les lycéens de villon s'engagent pour le climat

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

16 octobre 2015

Conférence "Les défis du changement climatique"

Le lundi 2 novembre 2015, Mme Catherine Gautier-Downes, professeure émérite en Physique du Climat à l'Université de Santa Barbara (Californie), prononcera une conférence sur le dérèglement climatique. La conférence, "Les défis du changement climatique" se déroulera au lycée François Villon des Mureaux en salle polyvalente, de 13h30 à 15h30.

                                          

                                            Catherine Gautier-Downes

Catherine Gautier-Downes est une spécialiste reconnue des enjeux climatiques. Avec ses étudiants californiens, elle a réalisé plusieurs simulations de COP depuis une dizaine d'années. Elle est l'auteure de nombreux articles et livres, dont l'ouvrage collectif Comprendre le changement climatique (en codirection avec Jean-Louis Fellous, Odile Jacob, 2007) et Eau, pétrole, climat : un monde en panne sèche (Odile Jacob, 2008, avec J.-L. Fellous). Son dernier livre, également co-écrit avec J.-L. Fellous, Les gaz de schiste. Nouvel eldorado ou impasse ? (Odile Jacob, 2013), fait le point sur les techniques d'extraction de cette énergie controversée et les risques que son exploitation comporte pour l'environnement.

Un blog pour le climat

Ce blog s'est constitué à la suite du projet Lycéens franciliens, notre COP-21, conduit pendant l'année scolaire 2014-2015. Porté par 14 lycées d'Île-de-France avec l'aide de la DRIEE, des associations CliMates et Frequence School, ce projet a permis de simuler la 21e conférence environnementale (ou COP-21) de décembre 2015. Dix-huit élèves de 2nde du lycée François Villon ont joué le rôle des négociateurs philippins. Deux élèves, Jules Rodride et Angeline Dos Reis, accompagnés de leurs professeurs, ont fait partie de la délégation officielle lors de la visite d’État du président de la République aux Philippines, les 26 et 27 février 2015. Six mois avant la COP-21, le 6 mai 2015, les 14 lycées participants ont organisé la "COP des lycéens" au lycée du Bourget.

Le 27 novembre 2015, les 31 élèves de la 2nde 11 simuleront la COP-21 au Lycée François Villon : ce sera la COP-VILLON. En 2016, la classe participera au projet interacadémique Le climat, c'est chez moi !, avec pour objectif de construire un agenda francilien des solutions. Un partenariat avec le Lycée Français de Manille permettra de croiser les regards et les approches sur le développement durable.

Ce blog a pour ambition de s'appuyer sur l'expérience des élèves afin d'envisager l'après COP-21, autour d'un projet durable et évolutif ayant pour objectif de faire émerger la génération des écocitoyens d'aujourd'hui et de demain. Son but est de parler plus clairement du dérèglement climatique en suscitant l'envie et désir du changement chez les jeunes.

15 octobre 2015

Conférence de Philippe Dorléans, militant de Greenpeace

Philippe Dorléans, militant de Greenpeace depuis 1988 et fin connaisseur de cette ONG interviendra pour un séminaire le jeudi 5 novembre 2015 en salle A104, de 13h30 à 15h30.
Cinq axes de travail seront privilégiés :

1° Connaître l'action de Greenpeace à l'échelle internationale ;

2° Comprendre la position de cette ONG sur le dérèglement climatique ;

3° Comprendre les solutions que Greenpeace propose et en débattre ;

4° Connaître les actions que compte mener Greenpeace pendant la COP21 ;

5° Apprendre à organiser un side event. En effet, les quatre délégués qui représenteront les ONG environnementales à la COP-VILLON sont autorisés à recruter jusqu'à 10 militants parmi les lycéens et devront organiser des side events, c'est-à-dire des événements visant à sensibiliser les opinions publiques et à faire pression sur les décideurs politiques.

                        

                                           Philippe Dorléans en 2012

               (photo : Paolo Verzone ; Agende Vu pour "M" le Magazine du Monde)

13 octobre 2015

Le site Ma COP21 du Réseau Action Climat, une mine d'infos !

