Les conséquences du réchauffement climatique

Le réchauffement climatique a des conséquences très variées :

  • Dans l'Antarctique, on voit que les plates-formes de glace sont "grignotées", elles s'amincissent à la suite de ce réchauffement, ce qui les fragilise : de gigantesques icebergs peuvent se détacher des plates-formes de glace, ce que les scientifiques appellent le vêlage. Exemple : vêlage de l'iceberg A68 le 12 juillet 2017.
  • Conséquence de la fonte des glaciers et des plates-formes de glace, mais aussi de l'augmentation du volume des océans, le niveau de la mer monte, provoquant des inondations et aggravant l'érosion des côtes.

  • Dans le Nord (Sibérie, Alaska...) les sols habituellement gelés (permafrost = pergélisol) se réchauffent... Les répercutions sont multiples. Des gaz contenus dans le permafrost s'en échappent : en particulier le dioxyde de carbone et le méthane, mais aussi du protoxyde d'azote, trois gaz à effet de serre, qui vont donc accélérer le réchauffement climatique (article du CNRS, 2015 ; BFM, 2017). La forêt boréale est impactée non seulement par le dégel du permafrost (le sol devient instable), mais aussi par la migration d'un insecte nuisible aux arbres (article de sciences et avenir, 2014).
  • Le réchauffement de l'atmosphère augmente l'évaporation de l'eau d'une part, la quantité d'eau contenue dans l'air d'autre part. Cela entraîne de plus fortes précipitations. Cela peut diminuer la quantité et la qualité des eaux douces disponibles, cela peut modifier la direction des vents, la trajectoire des tempêtes, cela peut perturber des phénomènes climatiques importants comme El Nino. Certaines caractéristiques des catastrophes naturelles sont en train de changer (article et vidéo du Figaro, 2017 : le point fin août, après le passage de la tempête Harvey ; article de France Info, 2017 : après le cyclone Irma)

  • En ce qui concerne le pourtour méditerranéen, les canicules sont plus fréquentes ; les conditions climatiques sèches et chaudes favorisent la survenue de feux de forêts (qui restent le plus souvent d'origine anthropique = origine humaine) et... en brûlant, la forêt méditerranéenne dégage du dioxyde de carbone, gaz à effet de serre qui contribue au réchauffement climatique ! (article de sciences et avenir, 2017)

  • Le réchauffement climatique menace aussi la biodiversité, en particulier dans les écosystèmes sensibles comme les récifs coralliens et les forêts boréales (là où les arbres poussent sur le permafrost). Toutes les régions du monde sont plus ou moins impactées, par exemple les séquoias géants de Californie souffrent de la sécheresse (vidéo France 2, 2017). Dans les océans, les êtres vivants sont aussi impactés par l'acidification des océans, qui favorise la dissolution du calcaire donc impacte la capacité des coraux à produire leur récif, les mollusques à fabriquer leur coquillage...

  • Le réchauffement climatique va aussi modifier la distribution des moustiques responsables de maladies comme le paludisme ainsi que de plantes libérant des pollens allergènes : cela peut avoir des impacts sanitaires. (vidéo d'une chercheure de l'Institut Pasteur). Nos modes de vie favorisent de plus la prolifération des nuisibles (article du Monde, 2017).