Mot-clé - modernité

Fil des billets

24 juillet 2017

Patrick Boucheron, Ce que peut l'histoire, Fayard, 2016, lu par Pascal Chantier

Patrick Boucheron, Ce que peut l'histoire, Leçon inaugurale du Collège de France, n°259, éd. Fayard, 2016

 

http://www.fayard.fr/sites/default/files/styles/actu-detail/public/field/image/ce_que_peut_lhistoire.jpeg?itok=Wbkkibix

« Le bon historien n'est-t-il pas, au fond, sans cesse en train de contredire ?   

Nietzsche, Aurore, livre 1, 1.

Depuis le 4 janvier 2016, Patrick Boucheron, nommé professeur au Collège de France à la chaire d'Histoire des pouvoirs en Europe occidentale, XIIIe-XVIe siècle, dispense ses cours intitulés « Souvenirs, fictions, croyances. Le long Moyen Âge d'Ambroise de Milan ». Sous le titre « Les effets de la modernité, expériences historiographiques », ses séminaires ont débuté depuis le 16 avril. Ceux-ci ont été traditionnellement introduits par une leçon inaugurale. Prononcée le 17 décembre 2015, elle partage cette interrogation : « Que peut l'histoire aujourd'hui ? Que doit-elle tenter pour persister et rester fidèle à elle-même ?» Que lui est-il donc possible, mais aussi  qu'est-elle en puissance (au sens spinoziste de ce que peut un corps) ? Que peut l'histoire face à la violence du moment présent ? Face à l'effroi suscité par le terrorisme, quelles sont donc ses ressources ?

Lire la suite...

09 mars 2016

Paul-Laurent Assoun, L’Excitation et ses destins inconscients, PUF, 2013, lu par Mariane Foeillet-Perruche

Chers lecteurs, chères lectrices, 

 

Les recensions paraissent et disparaissent très vite ; il est ainsi fort possible que certaines vous aient échappé en dépit de l'intérêt qu'elles présentaient pour vous. Nous avons donc décidé de leur donner, à elles comme à vous, une seconde chance. Nous avons réparti en cinq champs philosophiques, les recensions : philosophie antique, philosophie morale, philosophie esthétique, philosophie des sciences et philosophique politiques. Pendant cinq semaines correspondant à ces champs, nous publierons l'index thématique des recensions publiées cette année et proposerons chaque jour une recension à la relecture. Au terme de ce temps de reprise, nous reprendrons à notre rythme habituel la publication de nouvelles recensions. 

Recensions d'ouvrages portant sur l'histoire de la philosophie 

Recensions d'esthétique 

Recensions de philosophie politique

Recensions de philosophie antique

Recensions de philosophie morale

Recensions d'épistémologie

P-L Assoun, L’Excitation et ses destins inconscients, PUF, 2013

Paul-Laurent Assoun, psychanalyste spécialiste de l’épistémologie freudienne, ne cesse de creuser son chemin à travers la pensée et l’œuvre de Freud : citons la récente édition critique de L’Avenir d’une illusion qu’il a publiée chez Cerf en 2012, dans une nouvelle traduction de Claire Gillie, agrémentée d’un apparat critique et d’une préface très stimulante sur la portée majeure de cet essai. Dans le même esprit, on attend deux nouvelles traductions, l’une du Moïse et le monothéisme et l’autre de Malaise dans la culture, toujours chez Cerf. Paul Laurent Assoun, très attentif au symptôme social, interroge aussi la clinique psychanalytique contemporaine. De formation philosophique, il a publié de très nombreux ouvrages qui permettent d’éclairer la théorie freudienne à la lumière de son articulation avec les différentes pensées philosophiques qui ont influencé Freud : citons par exemple deux de ses  essais les plus précieux pour le public de ce blog philosophique, Freud, la philosophie et les philosophes, 1976, réédité en Collection Quadrige en 2009 et Freud et les sciences sociales, Armand Colin, 1993, réédité en 2008.

Lire la suite...

08 juillet 2015

Dorian Astor, Nietzsche. La détresse du présent, 2014, lu par Juliette Chiche

Dorian Astor, Nietzsche. La détresse du présent, Paris, Gallimard, Folio Essais, septembre 2014, 654 pages.

Quel est l’enjeu d’une lecture contemporaine de Nietzsche ? Nietzsche, penseur de l’« inactualité » – titre de la première partie du volume –, pourra-t-il jamais avoir la moindre actualité ? Est-il pertinent de confronter, comme le fait Dorian Astor de façon quasiment systématique, la pensée antidémocratique de Nietzsche aux préoccupations éthiques et politiques des philosophes contemporains (Foucault, Deleuze, Derrida, mais aussi Arendt, Debord, Habermas, Hadot, Rancière et Sloterdijk) ? La « modernité » – titre de la deuxième partie –, cible principale du philosophe, s’est en outre paradoxalement éloignée. Car c’est le propre de ce qui est moderne d’être dépassé, d’apparaître successivement comme révolutionnaire puis traditionnel. En quoi alors la critique nietzschéenne des idéaux modernes nous concerne-t-elle ? L’auteur de cet ambitieux et important ouvrage, qui présente les hypothèses principales de Nietzsche en suivant l’ordre chronologique de la parution de ses œuvres, formule plusieurs réponses.

Lire la suite...

30 mars 2015

Bernard Forthomme, La pensée franciscaine. Un seuil de la modernité, Les belles lettres, 2014, lu par Elisabeth Boncour

Bernard Forthomme, La pensée franciscaine. Un seuil de la modernité, Paris, Les belles lettres, coll. « L’âne d’or », 2014, 462 pages, 35 euros.


Bernard Forthomme, ofm, est professeur aux Facultés Jésuites de Paris (Centre Sèvres). Il a publié notamment : De l’acédie monastique à l’anxio-dépression (2000) ; L’Expérience de la guérison (2002) ; La Jalousie (2005) ; La Conversation et les écoutes difficiles (2007) ; Théologie des émotions — structurée par l’expérience théâtrale (2008) ; Les Aventures de la volonté perverse (2010), une Théologie de l’aventure (2013) et, récemment, La Voie libre, consacrée au franc-parler.

Lire la suite...