OVIDE Métamorphoses XII, v.115-14

Suite de l’histoire d’Achille : la mort de Cycnus

Travail de traduction : consignes

- travail individuel à rendre sur feuille le 18 Novembre : construction du texte phrase par phrase (code couleur et explications grammaticales - nature, fonction, genre, nombre, temps, etc...) + traduction.

- suivez la procédure et l'organisation dans le temps S.V.P

- le vocabulaire souligné, dans le tableau ci-dessous, est à apprendre pour le 11 Novembre et à ajouter à la liste générale.

- faire d'abord le travail de grammaire qui remplace les deux heures de cours du 4 Novembre ; dans l'idéal, le faire le vendredi 4 après-midi.

- faire le travail de traduction progressivement en suivant le planning

- sur le blog, utilisez les commentaires pour poser toutes les questions qui vous semblent nécessaires. N.B. : tout n'est pas facile. Pour certains points, vous avez besoin de mon aide. Mais apprendre à traduire un texte, c'est aussi apprendre à repérer les points de difficultés et savoir poser (puis se poser) les bonnes questions.
Utiliser le blog et me poser des questions fait partie de l'exercice.
Je tiendrai compte dans l'évaluation du dynamisme de chacun et de la régularité du travail sur le blog.


Phase 1 - lire l'extrait des Métamorphoses donné en version intégrale. 

dixit et, ante actis veluti male crederet, hastam               115
misit in adversum Lycia de plebe Menoeten

loricamque simul subiectaque pectora rupit.
quo plangente gravem moribundo vertice terram
extrahit illud idem calido de vulnere telum
atque ait: 'haec manus est, haec, qua modo vicimus, hasta : 
utar in hoc isdem; sit in hoc, precor, exitus idem!'
sic fatus Cycnum repetit, nec fraxinus errat
inque umero sonuit non evitata sinistro,
inde velut muro solidaque a caute repulsa est;
qua tamen ictus erat, signatum sanguine Cycnum       125
viderat et frustra fuerat gavisus Achilles:
vulnus erat nullum, sanguis fuit ille Menoetae!
tum vero praeceps curru fremebundus ab alto
desilit et nitido securum comminus hostem
ense petens parmam gladio galeamque cavari               130
cernit, at in duro laedi quoque corpore ferrum.
haut tulit ulterius clipeoque adversa reducto
ter quater ora viri, capulo et cava tempora pulsat
cedentique sequens instat turbatque ruitque
attonitoque negat requiem: pavor occupat illum,         135
ante oculosque natant tenebrae retroque ferenti
aversos passus medio lapis obstitit arvo;
quem super inpulsum resupino corpore Cycnum
vi multa vertit terraeque adflixit Achilles.
tum clipeo genibusque premens praecordia duris      140
vincla trahit galeae, quae presso subdita mento
elidunt fauces et respiramen iterque
eripiunt animae. victum spoliare parabat:
arma relicta videt; corpus deus aequoris albam
contulit in volucrem, cuius modo nomen habebat.     145
     Hic labor, haec requiem multorum pugna dierum
attulit et positis pars utraque substitit armis.

 [115] Il dit, et, comme s'il eût douté de ses premiers exploit, il dirige sa lance contre Ménétès, soldat né dans la Lycie; du même coup perce sa cuirasse et son cœur. Ménétès tombe et roule mourant sur l'arène sanglante. Achille retire sa lance, et s'écrie : "Voilà la main, voilà le fer avec lesquels je viens de vaincre. Employons-les contre mon superbe ennemi; et que les dieux m'accordent le même succès !"

Il dit, et tourne contre Cycnus sa lance inévitable; il l'atteint à l'épaule gauche; le fer y retentit repoussé comme par un mur d'airain, comme par un rocher. Cependant Achille voit sur la cuirasse du Troyen quelques traces de sang; il s'en réjouit en vain : Cycnus n'est point blessé. C'est le sang de Ménétès qui rougit son armure.

