Madame de Lafayette, La Princesse de Clèves - Résumé analyse détaillé (Tome 1)

Toute l’oeuvre de Mme de La Fayette a d’abord été publiée de manière anonyme, pourquoi ? Au XVIIe siècle, quand on est une femme de la noblesse, on ne signe que des Mémoires ou des Correspondances. Ou à la rigueur, des genres considérés comme nobles : le grand roman pastoral et précieux.

Mais, La Princesse de Clèves est probablement le résultat d’une collaboration : cela se fait beaucoup à l’époque. On sait que Mme de La Fayette a travaillé avec La Rochefoucauld, Segrais ou Huet. D’ailleurs, trouver l’auteur d’un ouvrage est une petite devinette de salon. Mme de La Fayette se défend même avec malice :

Un petit livre qui a couru il y a quinze ans et où il plut au public de me donner part, a fait qu’on m’en donne encore à la Princesse de Clèves. Mais je vous assure que je n’y en ai aucune ... Je suis flattée que l’on me soupçonne et je crois que j’avouerais le livre si j’étais assurée que l’auteur ne vînt jamais me le redemander. Je le trouve très agréable, bien écrit sans être extrêmement châtié, plein de choses d’une délicatesse admirable. Mme de La Fayette, Lettre au chevalier de Lescheraine, 13 avril 1678.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée. Les liens ne sont pas autorisés.

Fil des commentaires de ce billet