mot à mot

Catégorie :

Terminale L

Fil des billets

Abécédaire des Faux-Monnayeurs

dans la catégorie Terminale L

FM97.jpg
 

Le roman de Gide ainsi que le Journal des Faux-Monnayauers abordent de nombreux thèmes en relation avec la création littéraire.  L'auteur y aborde notamment  son désir d'écrire un roman où il pourrait tout regrouper , tout ce que lui présente la vie ; empêtré dans cette vision idéaliste, il se demande techniquement comment faire et débute une sorte de carnet (son Journal de création, dans lequel on note à la fois l'avancée de son roman et les problèmes qu'il rencontre ) ; Gide inscrit au jour le jour ses sources d'inspiration : un roman où il serait question de deux soeurs,  (Laura et Rachel ou Laura et Sarah ) d'un séducteur (Vincent ), du conflit des générations (Bernard et son père, la famille Molinier ) ; L'écrivain se méfie des roman d'idées et compte sur ses personnages pour incarner des opinions variées ; Il cherche les meilleurs décors et les techniques de narration les plus adaptées à son projet de roman "total" ou roman "pur" . Il s'inspire également de plusieurs faits divers parus dans les journaux de l'époque comme celui du gang des faussaires et celui des suicides d'écoliers : deux anecdotes qu'il va fondre dans le roman. Il hésite longuement sur l'usage des points de vue conscient qu'il a besoin de différents narrateurs et s'interroge "peut être est-ce folie de vouloir éviter à tout prix le simple récit impersonnel ?  (Journal ) En effet, ce dernier est l'instrument favori de la majorité des  écrivains . Gide recherche des truchements : il pense à des notes de Lafcadio, ensuite à un carnet de notes d'Edouard  (qui deviendra  dans la version finale le journal d'Edouard ) mais aussi à un dossier d'avocat (qui es transformera en discussion entre Profitendieu et Molinier , un juge et un avocat. 

Lire la suite...


Duo ou trio : quel est le principe dominant pour les Faux-Monnayeurs et le Journal ?

dans la catégorie Terminale L

La difficulté de ce  sujet de dissertation est double; d'une part il faut définir avec précision ce que recouvrent les notions de duo et de trio  ; d'autre part, il est préférable d'éviter le plan qui oppose les deux entités parce qu'il mène , en quelque sorte à une impasse et que la troisième partie, synthétique, reprendra nécessairement des idées développées dans les deux autres; Pour éviter cet écueil, comment trouver un bon plan?  Des recherches préalables à la rédaction doivent interroger la notion même de duo;  on peut en effet penser au couple qui forme , de base une cellule importante du sytème des personnages du roman ; mais on pouvait également penser au travail de création gidien qui propose deux personnages au final au lieu d'un (dédoublement ) et surtout, la matière pour deux romans ; on pouvait également partir de la notion de relais de narration pour montrer qu'un personnage devient le lecteur d'un autre : la mise en abîme fonctionne  également pour le personnage de l'écrivain et pour le journal d'Edouard au sein du roman (Gide écrit deux livres en même temps ) qui reproduit le journal que Gide écrit en même temps qu'il rédige les FM. 

Lire la suite...


La Pérouse dans Les Faux Monnayeurs

dans la catégorie Terminale L

fm66.jpg
 

Saisir un personnage mineur dans un roman nécessite d'abord et c'est la difficulté principale de se souvenir des passages où il apparait et de se montrer précis dans les références à l'oeuvre; Si Gide ne mentionne qu'une seule fois le personnage de La Pérouse dans son Journal ,  il insère cet pensée dans le cadre d'une réflexion sur les personnages ; En date du 23 février , dans le second Cahier, il se livre à une analyse de ses caractères , commençant par Bernard : "son caractère encore incertain; Au début , parfaitement insubordonné. Se motive , précise et se limite tout le long du livre à la faveur de ses amours....Olivier : son caractère peu à peu se déforme. Il commet des actions profondément contraires à sa nature et à se goûts - par dépit et par violence Un abominable dégoût de lui-même s'en suit. " Vincent se laisse lentement pénétrer par l'esprit diabolique. Il se croit devenir le diable et c'est quand tout lui réussit le plus qu'il se croit le plus perdu. " 

Lire la suite...