[128] Transporté de fureur, Achille s'élance de son char; et l'épée à la main il vole au Troyen, qui l'attend avec une assurance tranquille. Il perce son bouclier, il fend son casque et sa cuirasse; mais le fer retentit sur son corps, et s'émousse sans l'entamer. Achille ne se possède plus. Trois et quatre fois de son bouclier pesant il le frappe au visage. Cycnus recule, Achille le presse, et le trouble, et l'accable; il l'étourdit et le frappe sans relâche. La terreur le saisit; il voit devant ses yeux égarés des ténèbres flottantes. Il portait en arrière ses pas, son pied rencontre une pierre ennemie, il chancelle, il tombe avec violence. Achille fond sur lui. Il le presse de tout le poids de son vaste bouclier; de son genou nerveux il comprime son sein; les courroies de son casque, il les enlace à sa gorge fortement étreinte, et Cycnus perd en même temps et l'haleine et la vie. Achille allait enlever au vaincu son armure; mais il ne voit plus qu'elle. Le dieu des mers venait de changer Cycnus en cet oiseau blanc qui conserve son nom.Ces premiers travaux et ces premiers combats amènent une trêve de plusieurs jours.


Phase 2 : préparation de la traduction

Etape 1 - pour le mercredi 9 Novembre

dixit et (…) hastam               115


misit in adversum Lycia de plebe Menoeten


loricamque simul subiectaque pectora rupit.

extrahit illud idem calido de vulnere telum


atque ait : 'haec manus est, haec, qua modo vicimus, hasta.

Etape 2 - pour le vendredi 11 Novembre

(…) sic fatus Cycnum repetit, nec fraxinus errat


inque umero sonuit non evitata sinistro,


inde velut muro solidaque a caute repulsa est ;


signatum sanguine Cycnum               125


viderat et frustra fuerat gavisus Achilles :


Etape 3 - pour le mercredi 16 Novembre


vulnus erat nullum, sanguis fuit ille Menoetae !


tum vero praeceps curru fremebundus ab alto


desilit et nitido securum comminus hostem


ense petens parmam gladio galeamque cavari               130


cernit, (…).

Etape 4 - entre le 16 et le 18 Novembre
Finir de corriger la construction et d'affiner la traduction à rendre pour le 18 Novembre.

aduersus, a, um : contraire ; hostile, adverse ; contraire, malheureux

plebs, plebis, f. : la plèbe

lorica, ae, f. : la cuirasse ; la haie, la clôture

extraho, is, ere, traxi, tractum : extraire, retirer, ôter

subiicio, is, ere, ieci, iectum : jeter, mettre sous, placer sous, soumettre, assujettir
subjectus, a, um : participe employé comme adjectif

pectus, oris, n. : la poitrine, le coeur, l'intelligence

rumpo, rupi, ruptum, ere : briser, faire éclater, enfoncer ; enfreindre

calidus, a, um : chaud

uulnus, eris, n. : blessure

telum, i, n. : trait (javelot ou flèche)

atque, conj. : et, et aussi

at, conj. : mais

aio, is, - : affirmer ; ait : dit-il, dit-elle

manus, us, f. : main, petite troupe

uinco, is, ere, uici, uictum :vaincre

repeto, is, ere, iui/ii, titum : chercher de nouveau, chercher à récupérer

erro, as, are : se tromper

umerus, i, m. : l'épaule

euito, as, are : fuir, éviter

sinister, tra, trum : gauche

inde, adv. : de là, donc

uelut, inv. :comme

solidus, a, um : solide, massif, compact; entier

cautes, is, f. : la roche l'écueil

repello, is, ere, reppuli, repulsum : repousser

signo, as, are : apposer son cachet, signer

sanguis, inis, m. : le sang, la vigueur

uideo, es, ere, uidi, uisum : voir

frustra, adv. : en vain

nullus, a, um : aucun

uero, inv. : mais

praeceps, cipitis : la tête en avant, la tête la première

currus, us, m. : le char

altus, a, um : haut, profond, grand (métaph.)

desilio, is, ere, -silui, -sultum : sauter de

nitidus, a, um : brillant, resplendissant

securus, a, um : tranquille, sûr

comminus, adv. : de près

hostis, is, m. : ennemi

ensis, is, m. : l'épée, le glaive

parma, ae, f. : le bouclier

gladius, i, m. : glaive

galea, ae, f. : le casque

cauo, as, are : creuser

cerno, is, ere, creui, cretum : distinguer, comprendre, décider