1. Histoire d'une lutte pour le pouvoir : la victoire des Olympiens

Première idée que l'on peut retenir, c'est que le pouvoir avant tout se conquiert. Pouvoir et violence vont de pair chez les dieux. Preuve en est la succession de forfaits qui président à l'accession de Zeus au pouvoir.

Au commencement exista le Chaos, puis la Terre à la large poitrine » nous dit Hésiode. Chaos a engendré Erèbe et Nyx.

Nyx
Pyxis attique à figure rouge
425-375 av. J.-C.
Ashmolean Museum ; Oxford ; Royaume Uni

En s'unissant à Gaia, il engendra Ouranos ; Gaia elle-même s'unit ensuite à Ouranos : de cette union naissent les Titans – Océan Japet, Coeos, Créios, Hypérion, Cronos.

En écho, on peut se reporter à cet extrait :

Quand vous aurez appris parfaitement de nous les phénomènes d'en haut, la nature des oiseaux, la genèse des dieux et des fleuves, de l'Érèbe et du Chaos, votre science parfaite vous permettra de dire adieu de ma part à Prodicos pour le reste.

Le Chaos, la Nuit, le noir Érèbe et le vaste Tartare existaient au commencement: il n'y avait ni terre, ni air, ni ciel. Dans le sein infini de l'Érèbe, la Nuit aux ailes noires enfante d'abord un œuf sans germe, d'où, après des révolutions d'années, naquit le gracieux Éros au dos brillant de deux ailes d'or, semblable aux tourbillons roulés par le vent. Eros, uni au Chaos ailé et ténébreux, dans le vaste Tartare, engendra notre race, et la produisit tout d'abord à la lumière. Ainsi, à l'origine, la race des immortels n'existait pas encore, avant qu'Éros eût tout uni. Les éléments une fois unis les uns aux autres, parut le Ciel, l'Océan, la Terre et les dieux bienheureux, race éternelle.  

ARISTOPHANE Les oiseaux  685               

 Séléné avec le berger Endymion sur le mont Latmon (Asie Mineure). 

Face avant d'un sarcophage romain :
Centre et droite : arrivée de la déesse de la Lune ; Endymion, plongé dans un sommeil éternel, est déplacé sous sa conduite dans une grotte ; le dieu ailé du Sommeil (Hypnos), verse sur lui un somnifère ; le dieu de la montagne, Latmos, est perché sur un rocher ; Séléné sur son animal symbole, le cancer. Gauche : départ de la déesse ; en contrebas, la Terre Mère ; l'attelage de Séléné est conduit par Éos, déesse de l'Aurore. Nombreux érotès. 
Vers 180 ap. J.-C. - Glyptothèque de Munich, Allemagne


Premier épisode : Le règne d’Ouranos

Ouranos ne pouvait supporter les Titans, sa propre progéniture. Aussi bien, Ouranos les enferma dans les profondeurs de la terre. Pour se venger, Gaia demanda l'aide des Titans. Seul Cronos voulut bien exécuter le plan de sa mère. A l'heure où Ouranos vient s'unir à Gaia, Cronos armé d'une serpe surgit et émascule son père, puis il jeta les organes génitaux.



D'après Giorgio VASARI 
Ouranos mutilé par Cronos - Palazzo Vecchio, Florence, Italie

Des gouttes de sang tombées à terre naquirent les Géants :
  • les Cyclopes : Stéropès, Brontès et Argès (sorte de géant à un oeil au milieu du front 
    VOIR Cyclope Terre  cuite de Smyrne. Période hellénistique (Turquie) 
  • les Hécatonchires
  • (cent-mains) : Cottos, Gygès, Briarée (géants dotés de cent bras et cinquante têtes). 

Des organes génitaux tombés dans la mer naquit Aphrodite.

Briarée - Un des Hécatonchires              
Briarée aux cent bras, la chimère et les gorgones 

Nucci AVANZINO (vers 1551/1552-1629)

16e siècle, 17e siècle 

encre brune, lavis brun, papier bleu, pierre noire, plume (dessin), rehauts de blanc

Musée du Louvre, Paris, France

(C) RMN / Thierry Le Mage 


Ressort de ces épisodes une idée de conflit personnel ; importe l’affect. En Grèce, nous travaillons sur des microcosmes où tout le monde se connaît.
Tout est question d’affirmation de son propre pouvoir, de vengeance pour outrage.
L'affirmation du pouvoir se fait par le sang versé.


