Philosophie politique

Fil des billets

12 mars 2021

Jean-Marc Narbonne, Démocratie dans l'Antigone de Sophocle, Vrin 2021

"A propos d'Antigone tout est dit et l'on vient trop tard", écrivait Nicole Loraux en 1986.

Jean-Marc Narbonne, professeur de philosophie antique à l'Université Laval de Québec, a relevé le défi, et fait paraître ces jours-ci une relecture passionnante de l'Antigone de Sophocle. Il met l'accent, non sur l'opposition éthique entre les lois de Créon et d'Antigone, mais sur le conflit politique entre Créon et son fils Hémon, entre le pouvoir du tyran et la parole des démocrates.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite...

11 mars 2021

Jean-Marc Narbonne, Sagesse cumulative et idéal démocratique chez Aristote, Vrin 2021

Professeur de philosophie antique à l'Université Laval de Québec, titulaire de la Chaire Antiquité critique et Modernité émergente, Jean-Marc Narbonne publie une analyse de l'idéal démocratique chez Aristote.

On se souvient que c'est à l'occasion de la réflexion politique d'Aristote que Léon Robin avait autrefois reproché au Stagirite deux vices opposés, "un empirisme étroit et une abstraction trop ample", préférant à La Politique d'Aristote "la force et la richesse" des Lois de Platon. Jean-Marc Narbonne discerne au contraire dans la substance de la philosophie politique d'Aristote la semence de nos pratiques et de nos théories les plus actuelles de la démocratie.

 

Lire la suite...

09 mars 2021

Isaiah BERLIN, Le Hérisson et le renard. Essai sur la vision de l’Histoire de Tolstoï, Belles Lettres 2020, lu par Anthony Dekhil

Le Hérisson et le renard. Essai sur la vision de l’Histoire de Tolstoï est un texte d’Isaiah Berlin initialement publié en 1953. Sa réédition par Les Belles Lettres, dans la collection “Le goût des idées”, accompagnée d’une préface de Mario Vargas Llosa, permet de découvrir les vues originales de l’historien des idées sur la littérature russe.

Lire la suite...

12 juillet 2019

Franck Varenne, Théorie, réalité, modèle. Matériologiques 2012, lu par Arnaud Rosset

Franck Varenne, Théorie, réalité, modèle. Épistémologie des théories et des modèles face au réalisme dans les sciences, Éditions matériologiques, 2012 (259 pages). Lu par Arnaud Rosset.

 

Cet ouvrage vise à rendre compte des circonstances dans lesquelles l'évolution de la physique a amené le retour d'un questionnement sur le réalisme scientifique et à mettre en valeur la façon dont la valorisation récente des modèles, saisis comme des représentations intermédiaires entre la théorie et les données de l'expérience, a permis de réorienter ce questionnement.

               The purpose of this book is to report on the circumstances in which the evolution of physics brought about a reexamination of scientific realism and to highlight how the recent valorisation of models, as intermediate representations between theory and data, redirects this reexamination.

Lire la suite...

09 avril 2019

Michel Chabot, Réflexion sur Qu’est-ce que les lumières ?, Bréal 2017, lu par Eric Delassus

Michel Chabot, Réflexion sur Qu'est-ce que les Lumières ? de Kant, collection Réflexions (im)pertinentes, éditions Bréal, 2017 (158 pages). Lu par Éric Delassus.

 

Loin d’être un commentaire de l’opuscule de Kant, le livre de M. Chabot se veut être une réflexion sur notre situation contemporaine à partir de la pensée de Kant.

Lire la suite...

24 juillet 2018

Sébastien Roman, Nous, Machiavel et la démocratie, CNRS 2017, lu par Bertrand Vaillant

71SIw56nt3L.jpg
 

Sébastien Roman, Nous, Machiavel et la démocratie, C.N.R.S. 2017, collection PHIL (350 pages). Lu par Bertrand Vaillant.

Machiavel peut-il nous aider à penser la société démocratique et libérale dans laquelle nous vivons, société qu’il n’a ni connue ni même imaginée ? C’est la question à laquelle l’ouvrage de Sébastien Roman, inspiré de sa thèse soutenue en 2011, entend proposer une réponse affirmative.

Lire la suite...

23 juillet 2018

Crystal Cordell Paris, La philosophie politique, Ellipses 2013, lu par Jean-Pierre Delange

51Gupo_N7sL.jpg
 

Crystal Cordell Paris. La philosophie politique, collection Apprendre à philosopher, Ellipses, mai 2013 (224 pages). Lu par Jean-Pierre Delange.

