Bicentenaire, ou un voyage poétique en Haïti

Bicentenaire

Lyonel Trouillot nous emporte en Haïti, son pays natal, en 2004, dans son roman Bicentenaire.

 

C’est l’histoire de Lucien, appelé « l’Étudiant », qui se rend à une manifestation en 2004, année du bicentenaire de l’indépendance haïtienne. De son domicile à sa destination, il va rencontrer différents personnages, et son voyage va être rythmé par des voix, des souvenirs, comme si le passé et le présent ne laissaient pas de place à l’avenir. Plus qu’une simple histoire, c’est un véritable voyage en Haïti.

 

L’auteur nous plonge dans son récit à l’aide de sa poésie. Cette poésie, les voix, les souvenirs de Lucien… Nous suivons les pas de l’Étudiant, et nous ressentons tous ses sentiments : l’amour (« Les mots sont morts mon amour. Parle-moi de toi, mon amour ») ; la haine (« Mais en vérité je sais que tu me détestes »); la violence (« Il tire. Il tire. Il vide son chargeur en visant chaque fois plus haut »). Nous ressentons les frontières entre les différents personnages : le « nous » est inexistant. Lyonel Trouillot nous apprend beaucoup sur son pays : ses coutumes, les appartenances sociales, avec une certaine poésie. Bicentenaire, c’est un voyage. Un voyage sans bouger. Un voyage au-delà des préjugés. Un voyage, livre ouvert… Je recommande ce roman, que j’ai beaucoup apprécié, aux amoureux de la poésie et du voyage.

 

Shaïma G.

 

 

Bicentenaire, une manifestation tragique

 

Bicentenaire est un roman de Lyonel Trouillot écrit en 2004.

 

Lyonel Trouillot est un romancier et poète haïtien d’expressions créole et française, né le 31 Décembre 1956. Il est également journaliste et professeur de littérature française et créole à Port-au-Prince, sa ville natale.

 

Le roman raconte la journée, la descente en ville d’un jeune homme haïtien du nom de Lucien Saint-Hilaire. C’est l’année du bicentenaire de l’indépendance d’Haïti, l’histoire se déroule à Port-au-Prince début 2004. Lucien quitte à pied les quartiers pauvres pour rejoindre la manifestation organisée en ville par les étudiants. Lors de l’ultime charge, la mort va le surprendre. Les étudiants profitent des célébrations du Bicentenaire pour critiquer le régime de dictature dans lequel ils vivent. Au fil de sa marche, Lucien refait en esprit le trajet qui l’a conduit du village de l’enfance vers la ville à l’improbable avenir. Les voix animées et irréconciliables résonnent dans sa tête : celle de sa mère, Ernestine Saint-Hilaire qui est une vielle paysanne exilée dans sa prairie reculée, celle de son frère cadet, surnommé Little Joe, qui a mal tourné après qu’il ait quitté la campagne, celle de l’Étrangère, la dame qu’il aime sans pour autant la connaître vraiment et puis celle de ses amis.

 

J’ai beaucoup aimé ce livre, j’ai beaucoup aimé le style d’écriture utilisé par Lyonel Trouillot. Il fait entendre les pensées des personnages à haute voix. C’est par ce moyen qu’il fait entendre Ernestine Saint-Hilaire dans l’histoire. Le jeune homme se remémore lors de son trajet les paroles de sa mère. Le livre fait passer de la joie et de la tristesse en même temps. La joie pour les moments passés entre Lucien, ses amis, ses proches et la tristesse pour sa descente vers la mort. Ce qui m’a attiré c’est le titre. Le titre Bicentenaire laisse un grand doute sur le contenu du roman, il fait quand même paraître que ce sont les deux cents ans d’un événement très marquant.

Océane A.

 

 

Les réalités de la manifestation du bicentenaire de l'indépendance d'Haïti

 

Bicentenaire (Actes Sud) est un roman de l'auteur, journaliste et professeur de littérature française-créole, Lyonel Trouillot, écrit en 2004. Il raconte le départ pour la manifestation contre le régime des Duvalier, d'un étudiant Port-au-Princien : Lucien. Au fil de sa marche, Lucien refait en esprit le trajet qui l’a conduit du village de son enfance vers la ville. Il se remémore des souvenirs de sa vie, de sa mère exilée qui a un grand impact sur sa vie, son frère qui passe d'adorable petit garçon à voyou, celle de « l’Étrangère », la femme que Lucien aime sans vraiment la connaître (une journaliste avec qui il a sympathisé un soir) et les voix de ses camarades étudiants ou de voisins.

 

Du début à la fin du texte, bientôt le rythme s'accélère : lorsque la police charge les manifestants, les images se précipitent et le dialogue aux allures de monologue se casse alors sous l'impact des mille actions violentes qui envahissent «l'espace et les esprits ». Jusqu'au moment où la mort vient éteindre les voix définitivement.

 

J'ai réalisé que j'ai aimé ce livre après l'avoir étudié en cours, parce qu'à la première lecture on ne comprend pas toute l'intrigue du livre. Lyonel Trouillot nous raconte la condition difficile des étudiants, le chaos de la société haïtienne et ses cruelles inégalités, ses rêves de justice et d'évasion. Le récit est comme la descente de Lucien vers son destin, la manifestation pour les droits qui sera brisée par la violence, et où il trouvera la mort. L'auteur a réussi son défi d'utiliser des analepses modérément.

 

Je verrais bien Bicentenaire adapté en film : on verrait d'abord Lucien plus innocent avec des rêves pleins la tête et on entendrait la voix de sa mère puis tout d'un coup on passerait à la réalité ; au petit matin, Lucien descendrait une colline, et la suite du film serait constituée de flash-back de ses souvenirs, jusqu'à la descente vers la mort.

 

Je recommande ce livre.

Astel B.

 

 Pleins phares sur Haïti

 

Ce livre parle d’un étudiant du nom de Lucien . Il participe au bicentenaire de l’indépendance d’Haïti, mais il ne sait pas encore qu’il va mourir là-bas. Dans ce roman on « entend » souvent sa mère répéter la même phrase mais Lucien n’entend pas vraiment sa mère, il pense à sa mère. Lucien a aussi un frère qui est plus jeune que lui, du nom de Little Joe,  qui possède deux côtés : un côté « comme tout le monde », et un côté voyou car il possède une arme à feu.

 

J’ai apprécié ce livre car il raconte la dernière journée de Lucien sur Terre et on y ressent plein d’émotions. Durant cette dernière journée, Lucien va rencontrer des personnes qu’il croise habituellement, mais chacune va lui dire et apporter de nouvelles choses et il va aussi découvrir que beaucoup l’appréciaient.

 

En conclusion, ce livre n’est pas difficile à lire et il est aussi assez court. J’ai aimé lire ce livre car il est très agréable et assez intéressant, je conseillerais ce roman à des personnes qui veulent découvrir l’histoire d’Haïti sans trop de précisions ou qui cherchent tout simplement un roman agréable à lire.

 

Raphaëlla T.