Mot-clé - Baudelaire

Fil des billets - Fil des commentaires

19 mars 2019

" SPLEEN " (Quand le ciel bas et lourd...) de Charles BAUDELAIRE lu par Daniel Mesguich

22 février 2019

" Au lecteur " de Charles Baudelaire, poème liminaire de " Les Fleurs du Mal " déclamé par Fabrice Luchini

" Harmonie du soir " de Charles Baudelaire lu par Denis Lavant

21 février 2019

" Les Fleurs du Mal " de Charles Baudelaire lues par Daniel Mesguich

Les Fleurs du Mal, Texte intégral sur Wikisource, la bibliothèque libre !

CHARLES BAUDELAIRE (1821-1867) – Une vie, une œuvre [2011]

Christine Lecerf et Jean-Claude Loiseau.

Émission diffusée sur France Culture le 06.03.2011.


Intervenants : - Jean-Michel Maulpoix : poète, auteur de 'Pour un lyrisme critique', Corti. - Pierre Pachet : écrivain, auteur de 'Le premier venu', Denoël. - Jean-Baptiste Baronian : auteur de 'Baudelaire', Folio Gallimard.

Avec les voix de : - Eugène Ionesco - François Mauriac - Pierre Jean Jouve - Eugène Guillevic

" Enivrez-vous ! " de Charles Baudelaire déclamé par Serge Reggiani

Enivrez-vous

   Il faut être toujours ivre. Tout est là : c'est l'unique question. Pour ne pas sentir l'horrible fardeau du Temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve.
   Mais de quoi ? De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise. Mais enivrez-vous.
   Et si quelquefois, sur les marches d'un palais, sur l'herbe verte d'un fossé, dans la solitude morne de votre chambre, vous vous réveillez, l'ivresse déjà diminuée ou disparue, demandez au vent, à la vague, à l'étoile, à l'oiseau, à l'horloge, à tout ce qui fuit, à tout ce qui gémit, à tout ce qui roule, à tout ce qui chante, à tout ce qui parle, demandez quelle heure il est ; et le vent, la vague, l'étoile, l'oiseau, l'horloge, vous répondront : « Il est l'heure de s'enivrer ! Pour n'être pas les esclaves martyrisés du Temps, enivrez-vous sans cesse ! De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise. »

Charles Baudelaire - Le Spleen de Paris, XXXIII

27 mai 2016

" L'HÉAUTONTIMÔROUMÉNOS " de Charles Baudelaire (mis en musique par Léo Ferré)

Pour répondre précisément à la question de Laurine sur le sens du titre de ce poème de Baudelaire : " Héautontimôrouménos " signifie bourreau de soi-même ou celui qui se punit lui-même en grec ancien. Ce titre de poème reprend celui d'une comédie latine de Térence (v. 190-159 av. J.C.). Interprètes : Morgane Imbeaud et Jean-Louis Murat

Lire la suite...

29 mars 2016

" Recueillement " de Charles Baudelaire, 1857, lu par Daniel Mesguich

22 mars 2016

" Correspondances " de Charles Baudelaire, 1857, lu par Daniel Mesguich

Remarquez que le comédien a choisi de faire rimer "pour l'oreille " les mots "encens" et "sens", en insistant sur la prononciation du "s". Il est aussi possible de ne pas prononcer le "s" dans les deux mots. L'essentiel étant de les faire rimer ensemble.

Reproduction du procès des " Fleurs du Mal " par Maître Bonnant, Maître Périer et Maître Schnerb

Le 14 mars 2013, dans la première chambre de la cour d'Appel de Paris, Maître Marc Bonnant, Bâtonnier du Barreau de Genève prend la défense de Charles Baudelaire dans le cadre d'une reproduction du procès des Fleurs du Mal pour "outrage aux bonnes mœurs et outrage à la morale religieuse". Face à lui, Maître Bertrand Périer tient le rôle de Procureur de la République et Maître Olivier Schnerb celui de Président du Tribunal. Baudelaire sera finalement acquitté.

Trop long, pas très bien mis en scène mais de l'éloquence, de l'humour et beaucoup d'informations sur le procès et la période historique en question (1857). La reconstitution même du procès des Fleurs du Mal 156 ans plus tard est en soi une curiosité qui révèle l'importance de l'œuvre.

- page 1 de 2