La philosophie politique, longtemps enseignée à l’Université avec la philosophie morale, est parfois identifiée avec la science politique, laquelle souffre des inévitables maux consécutifs de l’inexorable spécialisation des sciences humaines, au premier rang desquelles la sociologie.

Lire la suite...

23 janvier 2018

Pascal Charbonnat, Les inégalités économiques et leurs croyances, Editions matériologiques, 2016, lu par Arnaud Rosset

http://materiologiques.com/186-thickbox_default/les-inegalites-economiques-et-leurs-croyances.jpg Pascal Charbonnat, Les inégalités économiques et leurs croyances, Editions matériologiques, Paris, 2016

L'auteur cherche à montrer que le principal obstacle à la lutte contre les inégalités économiques ne réside pas dans des raisons objectives, mais trouve son origine dans un ensemble de croyances contradictoires partagées par tous ceux qui affichent leur volonté de lutter contre l’inégalité sociale tout en restant impuissant à le faire.

The author seeks to show that the main obstacle in the fight against economic inequalities lies not in objective reasons, but originates in a set of contradictory beliefs shared by all those that demonstrate a certain willingness to fight against social inequality while remaining powerless to do so.

Lire la suite...

12 janvier 2018

Johann Chapoutot, La révolution culturelle nazie, Paris, NRF, Gallimard, 2017, 282 pages, lu par Bruno Hueber

 

Voici un titre qui, venant après deux autres ouvrages parus chez le même éditeur, Le National-Socialisme et l’antiquité (2008) et La loi du sang : penser et agir en nazi (2014), ne laissera pas, dès lors que l’on songe quelque peu à ses attendus, de devoir inquiéter un lecteur trop accoutumé aux délices de la pensée « positive ». En l’occurrence, si l’on pouvait craindre d’avoir affaire là à la énième publication sur la question nazie, dans laquelle un auteur, sans révélations essentielles, rassemblant des études déjà publiées dans différentes revues, en reprenant quelques vérités établies, dates, chiffres, ou séquences factuelles, caparaçonnées dans des évidences éthiques irréfutables, agrémentées de quelques réflexions édifiantes, trahissant chez celui-ci le sentiment, somme toute, sans doute assez plaisant, d’être un archange de la pensée affrontant la bête immonde, sachant aussi susciter chez le lecteur ce petit frisson qui vous susurre que vous êtes à la fois audacieux et du bon côté, le titre lui-même en effet relève d’un programme d’interprétation du phénomène que l’on ne saurait négliger.

Lire la suite...

12 octobre 2017

Thierry Ménissier, Machiavel. Ombres et lumières du politique, Ellipses 2017, lu par Éric Delassus

Thierry Ménissier, Machiavel. Ombres et lumières du politique, Éditions Ellipses 2017, lu par Éric Delassus.

menissier.jpg
 

Si cet ouvrage de T. Ménissier peut apparaître comme une introduction à la lecture de Machiavel, il ne s’y réduit pas. Composé d’une analyse et d’une présentation des principales idées qui traversent cette œuvre, ainsi que d’un corpus de textes auxquels l’auteur renvoie régulièrement, puis d’un glossaire, son objectif principal, son titre l’indique, est d’interroger le paradoxe qui traverse l’œuvre de Machiavel et qui tient en ce que tout en éclairant les relations entre les hommes, elle les assombrit au point que leur intelligibilité semble parfois nous échapper.

Lire la suite...

19 juillet 2017

John Stuart Mill, Sur le Socialisme, Belles Lettres 2016, lu par Jean-Baptiste Bertin

John Stuart Mill, Sur le Socialisme, trad. Michel Lemosse, bibliothèque classique de la liberté, Les Belles Lettres, Paris, 2016.

15450.jpg
 

En début d’année, les éditions Les Belles Lettres ont publié la première traduction française d’On Socialism, bref texte posthume paru en 1879, 6 ans après la mort de John Stuart Mill, qui regroupe les notes rédigées à partir de 1869 par le philosophe anglais en vue d’un ouvrage de fond sur le sujet, qu’il n’aura pas le temps de terminer. Entre notes de lecture et ébauches de chapitres, qu’il aurait sans doute éditées, cet « essai » n’en constitue pas moins une lecture consistante et profitable encore aujourd’hui, grâce à la clarté stylistique et conceptuelle et à la probité intellectuelle de Mill. Il analyse avec lucidité les méfaits de la société capitaliste tout en parvenant à prévoir les risques politiques et économiques associés au socialisme.

