panafieu , Etienne Lécroart L’homme est-il un animal comme les autres ? » Ed la ville brûle , 61 pages Lu par Valérie Ronceray

Jean- Baptiste de Panafieu,  Etienne Lécroart  L’homme est-il un animal comme les autres ? »  Ed la ville brûle , 61 pages Lu par Valérie Ronceray

« L’ homme est- il un animal comme les autres ?» est un petit livre sur l’origine des humains  destiné aux jeunes adolescents . Il est écrit par Jean-Baptiste de Panafieu agrégé de sciences naturelles et le texte est complété par des  illustrations d' Etienne Lécroart .
       A l’origine de l’espèce humaine  il y a un  groupe d’hominidés (groupe zoologique qui réunit les chimpanzés, les orangs-outangs, les bonobos et les hommes)  qui a connu une évolution distincte des autres. Il est faux de dire que nous descendons du singe ,d’ailleurs il n’existe pas UN singe,  mais nous avons gardé des points communs avec l’ensemble des singes comme nos pouces opposables et nous avons quelques similitudes morphologiques avec nos plus proches cousins, les chimpanzés communs et les chimpanzés nains (les bonobos) : la fusion de deux os du palais. Par ailleurs,  les chimpanzés et les bonobos ont  un patrimoine génétique commun avec l’homme à près de 99 %. L’homme fait donc partie de la famille des hominidés, au même titre que les gorilles, les chimpanzés et nous  avons un ancêtre commun avec les chimpanzés dont nous nous sommes séparés il y a environ 7 millions d’années.  Cette séparation n ‘a pas été brutale :  les premiers hommes , les homo habilis n’étaient pas très différents d’ autres hominidés contemporains à tel point qu’il est parfois difficile de dire qu’un crâne fossile appartient à telle espèce d’hominidés ou à telle autre.   Au cours de l’évolution certaines espèces ont acquis de nouveaux organes, de nouvelles capacités : les descendants de l’homo habilis, l’ homo erectus (qui a formé en Europe l’homme de Neandertal) possèdent un plus gros cerveau et l’homo sapiens a commencé à dessiner sur les parois. Mais, si le cerveau de l’homme  a évolué, sa main est semblable à celle des singes d’il y a 50 millions d’année et  notre corps garde des traces de notre lointain passé : notre coccyx rappelle, par exemple,  la queue de nos ancêtres.    

https://images-na.ssl-images-amazon.com/images/I/61572hV8ZCL._SX355_BO1,204,203,200_.jpg

 

Lire la suite...

16 novembre 2017

Stanley Cavell, A la Recherche du Bonheur. Hollywood et la comédie du remariage, Vrin, lu par Antoine Hazard

Stanley Cavell, A la Recherche du Bonheur. Hollywood et la comédie du remariage, Vrin, juin 2017, lu par Antoine Hazard.

Vingt-cinq ans après sa première parution française, la réédition d’A la Recherche du Bonheur de Stanley Cavell ressuscite un sous-genre du cinéma hollywoodien, ayant fait florès dans les années 1930, sous le nom de « comédie loufoque » (ou screwball comedy). Ces films ont pour thème commun la rupture, le divorce et le remariage. Ils mettent en scène un couple se disputant à coup de répliques piquantes, évoluant dans des décors luxueux dignes du rêve américain. L’auteur de La Philosophie des salles obscures (1), cinéphile averti et philosophe du langage ordinaire, inspiré de Wittgenstein et d’Austin, nous replonge dans l’expérience filmique de ce genre qu’il rebaptise plus spécifiquement de « comédie du remariage », et qu’il considère comme étant « le noyau central de la comédie hollywoodienne à partir de l’avènement du son »(2).

Lire la suite...

14 novembre 2017

Gilbert Larochelle, Françoise Courville, La course à la performance, Beauchesne, 2016, lu par Gilles Barroux

Gilbert Larochelle, Françoise Courville, La course à la performance, Beauchesne, 2016, lu par Gilles Barroux.