Gide : un roman où on se perd ?

dans la catégorie Terminale L

fm41.jpg
 

La dissertation de la semaine se base sur une citation quelque peu ironique d'un critique littéraire contemporain : dans son Journal, Gide se plaint à plusieurs reprises d'avoir accumulé trop de matière pour un seul roman et prétend qu'il pourrait en écrire plusieurs car il cherche , en fait , à faire entrer la totalité de la vie dans son écriture ; Ainsi on pourrait penser qu'à force de vouloir faire entrer trop de choses dans ce roman, on finit par n'y plus rien retrouver.  Si le propos peut paraître paradoxal, il repose en réalité sur une distinction entre le point de vue de l'auteur et celui du lecteur. L'écrivain lui , en dépit de quelques difficultés évoquées dans le Journal, tente de dompter la matière et surtout de l'organiser pour servir son projet narratif de roman pur , Quant au lecteur, il peut à juste titre se trouver quelque peu déstabilisé par les innovations de Gide et se sentir désorienté parfois , à la  fois à cause des techniques employées mais également par manque d'habitude de ce type d'écriture. 

Lire la suite...


La notion de héros pour Gide dans Les Faux-Monnayeurs

dans la catégorie Terminale L

gide67.jpg
 

Pour interroger la notion de héros, encore faut-il la définir et définir ses variations . L'un des moyens les plus simples consiste à revenir sur l'histoire littéraire et notamment sur l'histoire de l'évolution des personnages de roman; Alors qu'au Moyen-Age le héros épique se définit par son courage et sa capacité à surmonter les obstacles , dès l'âge classique, la notion d'héroïsme est inséparable de la possession de valeurs morales comme l'honnêteté et l'esprit . Les Philosophes des Lumières définissent le héros comme un homme qui cherche à s'élever dans la société par différents moyens ; Cet idéal se poursuit au siècle suivant: Le courant réaliste multiplie les modèles de héros qui désormais pourront provenir de toutes les couches sociales et ne se limitent plus à un type unique et uniforme; Il faudra attendre le début du siècle suivant pour voir apparaître la notion de anti-héros; Il désigne les personnages qui ne se démarquent plus par leurs actions hors du commun mais qui , au contraire,  se fondent dans la masse des anonymes .

Lire la suite...


Les sujets de dissertation sur les Faux-Monnayeurs : à quoi s'attendre ?

dans la catégorie Terminale L

fauxm2.jpg
Edouard et Georges 

Lorsque le programme comporte deux œuvres comme c'est le cas pour Gide, le Journal des Faux-Monnayeurs et le roman du même nom, les sujets nécessiteront que vous maitrisiez ces deux supports et leurs caractéristiques principales ; Pour le Journal, il faut connaître les grandes questions que se pose l'écrivain , la liste de ses difficultés et ses principaux sujets de réflexion autour de l'oeuvre littéraire : sa création notamment ; A partir de quel sujet construit -on un roman, quels points  de vue offrent la vision la plus large, comment écrire de manière réaliste et qu'est-ce qu 'on appelle  désormais le réalisme après  Balzac et Zola.....l'écriture doit-elle puiser dans le réel ? doit -elle offrir au lecteurs une leçon ? doit -on y aborder tous les sujets ? 

Lire la suite...


Gide face à la critique

dans la catégorie Terminale L

fauxm7.jpg
fauxm7.jpg, nov. 2017

Lors de sa parution, le roman de Gide Les faux -Monnayeurs souleva des réactions diverses et fut d'ailleurs diversement apprécié par la critique littéraire; Que pouvait-on au juste reprocher à Gide ? Plusieurs aspects de la composition littéraire ont été abordés et ont fait l'objet d'avis circonstanciés.

