Mot-clé - libéralisme

Fil des billets

17 janvier 2017

Michael J. Sandel, Justice, Albin Michel, 2016, lu par Marie-Christine Ibgui

Pour le professeur de philosophie, la réflexion de M. J. Sandel présente le mérite de s'appuyer sur de nombreux exemples, pour prendre la mesure de la difficulté à résoudre certains problèmes d'ordre moral. Le choix de cas précis et concrets lui permet ainsi de déployer progressivement sa propre conception de la justice, en montrant qu'elle apporte des solutions que les autres théories, dominant actuellement aux États Unis, ne lui semblent pas fournir. A une dimension pédagogique s'ajoute donc la dimension polémique de cet ouvrage, qui offre une synthèse passionnante des débats actuels sur la justice.

Lire la suite...

23 février 2016

Jean-Fabien Spitz, Le mythe de l’impartialité. Les mutations du concept de liberté individuelle dans la culture politique américaine (1870-1940), Puf, 2014 Lu par Jonathan Racine


Chers lecteurs, chères lectrices, 

 

Les recensions paraissent et disparaissent très vite ; il est ainsi fort possible que certaines vous aient échappé en dépit de l'intérêt qu'elles présentaient pour vous. Nous avons donc décidé de leur donner, à elles comme à vous, une seconde chance. Nous avons réparti en cinq champs philosophiques, les recensions : philosophie antique, philosophie morale, philosophie esthétique, philosophie des sciences et philosophique politiques. Pendant cinq semaines correspondant à ces champs, nous publierons l'index thématique des recensions publiées cette année et proposerons chaque jour une recension à la relecture. Au terme de ce temps de reprise, nous reprendrons à notre rythme habituel la publication de nouvelles recensions. 

Recensions de philosophie politique

`Recensions de philosophie antique

Recensions de philosophie morale

Recensions d'épistémologie


Jean-Fabien Spitz, Le mythe de l’impartialité. Les mutations du concept de liberté individuelle dans la culture politique américaine (1870-1940), Puf, 2014 Lu par Jonathan Racine

Avec ce nouvel ouvrage, Spitz poursuit une œuvre de philosophie politique qui possède une cohérence, et dont on peut rappeler rapidement quelques étapes, afin de mieux saisir le projet de cet ouvrage qui s’inscrit manifestement dans la continuité des précédents. Son ouvrage sur La liberté politique est centré en grande partie sur Rousseau ; il est déjà l’occasion d’une discussion sur les deux concepts, libéral et républicain, de la liberté. Dans L’amour de l’égalité, c’est cette même opposition qui est examinée, à travers le prisme du concept d’égalité. Le moment républicain approfondit l’étude de la position républicaine telle qu’elle est développée en France au tournant du 19ème et du 20ème siècle. Enfin, Abolir le hasard se penche plus particulièrement sur les positions de Dworkin, pour discuter des thèses qui prennent au sérieux le problème de l’articulation de l’exigence de justice sociale avec la liberté.

Lire la suite...

05 juillet 2015

Nathalie Maillard, Faut-il être minimaliste en éthique ? Genève, éditions Labor et Fides, 2014, lu par Pierre Landou

N. Maillard, dans un ouvrage ample et précis, traite une question d’éthique normative : « faut-il être minimaliste en éthique ? ». La réponse – négative – qu’elle apporte à cette question est nuancée et argumentée. L’ouvrage Faut-il être minimaliste en éthique ? tient donc la promesse de son titre et de son projet, qui selon l’auteur consiste à « proposer un argumentaire rigoureux sur les questions que [l’éthique minimale] soulève » (p. 22).

Lire la suite...

25 mars 2015

Marie Gaille, Cabanis. Anthropologie médicale et pensée politique, CNRS éditions, Paris, 2014. Lu par Gilles Barroux

   Pour quiconque s’intéresse à l’émergence des Idéologues et à leur histoire marquant la fin du XVIIIe siècle et le début du siècle suivant, la figure de Pierre-Jean-Georges Cabanis (1757-1808), médecin, savant et auteur prolixe, homme politique engagé dans la transformation de son pays, apparaît incontournable, aux côtés d’autres figures comme celle de Destutt de Tracy.

