mot à mot

Catégorie :

Terminale L

Fil des billets

Comment aborder une oeuvre en Terminale lIttéraire ?

dans la catégorie Terminale L

Tl2.jpg
 

Le programme de terminale propose aux élèves de disserter à partir d'oeuvres étudiées en classe durant l'année . L'épreuve consiste à traiter deux sujet de dissertation en deux heures sur une même oeuvre , le plus souvent un roman ou une oeuvre littéraire . On demande  aux élèves une réelle connaissance des oeuvres mais comment doivent t-ils s'y prendre pour acquérir cette connaissance qui va leur permettre de répondre aux questions posées par les sujets ? Voyons dans le détail les astuces qui permettront d'être prêts le jour J et qui prolongeront efficacement le travail effectué en cours avec votre professeur . 

Lire la suite...


Le couple à l'épreuve de la fausse monnaie

dans la catégorie Terminale L

cou.jpg
 

Lorsqu'il rédige son Journal, Gide a bien conscience que penser le système de ses personnages dans le roman qu'il est en train d'écrire Les faux-Monnayeurs,  lui pose un certain nombre de problèmes . S'il envisage leurs rapports en terme de symétrie ou d'oppositions, le procédé  de composition lui paraît artificiel et renvoie alors au romantisme , un courant qu'il juge dépassé et qu'il entend bien ne pas reproduire. Mais il av pourtant présent à l'esprit en permanence l'idée  de devoir justifier (motiver ) l'évolution de ses personnages (le réalisme est passé par là ) et il  est prisonnier de certains principes hérité des romanciers réalistes comme par exemple de caractériser chaque personnage par une voix qui lui serait propre te qui reflèterait sa "personnalité" qui le rendrait reconnaissable pour le lecteur .  Avec le couple, Gide peut saisir à la fois le personnage dans son unicité et dans sa relation à l'autre ce qui lui offre deux points de vue qui se complètent ou qui, dans certains cas, s'opposent. 

Lire la suite...


Diableries et bondieuseries : anges et démons dans les Faux-Monnayeurs

dans la catégorie Terminale L

gide50.jpg
Edouard et Robert de Passavant

Lorsque Gide entreprend d'écrire le Journal des Faux-Monnayeurs, il nous fait part de ses interrogations et des pistes qu'il envisage de suivre pour rédiger et composer son roman Les Faux-monnayeurs; A plusieurs reprises , dans son Journal, il mentionne un personnage particulier : le démon et décrit sa manière d'agir en restant dans l'ombre des personnages ; Comment a t-il intégré cet élément dans son roman et doit-on y voir la marque du diable ou une sorte d'intervention divine proche de l'ange ? Dans une première partie, nous montrerons en quoi consiste cet esprit diabolique qui observe et parfois même  pousse des personnages à agir; Ensuite nous verrons qu'il s'agit d'une  sorte d'alibi pour le narrateur et enfin nous examinerons les interventions de l'ange dans la troisième partie du roman. 

Lire la suite...


Les personnages gidiens : Edouard en maître de cérémonie ?

dans la catégorie Terminale L

gide44.jpg
 

Notons tout d'abord que Gide refuse les descriptions physiques et caractérise ses personnages par leur langage: ce sont des êtres de parole .  Le romancier déclarer chercher l'expression directe  "révélatrice de son état intérieur "  ( journal p 82 )  Ensuite , il entend leur faire jouer un rôle dans l'intrigue et les classe en catégories : le jeune héros qui découvre le monde (Olivier , Bernard)  , les maîtres à penser (, les garants de l'ordre (les pères Molinier et Profitendieu et Vedel) , les rebelles ou faux rebelles comme Bernard , le suppôt de Satan (Robert  et sa comparse Lilian ) , la jeune femme éplorée  (Laura) . Comme beaucoup de romanciers, il fabrique ensuite un système des personnages avec des doublons, des opposés et des variations; Quel rôle joue Edouard au sein de ce sytème ? Est-il vraiment un personnage comme les autres ? 

Lire la suite...


Les faux-Monnayeurs : principes de composition du roman

dans la catégorie Terminale L

gide_42.jpg
 

 Un point d'abord sur ce qui existe : En 1925, quelles sont les attentes des lecteurs de roman et qu'est-ce que Gide entend en prétendant vouloir renouveler le genre romanesque ? Avec la naissance du courant surréaliste, le roman est montré du doigt à cause de se artifices et de certains choix esthétiques ; Ainsi  André Breton, le fondateur du courant surréaliste  affirme que : "le roman avec se descriptions inutiles et sa psychologie rationaliste ne relève que les moments nuls dans la vie. " On lui reproche d'être un genre facile et de chercher à copier la vie ou au contraire de s'en écarter trop artificiellement. Gide rêve d'un roman pur et il prend modèle sur la littérature étrangère, russe et anglaise qu'il apprécie et sur laquelle il travaille. Certaines de se techniques seront reprises et retravaillées ;  20 ans plus tard par le courant littéraire du Nouveau-Roman qui ira encore plus loin dans la contestation du réalisme.