Le plan moral peut tout d'abord être abordé : on se souvient qu'en 1857 Flaubert, romancier réaliste et Baudelaire, poète précurseur du symbolisme, furent tous deux victimes d'un procès retentissant où on leur reprochait, pour l'un de peindre avec complaisance une femme adultère Madame Bovary, qui conduit son mari à la mort  et pour l'autre, de composer des sonnets où il est questions d'amours scandaleusement sapphiques.  A t-on raison de juger de la qualité littéraire d'une oeuvre au nom de la morale qui y est exprimée par des personnages fictifs ? Baudelaire a du publier une version expurgée de son recueil Les Fleurs du Mal et Flaubert a gagné son procès contre Maitre Pinard : ce parfum de scandale au passage, lui a permis de vendre davantage de roman car les lecteurs étaient curieux de lire les amours interdites de cette femme de médecin de campagne. 

 

Lire la suite...


Journal et roman : thématiques associées

dans la catégorie Terminale L

fm78.jpg
 

Associer les deux oeuvres revient en fait à chercher ce qu'elles ont en commun, notamment dans les thèmes qu'elles abordent sous des angles différents; Le journal ,en effet, décrit les réflexions et les nécessaires interrogations d'un auteur face à la création littéraire Le roman met en pratique les choix effectués par l'auteur et permet de vérifier s'il applique à sa propre fiction les principes intellectuels de la création . Entre la théorie et la mise en pratique , la réflexion de Gide peut avoir évolué et nous chercherons à repérer dans le roman s'il applique les principes qu'il énonce.

Lire la suite...


Les faux-Monnayeurs : le résumé du résumé

dans la catégorie Terminale L

fm72.jpg
 

Composé de 3 parties chacune située soit à Paris soit à Saas-Fée , la trame du roman gidien laisse au final peu de place au fil conducteur d'une intrigue ; on a plutôt l'impression de suivre différentes intrigues qui se mêlent tel un écheveau de fils ; Résumons les principales étapes du cadre événementiel et suivons ainsi les évolutions croisées des personnages qui, selon un principe cher à l'auteur, occupent le devant de la scène par intermittences. Soyez attentifs à leurs allées et venues et aux relations entre eux car l'intrigue est le meilleur moyen trouvé par l'auteur pour rassembler ses personnages, les faire se rencontrer, voire les confronter.

 

Lire la suite...


Qu'est-ce qu'un anti -héros et qu'est-ce qu'un anti-roman ? L'exemple des Faux-Monnayeurs

dans la catégorie Terminale L

gid25.jpg
 

La question mérite réflexion car le sens même d'anti est très difficile  à définir . Si on part de la notion d'anti-héros que beaucoup ont rencontrée l'an dernier, on peut d'ores et déjà établir plusieurs typologies ; le premier sens d'anti -héros pourrait consister à dire qu'un antihéros est un personnage qui ne présente pas les caractéristiques habituelles ou convenues de ce qu'on nomme héros ; Soit il est lâche par opposition aux héros courageux (Bardamu dans Voyage au bout de la nuit) , soit il est banal par opposition aux héros charismatiques et extraordinaires ( le héros de Un homme qui dort de G Pérec, qui passe ses journées à ne rien faire ), soit il est antipathique et cynique par opposition aux héros auxquels on a envie de s'identifier;  on peut penser à Dom Juan, ou bien au vicomte de Valmont dans les Liaisons dangereuses ; il peut aussi être juste naïf et maladroit comme le héros stendhalien   mais on peut songer également au héros étranger au monde et qui semble n'éprouver aucun sentiment tel qu'on va le renconter dans les romans comme celui d'Albert Camus : l'Etranger . Tous ses personnages qu'on peut qualifier de anti-héros forment un ensemble hétéroclite et pour chacun d'eux, le préfixe anti ne désigne pas la même chose. 

Lire la suite...


- page 1 de 7