Le Réseau Action Climat frappe très fort avec un site très bien conçu sur les enjeux de la COP21 : Ma COP21.fr. Il comprend de très nombreux articles d'actualité, fait le compte des contributions nationales de chaque État partie et propose même un thermomètre virtuel : dans l'hypothèse où les contributions annoncées par les Etats seraient mises en oeuvre, le réchauffement serait à l'horizon 2100 de +2,7°C, au-dessus donc des recommandations des experts du GIEC (seuil de +2°C à l'horizon 2100). Un site incontournable pour comprendre la COP21.

10 octobre 2015

L'exposition "Le Climat à 360°" à la Cité des Sciences ouvre ses portes

La Cité des Sciences et de l'Industrie de la Villette organise une grande exposition sur les enjeux du dérèglement climatique, "Le Climat à 360°". Inaugurée le 12 octobre, elle se poursuit jusqu'au 22 mars 2016.

L'exposition privilégie une approche documentaire et donne la parole à de nombreux experts, de "grands témoins" spécialisés sur la question climatique. Interactive, elle accorde une place de choix à la simulation lycéenne de la COP21 organisée au Bourget le 6 mai dernier, présentée dans un igloo de métal à l'entrée de l'exposition. Elle propose enfin un parcours artistique, notamment à travers le regard du photographe Kadir van Lohuizen sur les conséquences humaines de l'élévation du niveau des mers.

Pour en savoir plus sur cette exposition, consultez le site de la Cité des Sciences

Les élèves de la Seconde 11 à projet visiteront l'exposition en janvier 2016.

07 octobre 2015

"Le climat, c'est chez moi !"

Vers un agenda lycéen des solutions

Le succès du projet "Lycéens franciliens" a conduit les trois académies d'Île-de-France à construire un nouveau dispositif pour 2015-2016 : "Le climat, c'est chez moi ! Lycéens d'Île-de-France et d'ailleurs, notre Agenda des solutions". Une vingtaine de lycées ont répondu à l'appel à projet. 

Ce projet a trois objectifs :

* Éduquer les élèves aux causes, aux conséquences et aux enjeux locaux du changement climatique, de l'échelle communale ou intercommunale à l'échelle régionale. Le projet a également une dimension internationale, puisque des partenariats seront mis en oeuvre avec quinze lycées du réseau de l'AEFE (agence pour l'enseignement français à l’étranger). Pour Les Mureaux, il s'agit du Lycée Français de Manille ;

* Ouvrir les élèves et les lycées sur leur territoire de proximité afin d'étudier la façon dont ils contribuent aux engagements de la France en matière d'atténuation et d'adaptation ;

* Favoriser les enseignements transversaux en associant les acteurs de la lutte contre le dérèglement climatique (jeunes, enseignants, techniciens et personnels de l'établissement, acteurs du territoire). 

Le déroulement du projet

En s'appuyant sur leur expérience de négociateurs climatiques, les élèves de la 2nde 11 vont acquérir des connaissances nouvelles sur les effets du dérèglement climatique à l'échelle de leur région afin de devenir des experts sur ces questions complexes : ce dispositif est donc un jeu de rôles. Ils disposeront pour cela des ressources de la DRIEE d'Île-de-France (Direction régionale et interdépartementale de l'environnement et de l'énergie) et du SRCAE (Schéma régional du climat, de l'air et de l'énergie d'Île-de-France). La première étape du projet consiste à établir un diagnostic du territoire d'étude : quelles sont ses vulnérabilités ? Quel est son bilan énergétique ? Quel est son niveau d'émission de gaz à effet de serre ? Comment s'effectuent les mobilités ? Comment l'eau est-elle gérée ? Quelles mesures sont prises en faveur de la biodiversité ?

