Mot-clé - valeurs

Fil des billets

11 juillet 2017

Monique CASTILLO, Faire renaissance. Une éthique publique pour demain, Vrin 2016, lu par Béatrice Allouche-Pourcel

Monique CASTILLO, Faire renaissance. Une éthique publique pour demain, VRIN, Collection «Moments philosophiques», janvier 2016 (253 pages). Préface de Philippe HERZOG. Lu par Béatrice Allouche-Pourcel.

castillo_1.jpg
 

Monique CASTILLO, Professeur émérite de l’Université Paris-Est Créteil, questionne depuis longtemps la philosophie morale et politique à travers le prisme de l’éthique appliquée. Son dernier opus ne fait pas exception à la règle, qui est né du constat du «désarroi moral» des réactions «moralisatrices ou démoralisées de l’opinion». Partant de ce constat, elle en cherche l’origine dans les nombreuses contradictions de notre héritage culturel et en particulier dans le travers paradoxal consistant à faire s’opposer la morale à elle-même. En effet, l’héritage des Lumières poussait la condition humaine à la responsabilité : tout individu pouvait prendre conscience d’être la cause de son ignorance, de sa bêtise ou de sa lâcheté. Mais un second héritage critique apparaît avec les philosophies du soupçon et détruit l’élan du premier avec la mise en doute de «la liberté de la subjectivité», de la «neutralité de la raison» et de la «moralité de l’humanisme».

 

Lire la suite...

21 mars 2016

Claude Debru, Au-delà des normes : la normativité, Hermann, Octobre 2015, lu par François Chomarat

Claude Debru : Au-delà des normes : la normativité (Hermann, Octobre 2015)

Dans son dernier livre, Claude Debru remet ses pas dans ceux de son maître Canguilhem, pour explorer à nouveau toutes les facettes du concept de normativité. Il se défend d'avoir écrit un traité, plutôt une suite d'essais. En un sens, les différentes lignes du livre tiennent à l'objet lui-même, et à une de ses idées-clés : « C'est l'expérience de la "désunité", désunité sociale autant que désunité individuelle, qui suscite l'intention et l'invention normatives » (p. 93). En effet,  « le grand arbre de la normativité humaine a certainement de nombreuses racines » (p. 94), et la normativité elle-même – capacité humaine de modifier ou de créer des normes – comporte quelque chose de transgressif, y compris à l'égard de la fixité des concepts comme des frontières disciplinaires. Cette exploration n'est donc pas non plus dissociable d'histoires de vie, et d'un certain engagement personnel et vital de l'auteur qui est coutumier des rencontres intellectuelles singulières dont beaucoup de ses travaux antérieurs peuvent témoigner.

Lire la suite...