Mot-clé - Nietzsche

Fil des billets

08 juillet 2015

Dorian Astor, Nietzsche. La détresse du présent, 2014, lu par Juliette Chiche

Dorian Astor, Nietzsche. La détresse du présent, Paris, Gallimard, Folio Essais, septembre 2014, 654 pages.

Quel est l’enjeu d’une lecture contemporaine de Nietzsche ? Nietzsche, penseur de l’« inactualité » – titre de la première partie du volume –, pourra-t-il jamais avoir la moindre actualité ? Est-il pertinent de confronter, comme le fait Dorian Astor de façon quasiment systématique, la pensée antidémocratique de Nietzsche aux préoccupations éthiques et politiques des philosophes contemporains (Foucault, Deleuze, Derrida, mais aussi Arendt, Debord, Habermas, Hadot, Rancière et Sloterdijk) ? La « modernité » – titre de la deuxième partie –, cible principale du philosophe, s’est en outre paradoxalement éloignée. Car c’est le propre de ce qui est moderne d’être dépassé, d’apparaître successivement comme révolutionnaire puis traditionnel. En quoi alors la critique nietzschéenne des idéaux modernes nous concerne-t-elle ? L’auteur de cet ambitieux et important ouvrage, qui présente les hypothèses principales de Nietzsche en suivant l’ordre chronologique de la parution de ses œuvres, formule plusieurs réponses.

Lire la suite...

29 janvier 2014

Patrick Wotling, Nietzsche, Éditions Le Cavalier Bleu, collection idées reçues, 2009, par Thierry De Toffoli

Patrick Wotling, Nietzsche, Éditions Le Cavalier Bleu, collection idées reçues, 2009, 127 pages.


Pour cet ouvrage, Patrick Wotling s’est prêté à l’exercice très particulier qu’exige la collection « idées reçues ». Le texte se doit d’être bref, clair et précis, afin de comprendre d’où viennent ces idées reçues, la part de vérité qu’elles peuvent encore receler et, dans le même temps, en montrer la fausseté ou l’inexactitude. Le cas de Nietzsche se révèle particulièrement intéressant tant il véhicule d’idées reçues, de caricatures, de déformations ou de contresens. Avec la précision qu’on lui connaît, Patrick Wotling examine donc les affirmations les plus courantes, tachant chaque fois d’en saisir l’origine dans une lecture particulière de certains textes, puis, toujours en se référant très précisément au corpus nietzschéen, restaure le sens exact de la pensée du philosophe, ce qui permet au final, dans un ouvrage très court, de restituer, non pas la pensée de Nietzsche dans toute sa complexité, mais du moins un mouvement de pensée qui offre quelques clefs pour séjourner dans l’œuvre.

Lire la suite...

03 juin 2013

J.-F. Balaudé et P. Wotling (dir.), «L’art de bien lire», Nietzsche et la philologie, Vrin, lu par Jérôme Jardry

Balaudé, J.-F. et Wotling, P. (sous la dir.), «L’art de bien lire», Nietzsche et la philologie, Vrin, Tradition de la pensée classique, 2013.

La citation de Nietzsche est souvent répétée, selon plusieurs formulations. La lecture (et l’écriture) constitue un souci constant dans la philosophie de Nietzsche et pourrait bien constituer une «unité» de sa pensée, ou un fil directeur, si tant est que ces termes puissent avoir une validité pour une pensée par nature multiple et intempestive. 

Lire la suite...