La seconde étape conduira les experts lycéens à formuler des propositions dans un "Agenda des solutions" de leur territoire. Le travail s'appuiera sur l'expérience des acteurs (collectivités locales, agences, associations de citoyens) et l'analyse des solutions déjà entreprises. Ces recherches pourront être enrichies par une comparaison avec Manille, grâce au travail conduit par les élèves du Lycée français. C'est en croisant les regards qu'ils pourront mieux comprendre les enjeux locaux du dérèglement climatique.   

Enfin, le 18 mai 2016, six délégués du lycée François Villon participeront à un colloque international d'experts. Cette rencontre permettra d'établir un agenda lycéen des solutions.

Le territoire du projet : la Communauté d'agglomération Seine & Vexin

Le territoire choisi est celui dans lequel s'inscrit le lycée François Villon. La Communauté d'agglomération Seine & Vexin, qui correspond aux communes dont les élèves de la 2nde 11 sont originaires. Cette collectivité locale comprend 17 communes réparties sur les deux rives de la Seine et le Vexin français. Elle regroupe environ 70000 habitants.


        Carte de la communauté d'agglomération Seine & Vexin
                                        (site de Seine & Vexin)
                                                                     

01 octobre 2015

Journée scientifique "Enjeux et perspectives de la COP21"

                                

A quelques semaines de la COP21, l'association Météo et Climat propose de faire un point sur les enjeux de ce rendez-vous majeur des négociations climatiques mondiales avec des experts des principaux sujets. Cette journée scientifique se déroulera au Ministère de l’écologie, du Développement durable et de l'énergie le 29 octobre. Un compte-rendu de ce colloque sera mis en ligne sur cette page. Le programme est disponible sur le site de Météo et Climat.

27 septembre 2015

Les délégations lycéennes

La COP-VILLON comprend six délégations étatiques composées de quatre membres. Chaque délégation désigne un président chargé de coordonner le travail de l'équipe et de prononcer le discours d'ouverture devant l'Assemblée générale.

Délégation de la République Populaire de Chine

Présidente : Melisa

Membres : Melisa, Nabil, Zakaria, Chloé.

Délégation des États-Unis d'Amérique

Président : Tino

Membres : Nicolas, Paul, Tino, Clément.

Délégation de l'Union Indienne

Présidente : Éloïse

Membres : Hugo, Prince, Lilou, Éloïse.

Délégation des Maldives (représente aussi l'ensemble du groupe des AOSIS)

Présidente : Yasmine

Membres : Lorine, Yasmine, Élise, Aïssa.

Délégation du Mexique (représente aussi tous les PVD sauf l'Inde et la Chine)

Président : Thibault

Membres : Soline, Nora, Madison, Thibault.

Délégation de l'Union Européenne

Présidente : Rosemonde

Membres : Julien, Maïlys, Cédric, Rosemonde.

Comme pour les véritables COP, deux groupes de pression représentent les acteurs économiques et la société civile. Ils ne disposent pas du droit de vote en Assemblée générale, mais ont un grand pouvoir d'influence et de lobbying auprès des délégations officielles.

Groupement des industries pétrolières

Président : Yassine

Membres : Adnane, Gabriel, Yassine.

Groupement des ONG environnementales

Président : Anis

Membres : Anis, Clément, Samara, Margaux.

Les ONG environnementales peuvent recruter des adhérents afin d'organiser des manifestations en marge de la COP-VILLON. Le nombre maximal de membres associés est fixé à dix.

Membres associés :

25 septembre 2015

Délégation de la République Populaire de Chine

                               

LA CHINE, LA DEUXIÈME PUISSANCE MONDIALE FACE AUX DÉFIS CLIMATIQUES

LA POSITION CHINOISE FACE AU DÉFI CLIMATIQUE : DES RESSOURCES

La Chine a publié le 30 juin 2015 sa contribution nationale pour la COP21. Ce document est décrypté par plusieurs sites. Le CITEPA (Centre Interprofessionnel Technique d’Études de la Pollution Atmosphérique) la résume en quelques lignes et renvoie vers d'autres sites.