Lire la suite...

25 juin 2014

Marcel Gauchet, La révolution moderne, « L’avènement de la démocratie I », Folio Essais, Gallimard, Paris, 2007. Lu par Christelle Nélaton

La révolution moderne se présente comme la première partie d’un projet de grande envergure autour de « l’avènement de la démocratie ». En quatre volumes, Marcel Gauchet s’attache aux développements les plus récents de la sortie du religieux propre aux sociétés occidentales sous un aspect toutefois particulier, celui de « la consécration du pouvoir des hommes de se gouverner eux-mêmes ».

Lire la suite...

22 janvier 2014

Sophie Guérard de Latour, Vers la république des différences. Presses Universitaires du Mirail, lu par Lucas Scrive

Sophie Guérard de Latour, Vers la république des différences. Presses Universitaires du Mirail : Toulouse,  2009, 305 pages.


Vers la république des différences de Sophie Guérard de Latour est une contribution au débat philosophique sur le multiculturalisme à travers laquelle l'auteur défend la possibilité d'un « multiculturalisme républicain ». 

Lire la suite...

20 décembre 2013

Manuel Cervera-Marzal, Désobéir en démocratie, lu par Irène Pereira

Manuel Cervera-Marzal, Désobéir en démocratie – La Pensée désobéissante de Thoreau à Martin Luther King, Paris, Aux forges de Vulcain, 170 p.

L'ouvrage a pour thème la désobéissance civile. L'auteur distingue trois courants d'analyse philosophique de cette pratique politique : conservateurs, libéraux et désobéissants. Il considère que cette dernière position a été insuffisamment traitée dans la littérature philosophique alors qu'elle se trouve défendue dans les écrits des praticiens de la désobéissance civile. L'ouvrage est consacré pour une bonne part à extraire des méthodes et des écrits de Gandhi et de Martin Luther King, les caractéristiques de la philosophie des désobéissants.


Lire la suite...

02 septembre 2013

Philippe Caumières, Castoriadis: critique sociale et émancipation, éd. Textuel, lu par Baptiste Calmejane

Philippe Caumières, Castoriadis : critique sociale et émancipation, éd. Textuel, 2011

Dans son introduction, Philippe Caumières précise son ambition dans cet ouvrage : contribuer à élargir le public susceptible de s’intéresser à la philosophie de Castoriadis, au-delà « d’un certain cercle d’intellectuels rompus à l’analyse des textes philosophiques ».


Lire la suite...

08 avril 2013

Jean-Claude Michéa, Les mystères de la gauche, Paris, éditions Climats/Flammarion, 2013, lu par Paul Sereni

Jean-Claude Michéa, Les mystères de la gauche, De l’idéal des Lumières au triomphe du capitalisme absolu, Paris, éditions Climats/Flammarion, 2013.

Le dernier texte de Jean-Claude Michéa se veut, à la fois, un texte d’intervention politique, au sens relativement large du terme, et un texte de philosophie politique (ou, si l’on préfère ce mot, d’éthique sociale). 

Lire la suite...

01 avril 2013

Geoffroy de Lagasnerie, La dernière leçon de Michel Foucault, Fayard, 2012, lu par Julien Méresse

Geoffroy de Lagasnerie, La dernière leçon de Michel Foucault, Fayard, 2012.

L’ouvrage de Geoffroy de Lagasnerie vise à comprendre la place de l’idéologie néolibérale dans le système de pensée de Michel Foucault. Ce dernier ne devient pas libéral à la fin de sa vie, comme certaines thèses ont pu le soutenir ; il utilise l’arsenal théorique de l’idéologie néolibérale pour penser à nouveaux frais l’émancipation sociale.

This essay written by Geoffroy de Lagasnerie assesses the importance of Neo-liberalism in Michel Foucault’s late philosophy.  Based on a thorough study of Foucault’s lectures entitled Birth of Biopolitics, the book shows how Foucault resorts to neoliberal concepts and ideas (strong private property rights, free market, free trade, minimal state) in order to advocate individual and social diversity and emancipation. While it is often disregarded or caricaturised, Foucault interprets Neo-liberalism as a major political philosophy, which is related to his own methodology and theory .

Lire la suite...

- page 1 de 2