Deuxième épisode : Cronos maître de l’univers


Cronos devint ainsi maître de l'Univers, en lieu et place d'Ouranos. Sitôt maître de l'univers, il libéra ses frères les Titans et emprisonna les Cyclopes et les Hécatonchires. 
Il s'unit à Rhéa (sa soeur, née d'Ouranos et de Gaia, comptant également au nombre des Géants). Mais ses parents lui avaient prédit qu'il serait détrôné par un de ses enfants. Aussi bien il décida de tous les dévorer à leur naissance. 


" Saturne reçut un jour l'oracle suivant : 'Toi, le meilleur des rois,

   tu seras expulsé de ton trône par ton fils.'

Lui, redoutant ses rejetons, les dévorait à mesure de leur mise au monde,

 et les conservait enfouis dans ses entrailles.

Souvent Rhéa s'était plainte d'avoir été tant de fois fécondée

   sans jamais être mère, et avait déploré sa fertilité.        

Jupiter naquit. (L'ancienneté, preuve majeure, mérite crédit ;

   abstiens-toi de rejeter une croyance reconnue.)

Le gosier du dieu engloutit une pierre, dissimulée dans un tissu ;

   les destins avaient décidé que ce père devait être ainsi abusé.


Ovide Fastes  IV, 197-206 


Francisco GOYA

Saturne dévorant un de ses enfants

entre 1819 et 1823 sur les murs de sa maison, puis transféré sur toile.
















                                                                                                                                        Pierre-Paul RUBENS
                                                                                                                                        Saturne dévore ses enfants

                                                                                                                                                                                              Série mythologique pour la Torre de la Parada en 1636-1637
                                                                                                                                                                                              Musée du Prado, Madrid, Espagne

HESIODE Théogonie  v. 453-463                                                                                                                              

Rhéa, amoureusement domptée par Saturne, mit au jour d'illustres enfants, Vesta, Cérès, Junon aux brodequins d'or, le redoutable Pluton qui habite sous la terre et porte un coeur inflexible, le bruyant Neptune et le prudent Jupiter, ce père des dieux et des hommes, dont le tonnerre ébranle la terre immense. Le grand Saturne dévorait ses enfants à mesure que des flancs sacrés de leur mère ils tombaient sur ses genoux ; il agissait ainsi dans la crainte qu'un autre des glorieux enfants du ciel ne possédât parmi les dieux l'autorité souveraine : car il avait appris de la Terre et d'Uranus couronné d’étoiles que, d'après l'ordre du Destin, un jour, malgré sa force, il serait vaincu par son propre fils et détrôné par les conseils du grand Jupiter. Loin de surveiller vainement son épouse, toujours habile à la tromper, il dévorait sa propre race, et Rhéa gémissait, accablée d'une douleur sans bornes. 

Rhéa, inconsolable devant la cruauté de son époux prit conseil auprès de ses parents. Ils eurent pitié d'elle et lorsque le dernier des enfants naquit, Gaia s'en empara et le cacha en Crète sur le mont Ida. Rhéa donna à la place une pierre entourée de langes à manger à son mari. Zeus fut élevé par les nymphes du Mont Ida dans une grotte secrète de Lyctos ; le nourrisson fut allaité grâce à la chèvre Amalthée.

                                                                                                                                                                                                          Grotte de Zeus en Crète - Photo libre de droits




J. JORDEANS
Jupiter nourri par la chèvre Amalthée
1663
Musée du Louvre, Paris, France








                                                                                         

                                                                                                                                                                                       

Les cris de l'enfant Zeux qui pouvaient trahir sa présence étaient couverts par les Courètes parfois présentés comme les fils de Gaia (Diodore de Sicile). Ovideles dit « nés de la pluie ». Les nymphes du Mont Ida s'occupaient de Zeus dans la grotte et les Courètes dansaient devant l'entrée, frappant de leur lance des boucliers, pour dissimuler les cris de l'enfant à son père Cronos.