Parmi les grandes thématiques contemporaines qui se situent à l’intersection de plusieurs champs disciplinaires – éthique, médecine et sciences, épistémologie, sociologie sans oublier la philosophie – figure en bonne place la performance, terme non exempt de fortes et sensibles ambivalences. La performance désigne en un sens un parcours de progression, individuel ou collectif, un projet, une ascension, mais aussi l’obsession de toujours plus : plus haut, plus loin, plus vite. Aurait-on affaire à l’histoire d’un processus de corruption d’une notion au départ noble et digne mais, au fur et à mesure des évolutions de nos sociétés, imprégnée d’exigences produites par une vision du monde avec comme seul et unique curseur le court terme ?

Lire la suite...

07 novembre 2017

Dans les parages de Nicolas de Cues : trois lectures de Jocelyne Sfez

Exceptionnellement, nous publions trois recensions portant sur la pensée de Nicolas de Cues : le lecteur pourra ainsi se faire une idée plus précise de l'oeuvre du philosophe de la Renaissance. Nous remercions vivement Jocelyne Sfez pour ce travail riche et substantiel.

 

Federici Vescovini Graziella, Nicolas de Cues. L’homme, atome spirituel, Paris, Vrin, « Bibliothèque des philosophies », 2016.

Participation et vision de Dieu chez Nicolas de Cues (éd. Isabelle Moulin), Paris, Vrin, « Publications de l’Institut d’études médiévales de l’Institut catholique de Paris », 2017.

L’humilité chez les mystiques rhénans et Nicolas de Cues (éd. Marie-Anne Vannier), Paris, Beauchesne, « Mystiques chrétiens d’Orient et d’Occident », 2015.

Lu par Jocelyne Sfez

Les toutes dernières années, nous avons vu fleurir en langue française les ouvrages consacrés à Nicolas de Cues, ce grand penseur du XVe siècle. Si, depuis la réception de l’ouvrage d’Ernst Cassirer, Individu et cosmos à la Renaissance, tout public francophone un tant soit peu cultivé connaît au moins de nom ce cardinal philosophe, son immense œuvre philosophique et théologique, aux ramifications métaphysiques, scientifiques et épistémologiques, morales et politiques, est restée longtemps cachée derrière une seule et mauvaise traduction de la Docte ignorance (1440). C’est une chose curieuse si l’on veut bien se rappeler que l’édition de Paris, publiée sous la direction de Lefèvre d’Étaples dès 1514, a été l’édition de référence jusqu’à la publication de l’édition scientifique et critique, initiée, entre autres, par Raymond Klibansky dans les années 30 à l’Académie des sciences de Heidelberg, et aujourd’hui achevée.

Lire la suite...

03 novembre 2017

Marc Jimenez, Art et technosciences. Bioart et neuroesthétique, Klincksieck 2016, lu par Olivier Koettlitz

Marc Jimenez,  Art et technosciences. Bioart et neuroesthétique, Klincksieck, 2016, collection «50 questions». Lu par Olivier Koettlitz.

jim.jpg
 

Qu’il devait être doux le temps où régnait une séparation bien étanche entre les formes d’activité des hommes. Chacun devait avoir son territoire, avec sa cartographie propre, et tous devaient en bonne intelligence communiquer les résultats de leurs recherches aux autres, faire profiter autrui des progrès ou des bienfaits laborieusement acquis, non certes sans quelque suffisance ou auto-satisfaction bien légitime.

Lire la suite...

Cyrulnik, de Fontenay & Singer, Les animaux aussi ont des droits, Seuil 2013, lu par Laurence Harang

B. Cyrulnik, É. de Fontenay, P. Singer, Les animaux aussi ont des droits, Seuil, mai 2013.

cyrulnik.jpg
 

Le titre du livre semble affirmer le caractère évident des droits des animaux : si en effet l’homme a des droits en vertu de sa nature, l’animal de fait a des droits « aussi » !

 

 

 

Lire la suite...