Lire la suite...


Les faux -Monnayeurs : Un film de Benoit Jacquot

dans la catégorie Terminale L

Le réalisateur français Benoit Jacquot a déjà adapté au cinéma de nombreuses oeuvres littéraires et notamment le roman très

gide41.jpg
 

romantique  de Benjamin Constant : Adolphe; Ici il se lance dans l'adaptation du roman de Gide écrit en 1925: Les Faux-Monnayeurs.  Gide écrivait de son roman qu'il était composé comme une fugue de Bach. Le livre raconte l'histoire de deux jeunes lycéens (Bernard et Olivier) et celle d'un écrivain (Edouard) durant les quelques mois d'un été et d'un automne des années 20.  Gide adopte une forme romanesque (l'histoire est en partie racontée dans le journal intime d'un des personnages) qui, à l'époque, bouleversa les lois du genre.  Pour la critique de télérama, le film respecte dans l'esprit et souvent à la lettre le roman.  "Benoît Jacquot n'oublie pas non plus de conserver la beauté sulfureuse du livre. , les acteurs y sont pour beaucoup. Melvil Poupaud, Patrick Mille, Jules Angelo Bigarnet, Maxime Berger, Laurence Cordier sont beaux, excellents mais aussi d'une troublante sensualité. " Regardez la bande annonce ...

 

 

 

Lire la suite...


Le diable à l'oeuvre : rôles et fonctions du démon dans les FM

dans la catégorie Terminale L

gide30.jpg
 

Dans son Journal des FM  , Gide évoque à plusieurs reprises son désir de faire du démon un personnage à part entière .  D'ailleurs , "   Il  n'y a pas d'oeuvre d'art sans collaboration du démon " écrit -il en 1923 dans un essai sur un romancier russe.  Ce projet a partie liée avec son désir de fabriquer un roman métaphysique dans lequel,  à l'image des romans de Dostoievsky, les drames que vit chacun de personnages peuvent avoir des significations philosophiques . En 1921, Gide écrit dans son Journal que "le traité de non existence du diable " devait devenir le sujet central de tout le livre; mais de peur sans doute que cela paraisse trop abstrait ou trop choquant , il a simplement inséré une vague figure de démon à l'intérieur même de son roman et de son intention première de faire du diable le sujet  principal du roman, il est resté au final , assez peu de choses. Certes le diable est bien présent dans le roman mais il apparait le plus souvent subrepticement et il demeure attaché à de nombreux protagonistes sans avoir de continuité . Quels rôles joue-t-il  vraiment  dans la composition du roman ?

Lire la suite...


Gide : Les faux-Monnayeurs et les personnages

dans la catégorie Terminale L

gide16.jpg
Georges observé par Edouard

Dans son Journal, Gide indique vouloir pour ses personnages que chacun à leur tour, ils puissent occuper le devant de la scène du roman; Il mentionne également,à plusieurs reprises, éprouver des difficultés pour fabriquer autour du personnage isolé, un système avec des liens de parenté, des rencontres et des détails réalistes. Il prétend entendre ses personnages mais ne pas pouvoir se les représenter; Du coup, les détails physiques sont étonnamment absents de leurs portraits et ils ne livrent de leur passé que des bribes d'informations . Voyons d'un peu plus près quels sont les principes de fabrication des personnages dans le roman. 

Lire la suite...


Pasolini ,Oedipe , le tragique au cinéma ?

dans la catégorie Terminale L

paso63.jpg
 

Un dramaturge contemporain  a dit à l'occasion d'une interview que le passage à l'image nous fait tourner la tête et nous détourne du sens profond de la tragédie; Nous regardons mais  nous n'entendons plus. Nous devenons spectateurs au lieu d'être acteurs. Partagez-vous ce jugement  récent d'un dramaturge à propos des adaptations des tragédies au cinéma?  Ce sujet se propose de vous faire réfléchir sur les changements opérés sur l'essence de la tragédie par le changement de media, le passage du théâtre au cinéma et ce qu'on nomme le sens profond de la matière tragique (dans Oedipe bien évidemment ) .

Lire la suite...


Le personnage de Jocaste

dans la catégorie Terminale L

oedi96.jpg
 

Différentes questions peuvent vous être posées autour d'un personnage : la plupart du temps, il s'agit d'abord de repérer son importance dans l'oeuvre, de noter les moments où les scènes ou il apparaît; bien sûr un personnage ne s'étudie jamais seul: on peut travailler sur son évolution, les changements qui s'opèrent en lui et les différentes fonctions qu'il est amené à remplir au sein de l'intrigue mai sil ne faut pas perdre de vue ses relations avec les autres personnages. On ne doit jamais se imiter à un portrait psychologique car un personnage littéraire n'est pas une personne. 

Lire la suite...


- page 2 de 7 -