Rhéa, Amalthée allaitant et la danse des Curètes
Dessin d'un bas-relief d'autel romain
Galerie mythologique, tome 1 d'A.L. Millin
1811  domaine public














On a ainsi l'impression que l’histoire se répète ; les ennemis ne sont pas les mêmes, mais c'est la même histoire. Prime la volonté de protéger et de sauvegarder son pouvoir. Affirmer son pouvoir passe par le fait d’ôter toute possibilité de pouvoir à autrui. 

La violence des rapports de pouvoir s’exprime par des actes symboliques marqués par l’horreur : l’émasculation dans le premier épisode, la dévoration des enfants dans le deuxième. Les dieux enfants de Cronos arrachés à l’estomac de leur père dans l’épisode suivant.


3ème épisode : la Titanomachie

Devenu suffisamment fort, Zeus s'opposa à Cronos etl'obligea à libérer ses frères et soeurs : de l'estomac de Cronos, Zeus sortirent Déméter, Hestia, Héra, Hadès, Poséidon.
S'ensuivit la guerre entre les Titans et les nouveaux dieux, les Olympiens. 

Cronos Zeus
Les Titans Ses frères et sœurs, dieux de l’Olympe
ralliés : l'océanide Styx et ses enfants, Cratos (le pouvoir), Bia (la force), Zélos (Zèle) et Nikè (la Victoire)
  Puis Zeus doit se rallier les Cyclopes et les Hécatonchires
le Mont Othrys le Mont Olympe

La lutte dura dix ans. Gaia prédit alors à Zeus qu'il aurait la victoire s'il libérait et s'alliait les Cyclopes et les Hécatonchires. 

Les Cyclopes donnèrent en effet :
à Zeus le tonnerre, l'éclair et la foudre 

Jupiter Tonnant
Musée du Prado, Madrid, Espagne
(licence creative commons, tous droits)



                                                          








                             

à Poséidon son trident 

Poséidon 
Marbre découvert à Milos - 130 av. J.-C.    
Musée archéologique national d’Athènes                                                     

Fichier sous licence creative commons 
Photo prise par Ricardo André Frantz


                                                         

                                                        

 

 





à Hadès un casque magique en peau de chien qui rendait invisible quiconque le portait.

Le combat qui s'en suivit fut effroyable. Les dieux de l'Olympe sortirent vainqueurs grâce à l'intervention des Hécatonchires qui, munis de leurs trois cents bras, envoyèrent 300 rochers qui écrasèrent les Titans. Ces derniers ligotés, furent jetés dans le Tartare. La légende veut qu'ils mirent neuf jours et neufs nuits pour parvenir au fond du Tartare. Là les Hécatonchires prirent le poste de gardiens fidèles pour veiller à ce que les Titans ne revoient jamais la lumière du jour.



                                                      Cornelis van HAARLEM La Chute des Titans - 1588 - Statens Museum for Kunst, Copenhague, Danemark


 

La Titanomachie illustre un combat à mort. Les luttes pour l'hégémonie sont très longues. Dans les temps historiques, on peut penser aux guerres médiques, aux guerres du Péloponnèse qui dureront des décennies.

Les luttes de pouvoir reposent aussi sur des alliances


4ème épisode : la Gigantomachie

Scène de Gigantomachie avec Nérée, Doris et Océan
Frise du Grand autel de Pergame
IIème siècle av. J.-C.
Musée de Pergame, Berlin, Allemagne


Mais Gaia en voulait à Zeus du traitement réservé à ses fils. Elle incita alors les Géants à se soulever pour détrôner Zeus et délivrer les Titans du Tartare.  Commence ainsi la gigantomachie. L'univers fut alors un enfer.

Les Géants surprirent les dieux de l'Olympe par une attaque soudaine : une pluie continue de rochers et d'arbres enflammés. 

Les Olympiens, frères et soeurs et enfants de Zeus, entreprirent de se défendre avec acharnement. Les Olympiens apprirent qu'ils n'auraient la victoire que si un mortel prenait part à la bataille à leurs côtés : Zeus chargea alors Athéna de faire venir sur l'Olympe son fils Héraklès.