01 novembre 2017

Baptiste Morizot, Pour une théorie de la rencontre. Hasard et individuation chez Gilbert Simondon, Vrin 2016, lu par Thierry de Toffoli

Baptiste Morizot, Pour une théorie de la rencontre. Hasard et individuation chez Gilbert Simondon, Éditions Vrin, 2016 (245 p.), lu par Thierry de Toffoli.

 

mor.jpg
 

L’ambition du présent ouvrage n’est pas de nous offrir une lecture exégétique et exhaustive d’un des ouvrages phares de Gilbert Simondon (L’individuation à la lumière des notions de forme et d’information). Il s’agit plutôt de proposer un travail de recherche s’inscrivant dans le prolongement des thèses simondoniennes. Plus précisément, l’auteur enracine sa réflexion dans le texte même de Simondon, avec précision, mais aussi cette distance minimale nécessaire pour l’examiner sous une autre perspective afin d’y débusquer un élément ignoré jusque-là, mais qui pourtant serait exigé par les thèses mêmes de Simondon : le hasard. « Oublié » par Simondon dans son effort pour en réfuter les formes classiques, il s’avère cependant incontournable lorsqu’il s’agit de penser dans toutes ses dimensions et conséquences le processus d’individuation. Ainsi, il est manifeste que l’ouvrage s’adresse d’abord au lecteur averti, même si, par son effort pédagogique et ses nombreuses reprises il constitue une manière d’entrer dans la lecture du philosophe. En mesurer la portée, l’effort de relecture, parfois critique, ou encore la fécondité dans la confrontation à d’autres thèses, implique cependant d’être familier de l’œuvre source.

Lire la suite...

Xavier Roth, Georges Canguilhem et l'unité de l'expérience. Juger et agir 1926-1939, Vrin 2013, lu par Thibault Clément

Xavier Roth, Georges Canguilhem et l'unité de l'expérience, Juger et agir, 1926-1939, Librairie Philosophique J. Vrin, « L'Histoire des Sciences - Textes et Études », 2013. 250 p.

 

cangui.jpg
 

Nous voudrions commencer par indiquer ce qui, pour un professeur de philosophie, pourrait être à l’initiative de la lecture de ce livre. Pour ce faire, nous tenons à citer l’ « avertissement » que Georges Canguilhem et son collègue Camille Planet donnent en 1939 à leur Traité de logique et de morale : « Un recueil de renseignements et d’opinions disparates peut former, s’il est habilement ordonné, un travail documentaire utile, et à ce titre prendre quelque valeur didactique ; mais il ne donnera qu’une idée lointaine de la réflexion philosophique.

Lire la suite...

31 octobre 2017

Richard Dawkins, Le gène égoïste (1976, 1989), lu par Sylvain Bosselet

Richard Dawkins, Le gène égoïste (1976, 1989), Odile Jacob, 2013, lu par Sylvain Bosselet.

dawkins.jpg
 

Cet ouvrage de (philosophie de la) biologie a largement dépassé l’audience des spécialistes et étudiants, pour atteindre les « profanes », que son auteur vise en préface comme troisième type de public. Il s’est vendu à plus d’un million d’exemplaires, traduit en 25 langues. Richard Dawkins, biologiste, éthologiste et théoricien de l’évolution, y présente trois de ses principales théories : 1/ la sélection naturelle interprétée du point de vue du gène (dit « égoïste »), qu’il appelle un « néodarwinisme orthodoxe » ; 2/ sa transposition sur le plan mental avec la notion de « mème » ; 3/ le concept de « phénotype étendu ».

Lire la suite...

Cherlonneix (dir.), Nouvelles représentations de la vie en biologie et philosophie du vivant, lu par Cyril Gayet

Laurent Cherlonneix (dir.), Nouvelles représentations de la vie en biologie et philosophie du vivant. La sculpture du vivant à l’épreuve de l’interdisciplinarité, , avec la participation de Jean Claude Ameisen, éditions De Boeck, avril 2013. 

cherlonneix.jpg
 

Ce livre regroupe un ensemble de contributions écrites à l’occasion d’un séminaire interdisciplinaire sur le thème du vivant, dirigé par Laurent Cherlonneix. Son objet principal est d’évaluer la pertinence et la portée de l’idée de « mort cellulaire programmée » pour une nouvelle pensée de la vie. 

