Lycurgue Contre Léocrate

Comment les Athéniens défendirent leur territoire contre les Péloponnésiens sous le règne de Codros.

Ἐπὶ  Κόδρος  βασιλεύοντος,  Πελοποννησίοις,  γενομένης  ἀφορίας  κατὰ  τὴν  χώραν   αὐτῶν,  ἔδοξε  στρατεύειν   ἐπὶ  τὴν  πόλιν  ἡμῶν  καὶ  ἡμῶν  τοὺς  προγόνους  ἐξαναστήσαντας,  κατανείμασθαι  τὴν  χώραν.  /1-2/  Καὶ  πρῶτον  μὲν  εἰς   Δελφοὺς   ἀποστείλαντες   τὸν   θεὸν  ἐπηρώτων   εἰ  δὴ  λήψονται  τὰς  Ἀθήνας.  /3/ ἀνελόντος  δὲ  τοῦ   θεοῦ  ἀυτοῖς  ὅτι  τὴν   πόλιν  αἱρήσουσιν, ἐὰν  μὴ  τὸν  βασιλέα  τῶν  Ἀθηνάιων  ἀπο   κτείνωσιν  ἐστράτευον  ἐπὶ   τὰς   Ἀθήνας. /4-5-6/ Κλεόμαντις δὲ, τῶν Δελφῶν τις, πυθόένος τὸ χρηστήριον, δι  ἀπορρήτων ἐξήγγειλε τοῖς Ἀθηναίοις.

[ Φασίν οὖν τὸν Κόδρον, παραγγείλαντα τοῖς Ἀθηναίοις προσέχειν ὅταν τελευτήση τὸν βίον, λαβόντα πτωχικὴν στολὴν ὅπως ἄν ἀπατήσῃ τοὺς πολεμίους, κᾆτα τὰς πύλας ὑποδύντα, φρύγανα συλλέγειν πρὸ τῆς πόλεως προσελθόντων δ’  αὐτῷ δυοῖν ἀνδρῶν ἐκ τοῦ στρατοπέδου καὶ τὰ κατὰ τὴν πόλιν πυνθανομένων, τὸν ἕτερον αὐτῶν ἀποκτεῖναι τῷ δρεπάνῳ προσπεσόντα, τὸν δὲ περιλελειμμένον παροξυθέντα τῷ Κόδρῳ καὶ νομίσαντα πτῶχον εἶναι, σπασάμενον τὸ ξίφος  ἀποκτεῖναι. ] Τούτων δὲ γενομένων, οἱ μὲν Ἀθηναῖοι κηρύκα πέμψαντες ἠξίουν δοῦναι τὸν βασιλέα θάψαι, λέγοντες  αὐτοῖς  ἅπασαν  τὴν ἀλήθειαν  οἱ δὲ Πελοποννήσιοι τοῦτον  μὲν ἀπέδοσαν, γνόντες δὲ ὡς οὐκέτι δυνατὸν αὐτοῖς τὴν χώραν κατασχεῖν, ἀπεχώρησαν.

 

Sous le règne de Codros, alors qu’une disette s’était abattue sur leur pays, les péloponnésiens décidèrent de marcher en armes contre notre cité et, après avoir chassé nos ancêtres, de se partager le territoire. Et tout d’abord, ils envoyèrent une délégation à Delphes et demandèrent au dieu s’ils prendraient Athènes. Le dieu leur ayant répondu qu’ils prendraient la cité si toutefois ils ne tuaient pas le roi d’Athènes, ils firent marche contre Athènes. Or, un Delphien du nom de Cléomantis, ayant eu connaissance de l’oracle, le fit savoir en grand secret aux Athéniens.

 

 

On raconte donc que Codros, après avoir demandé aux athéniens de faire attention au moment où il perdrait la vie, il endossa la tenue d’un mendiant de façon à pouvoir tromper les ennemis, se glissa par les portes de la ville et se mit à ramasser du bois sec devant la ville. Et comme deux hommes s’étaient avancés des rangs des Péloponnésiens et cherchaient à s’informer sur ce qui ce passait dans la cité, il tua l’un d’entre eux, dit-on, de sa serpe en se jetant sur lui et celui qui restait, en colère contre Codros et pensant que c’était un mendiant, tira son épée et le tua.
Sur ce, les Athéniens envoyèrent un héraut pour réclamer qu’on leur rende leur roi pour qu’il fût enterré  en leur dévoilant toute la vérité. De leur côté, les Péloponnésiens rendirent le corps, mais ayant conscience qu’il ne leur était plus possible de se rendre maîtres du pays, ils se retirèrent.