Gaia de son côté cherchait une herbe qui devait sauver les Géants. Mais Zeus donna l'ordre à Hélios, Sélénè et Eos de cesser de donner de la lumière pour l'en empêcher. Avec leur aide il trouva lui-même l'herbe et la fit disparaître. 

Alcyonée le chef des Géants fut tué par Héraklès 


Athéna combattant le géant Alcyonée

Grand Autel de Pergame (164-156 av. J.-C.) : frise est ; après restauration

marbre, sculpture (technique)
2e siècle avant J.-C.

Turquie, Bergama

Allemagne, Berlin, Antikensammlung (SMPK)

(C) BPK, Berlin, Dist. RMN / Erich Lessing

 



Athéna poursuivit Encélade et l'écrasa en lui lançant l'île de Sicile. 


          

     

Poséidon brisa une partie de l'île de Cos avec son trident et envoya la partie d'île que Polybotès ce qui donna naissance à l'île de Nisyros.

Poséidon et le Géant Polybotès
Stamnos – Céramique à figures rouges
Attribué au peintre Troilos - 500 - 475 av. JC
Williams College Museum of Art, Williamstown, Massachusetts, USA

RMN – diffusion sur le territoire français  



Ephialtès, lui, fut tué par les flèches d'Apollon et d'Héraklès. 
Apollon et le Géant Ephialtes
Kylix - céramique à figure rouge
Signé par Aristophanès
Antikensammlung, Berlin Allemagne
(C) BPK, Berlin, Dist. RMN / Ingrid Geske-Heiden




Gaia voulut alors se venger du massacre des Géants. D’une union avec Tartare, elle enfanta Typhon, mi-homme, mi-dragon, le plus effroyable des monstres. De ses épaules sortaient cent têtes de dragon, de ses pieds des vipères. Tout son corps était couvert de plumes.



« Sa tête touchait les étoiles et, lorsqu’il étendait les bras, l’une de ses mains atteignait l’Orient et l’autre l’Occident."

A sa vue, tous les dieux omypiens prirent la fuite, sauf Zeus et sa fille Athéna. Ils firent face courageusement. 
Les flammes de l’Etna seraient dues aux innombrables foudres lancées par Zeus. Forcé de reculer, Typhon rejoignit les Titans au fond du Tartare d’où il souffle depuis sa rage en ouragans dévastateurs.

Zeus fut d’abord mis en difficulté ; il envoya la foudre contre Typhon, mais celui-ci s’empara de lui en enroulant ses queues de vipère autour de lui, lui coupa les tendons des bras et des jambes et l’emmena inconscient dans l’antre Corycien, en Cilicie. Les tendons, cachés dans une peau d’ours, étaient sous la garde d’un dragon femelle, Delphynè. Hermès aux mille ruses et le dieu Pan transformé en chèvre unirent leur ingéniosité pour dérober les tendons et les remettre dans le corps du dieu des dieux. 

Ayant ainsi recouvré ses forces, Zeus attaqua Typhon par surprise, monté sur son char, conduit par des chevaux ailés. Le combat fut terrible ; le sang de Typhon s'écoulant donna à la chaîne de Montagne son nom Haimos. 

Les rapports de pouvoir sont ainsi présentés comme :
  • des rapports de force
  • des rapports d'opposition et rivalité
  • des conflits qui se règlent par la violence, par la ruse et dans le sang


Sont rendus parallèlement des rapports de pouvoir à des niveaux différents :

  • interindividuels : notamment l’opposition de Gaïa à la décision d’Ouranos, la rébellion de Rhéa vis-à-vis des choix de Cronos <-> refus de se plier à la loi imposée, volonté de modifier le fonctionnement des choses.
  • entre groupes : l’exemple le plus évident - dieux de l’Olympe CONTRE Titans autour de Cronos.

 

A ECOUTER : Présentation de J.-P. Vernant
http://www.rts.ch/archives/tv/culture/grands-entretiens/3459937-la-guerre-des-dieux.html