Lire la suite...

30 octobre 2017

Huneman, Heams, Lecointre & Silberstein (dir.), Les mondes darwiniens, Éditions Matériologiques 2011, lu par Sylvain Bosselet

Philippe Huneman, Thomas Heams, Guillaume Lecointre, Marc Silberstein (dir.), Les mondes darwiniens, Paris, Éditions Matériologiques, 2011, lu par Sylvain Bosselet.

darwin.jpg
 

Ce livre est une somme de près de 1600 pages sur le darwinisme contemporain, par cinquante des meilleurs spécialistes francophones. Nous proposons dans cette première recension de résumer l’introduction, la préface et la première partie intitulée « Les notions » (chapitres 1 à 9).

Lire la suite...

Debru, Morange & Worms (dir.), Une nouvelle connaissance du vivant, lu par David Lebreton

Recueil d'articles établi sous la direction de Claude DEBRU, Michel MORANGE et Frédéric WORMS, Une nouvelle connaissance du vivant - François JACOB, André LWOFF et Jacques MONOD, avec un avant-propos de Pierre NORA, Éditions Rue d'Ulm (Les rencontres de Normale Sup'), 2012. 

debru.jpg
 

Ce recueil, assez bref (environ 110 pages), entend revenir sur un fait marquant de l'histoire intellectuelle et scientifique au XXème siècle : la publication, concentrée sur deux années (1969 et 1970), des ouvrages des trois biologistes récipiendaires du Prix Nobel de 1965 : L’Ordre biologique, d'André LWOFF, La Logique du vivant de François JACOB et Le Hasard et la nécessité de Jacques MONOD. Les huit articles réunis dressent le bilan de l'impact de ce qui est décrit comme un « moment biologique » en envisageant successivement les différents aspects de cette postérité (contexte scientifique, culturel, philosophique ou encore politique et idéologique).

Lire la suite...

21 octobre 2017

Bonnes vacances à tous

L'équipe de l'Œil de Minerve vous souhaite à tous de bonnes vacances d'automne.

Lire la suite...

12 octobre 2017

Thierry Ménissier, Machiavel. Ombres et lumières du politique, Ellipses 2017, lu par Éric Delassus

Thierry Ménissier, Machiavel. Ombres et lumières du politique, Éditions Ellipses 2017, lu par Éric Delassus.

menissier.jpg
 

Si cet ouvrage de T. Ménissier peut apparaître comme une introduction à la lecture de Machiavel, il ne s’y réduit pas. Composé d’une analyse et d’une présentation des principales idées qui traversent cette œuvre, ainsi que d’un corpus de textes auxquels l’auteur renvoie régulièrement, puis d’un glossaire, son objectif principal, son titre l’indique, est d’interroger le paradoxe qui traverse l’œuvre de Machiavel et qui tient en ce que tout en éclairant les relations entre les hommes, elle les assombrit au point que leur intelligibilité semble parfois nous échapper.

Lire la suite...

10 octobre 2017

Bergson, Histoire de l’idée de temps, PUF 2016, lu par Thierry de Toffoli

Henri Bergson, Histoire de l’idée de temps - Cours au Collège de France 1902-1903, publié sous la direction scientifique de Frédéric Worms, présenté par Camille Riquier, 393 p., PUF 2016, lu par Thierry de Toffoli.

bergson.jpg
 

Bergson, par voie testamentaire, avait formellement interdit toute publication autre que l’œuvre philosophique. Vœu pieux comme nous le savons puisque lettres, notes manuscrites et cours ont déjà été abondamment publiés. Et l’entorse aux dernières volontés de notre philosophe est appelée à se poursuivre puisque l’ouvrage que nous présentons est le premier d’une nouvelle série de cours à paraître aux Presses Universitaires de France.

Lire la suite...

- page 1 de 33