Lire la suite...

17 juillet 2017

Catherine Kintzler, Penser la laïcité, Minerve 2014, lu par Anne Beilin

Catherine Kintzler, Penser la laïcité, Minerve, 2014 (220 p.). Lu par Anne Beilin.

index.jpgSignataire en 1989 de la Lettre ouverte à Lionel Jospin qui demandait l'interdiction des signes religieux au sein de l'école publique, Catherine Kintzler n'a cessé depuis de prendre la laïcité comme objet philosophique. Elle approfondit ici bien des points développés dans son précédent ouvrage, Qu'est-ce-que la laïcité?, publié en 2007.  Le positionnement de l'auteur est bien connu : il n'est ni nécessaire ni souhaitable de « toiletter » la laïcité et d'y apposer un adjectif  – « ouverte », « apaisée », « raisonnable », «positive ». La laïcité se suffit à elle-même, à condition toutefois d'en penser le concept de manière à ce qu'il livre toutes ses propriétés et ses effets. L'ambition de Catherine Kintzler est de poursuivre ici une saisie philosophique du concept, qui permette d'éclairer les problèmes contemporains dans leurs aspects concrets.

Lire la suite...

14 juillet 2017

Pierre Rosanvallon, Le bon gouvernement, Seuil 2015, lu par Bruno Hueber

Pierre Rosanvallon, Le Bon gouvernement, Seuil, collection Les Livres du nouveau monde, 2015. Lu par Bruno Hueber.

ros.jpg
 

Le terme de démocratie, on le sait, est un de ces signifiants flottants ou de ces termes qui donnent lieu depuis longtemps à une véritable guerre des mots. Un mot, donc, pour un idéal de société émancipatrice s'il en est, qui saurait conjoindre de façon satisfaisante les libertés publiques et individuelles, une certaine justice économique et sociale ainsi qu'une prospérité raisonnable, un mot aussi malheureusement trop souvent alibi, masque ou slogan de toutes les déclarations politiciennes les plus creuses ou les plus prudentes voire des décisions les plus cyniques, un mot enfin affirmant un principe, pour ne pas dire un paradigme, celui de la souveraineté du peuple, entérinant ainsi la même égalité de dignité et de droits fondamentaux pour tous ; la démocratie est bien un mot-valise, qui ne prend son sens véritable que par la connaissance de l'histoire dans laquelle il se déploie, et de celle qu'il contribue à construire en retour par sa valeur d'idéal régulateur, ou d'horizon de normalité des sociétés modernes.

Lire la suite...

12 juillet 2017

Michel Villey, La Nature et la Loi. Une philosophie du droit, éditions du Cerf, lu par Laurent Gryn

Michel Villey, La Nature et la Loi. Une philosophie du droit, éditions du Cerf, coll. La nuit surveillée. Lu par Laurent Gryn.

serment-jeu-de-paume-detail.jpg
 

Le volume intitulé La nature et la loi rassemble une série d’études qui donne une bonne perception  de la pensée de M. Villey. Nous trouvons dans ces études les deux pôles autour desquels tourne la philosophie du droit de l’auteur. Une critique de la pensée et de la pratique du droit contemporain, incluant une critique des  droits de l’homme, et une réflexion sur le droit naturel classique que l’on retrouve, selon l’auteur, chez Aristote et Thomas d’Aquin. Il ne s’agit évidemment pas pour l’auteur de revenir purement et simplement à Aristote, Thomas d’Aquin ou au droit romain, mais d’extraire de la lecture des classiques et de la pratique des jurisconsultes romains une méthode destinée à éviter les apories auxquelles mènent les droits de l’homme.

   

Lire la suite...

10 juillet 2017

Jean-Baptiste HENNEQUIN, Machiavel pour mon fils, Actes Sud 2015, lu par Béatrice Allouche-Pourcel

hennequin.jpg
 

Dans ce premier essai de Jean-Baptiste HENNEQUIN, c'est en tant que père que l'auteur choisit Machiavel comme anti-modèle pour son fils. S'adressant à son enfant devenu imperceptiblement un jeune adulte, il lui montre comment un penseur florentin du seizième siècle peut l'aider à naviguer sans sombrer dans l'époque chaotique qui est la nôtre.

 

           

Lire la suite...

- page 1 de 6