Le site de l'ambassade de Chine à Paris rend compte régulièrement des mesures prises par le pays en matière de développement durable dans la rubrique "La Chine au présent". Il s'agit bien sûr de la position officielle du gouvernement chinois, qui doit être comprise avec une certaine distance critique. 

Sur le site Le Monde.fr,les chercheurs de l'IDDRI (Institut du Développement Durable et des Relations Internationales) de Science Po ont publié une analyse très riche de la difficile position chinoise sur le climat (1er juillet 2015) :"Entre course à la croissance et défi climatique, où en est la Chine ?".

L'association Albedo, spécialisée dans l'organisation de simulations de négociations climatiques, a mis en ligne sur son site une fiche faisant le point sur la position chinoise pour la future COP. La lecture de ce document aidera grandement les négociateurs dans leur préparation.

LA CHINE EN CHIFFRES

Données principales :

Émissions de CO2 cumulées 1850-2010 :

Émissions par habitant/an :

PIB/hab. : 8280 dollars

IDH : 0,719

Vulnérabilités aux dérèglements climatiques :

Alliances au sein de la CCNUCC : G 77 + Chine

Nature du régime : République autoritaire à parti unique

Chef d’État : Xi Jinping (depuis le 14 mars 2013)

Chef de gouvernement actuel : Li Keqiang (depuis le 15 mars 2013)

Données économiques :

PIB (dollar constant) : 11384 milliards de dollars (2015, FMI)

PIB/hab. (dollar constant) : 8280 dollars (2015, FMI)

Aide publique au développement - Pays donateur : 651 millions de dollars (2013, Banque mondiale)

Taux de chômage (en % de la population active) : 4,1 % (2015, FMI)

IDH : 0,719 (2013, PNUD)

Dépenses militaires : 190 milliards de dollars (2014, Sipri)

Part du budget de l'armée (en % du PIB) : 2,09% (2014, Banque mondiale)

Données démographiques :

Superficie : 9 596 961 km2

Population : 1,375 milliard d'habitants (2015, FMI)

Indice de fécondité : 1,67 enfant par femme (2013, Banque mondiale)

Espérance de vie à la naissance : 75,4 ans (2013, Banque mondiale)

Si disponible, estimations démographiques en 2050 : 1,385 milliard d'habitants (INSEE)

Données géographiques et géopolitiques :

Caractéristiques géographiques du pays :

- Climats : Froid et humide (Mandchourie), Aride (désert de Gobi en Mongolie intérieure, désert du Takla Makan au Xinjiang, haut plateau tibétain), semi-aride (au Nord de Pékin), humide (Chine méridionale).

- Disponibilité en eau : 2259 m3 par habitant et par an en moyenne (2002, FAO), mais très inférieure dans les régions du Nord (moins de 500 m3).

Pays frontaliers : Mongolie, Russie, Corée du Nord, Taïwan, Philippines, Malaisie, Vietnam, Laos, Birmanie, Inde, Bhoutan, Népal, Pakistan, Afghanistan, Tadjikistan, Kirghizstan, Kazakhstan.

Vulnérabilité aux dérèglements climatiques (inondations, sécheresses, cyclones, etc.) :

Vulnérabilité aux autres catastrophes naturelles (tremblements de terre, éruptions) :

Données forestières et agricoles :

Surface boisée du pays : 2 123 872 km2 (soit 21,9% de la superficie du pays) (2013, Banque mondiale). Au cours des 60 dernières années, les investissements réalisés dans les plantations forestières, à la fois dans la production de bois et dans la lutte contre la désertification, ont permis d'ajouter 80 millions d'hectares à la superficie forestière totale, remplaçant les forêts perdues aux XVIIIe et XIXe siècles. Toutefois, les forêts de représentaient que 22% de la superficie du pays en 2013, alors que moyenne mondiale est de 31%. Par ailleurs, la dépendance de la Chine à l'égard du bois d'oeuvre a fortement augmenté depuis trente ans (2013, Banque mondiale et FAO : Situation des forêts du monde, 2012).

