Source de l'image : Gallica

Réponses du groupe question 6 

chapitre 46 : Grandgousier apparait effectivement dans ce chapitre en tant que roi moralisateur. Cet aspect repose sur deux éléments dans le comportement de Grandgousier : sa parole et ses actes.

Tout d'abord, son comportement se concentre sur l'éthique et la morale. Une morale religieuse qui respecte les récits bibliques. Il se comporte en vrai chrétien : un bon roi et un bon croyant. Grandgousier ne rend pas le mal pour le mal comme lorsqu'un soldat de Picrochole est retenu en otage par son camp. Celui-ci va être agréablement surpris du sort qu'on lui réserve, lui qui s'attendait au pire. 

De plus, Grandgousier est un roi éduqué et doté d'une vraie philosophie, il est influencé par Platon. Il affirme que reconnaitre ses torts des deux côtés est essentiel, ce qui démontre une grande sagesse et un sens du discernement chez ce roi. Un roi moralisateur se doit donc de posséder une  sagesse et un solide sens moral et religieux : parler et se comporter de manière convenable et honorable, ce qui impose une certaine forme de respect. À travers le roi Grandgousier, Rabelais expose donc sa vision du "bon roi" à la fois croyant et sage, et donc porteur des valeurs humanistes. 

Citations (édition de François Bon) :

p. 235 : "Ma deliberation n’est poinct de provocquer, mays de apayser, d’assaillir mays defendre !: de conquester, mays de guarder mes

feaulx subiectz & terres hereditaires."

***Réponses du groupe "la figure du roi Picrochole"***

Il est l'exemple type du mauvais roi que Rabelais cherche à dénoncer en opposition au bon roi qu'est Picrochole (on retrouve donc les oppositions déjà lues à propos de l'éducation de Gargantua, qui confrontaient scolastiques et humanistes).

p. 218-219 : "Picrochole, incontinent, entra dans une colère folle et, sans s'interroger davantage sur le pourquoi ni le comment, fit crier par son pays ban et arrière-ban et ordonner que chacun, sous peine de la corde, se trouvât sur la grande place devant le château à midi."

"Ce que entendent Picrochole commenda que chascun marchast soubz son enseigne hastivement. Adoncques sans ordre & mesure prindrent les champs les uns par my les aultres, guastant & dissipans tout par où ilz passoient, sans espargner ny pouvre ny riche, ny lieu, sacré,ny prophane, emmenoient beufz, vaches, taureaux, veaulx, genisses, brebis, moutons, chevres et boucqs! : poulles, chapons, poulletz, oyzons, iards, oyes, porcs, truyes, guorretz, abastans les noix, vendengeans les vignes, emportans les ceps, croullans tous les fruicts des arbres. C’estoit un desordre incomparable de ce qu’ilz faisoient. Et ne trouvèrent personne quelconques leur resistast, mais un chascun se mettoit à leur mercy, les suppliant estre traictez plus humainement, en consideration de ce qu’ilz avoient de tous temps estez bons & aimables voisins, & que iamais envers eulx ne commirent excès ne oultraige, pour ainsi soubdainement estre par iceulx mal vexez, & que dieu les en puniroit de brief. Es quelles remonstrances, rien plus ne respondoient, si non qu’ilz leurs vouloient aprendre à manger de la fouace."

p. 247 : "cet homme complètement hors de sens et abandonné de Dieu."

p. 337 : "Alors, comprenant que la situation était désespérée, Picrochole et ses gens prirent la fuite dans tous les sens." 

p. 339 : "pauvre colérique"

Encore un personnage au nom signifiant : picro -chole = bile amère. On remarque que Picrochole entreprend toujours de grandes choses sans pouvoir les réaliser : lors de la guerre dite picrocholine, on découvre un personnage qui n'est pas réfléchi. Il envoie ses hommes faire la guerre sans réfléchir aux conséquences. Il est désordonné et ne donne pas de bons ordres à ses soldats  Il est toujours en colère et impulsif. De plus, on remarque qu'il s'adresse aux hommes de façon vulgaire et insensée.