Taux de déforestation (ha/an) : 22% en 2008 (4,7 millions d'hectares plantés) d'après les statistiques du comité Greening National (source : revue Géoconfluences : "Chine, une politique forestière volontariste", 4/10/2010).

Existence d'un programme de lutte contre la déforestation/de reforestation :

Application du programme REDD+ sur le territoire :

Pourcentage de la population active dans le secteur agricole (% de la population active totale) :

Surface agricole utile (% de la surface totale) :

Énergies (données de 2010, sauf pour les réserves) :

Production et consommation d'énergie (figure 1) :

Réserves de sources d'énergie non-renouvelables (pétrole, charbon, gaz) (barils, tonnes, m3) :

- Pétrole :

- Charbon :

- Gaz :

Gaz à effet de serre (2010) :

Émissions de CO2 en 2010 (kt) : 9 019 518 kt (2010, Banque mondiale)

Émissions de CO2 en 1990 (kt) : 2 460 744 kt (2010, Banque mondiale)

Émissions de CO2 cumulées (Mt) pour la période 1850-2010 :

Émissions de CO2 par habitant par an (t/hab/an) : 6,2 tonnes (2010, Banque mondiale)

Émissions de CH4 en 2010 (kt CO2 eq) : 1 642 258 kt (2010, Banque mondiale)

Émissions de N2O en 2010 (kt CO2 eq) :   550 297 kt (2010, Banque mondiale)

Émissions des autres GES (HFC, PFC, SF6) en 2010 (kt CO2 eq) : 249 362 kt

Émissions totales (kt CO2 eq) (figure 2) : 11 461 435 kt (2010, Banque mondiale)

Existe-t-il des plans nationaux climat ou des politiques climatiques particulières ?

Convention Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques :

Appartenance à une alliance au sein de la CCNUCC : G77 + Chine

Pays alliés, participants à la simulation, du fait de ces alliances : Inde, Mexique et autres PVD

Appartenance à l'Annexe I du Protocole de Kyoto :

Engagement sur la 2e phase du protocole de Kyoto (2010-2020) :

Position générale dans les négociations :

Positon publique sur le changement climatique de la Chine:

La chine est un des pays les plus exposé aux catastrophes naturelles, notament les tremblement de terre , les inondation ,les cyclones ,les sécheresses et les glissement de terrain .Depuis plusieurs années le pays prend la bonne direction en termes de réduction des risques de catastrophes.


Risques naturels, vulnérabilités:


La Chine a déjà eu affaires a des séismes , par exemple le séisme de Shanxi qui a tué environ 800.000 personnes mais aussi le séisme de Tangshan qui lui en a tué environ 500.000 à 800.000 en effet ces séismes font partie des plus grandes catastrophes naturelles de l'Histoire de la Terre . Ou bien certaines sécheresses dans des régions plus au nordLa Chine est vulnérable aux inondations pour commencer car si la quantité d'eau des océans augmente (de 1,4 à 3,2 mm par an), , les cotes de la chine seront submergés pas les eaux et des millions de personnes devront migrés vers l'intérieur de la chine. Si la température augmente de plus de 2 degrés, rien n'empêche que la sécheresse recommence dans certaines régions, ce qui entrainera un mauvais rendement.

Les provinces chinoises peuvent être touchées de 6 à 8 typhons, qui entrainent des mouvements de terrains, des laves torrentielles, tremblement de terre .


Les actions de la Chine déjà entreprises:

En tant que première puissance économique mondiale et par ailleurs le premier emetteur mondial de dioxyde de souffre la Chine a entrepris certaines actions comme construire une ville « verte » nommée « Dongtan » et à signer le protocole de Kyoto en 1998 pour la réduction des gaz à effet de serre.

Ils ont mis en place des lois des normes pour la protection environnementale.


Ce que la Chine compte faire:


L’une des priorités du pouvoir chinois est désormais de réduire ces productions de GES avec des solutions intégrées de développement durable, la Chine vise à atteindre un niveau maximal de ses émissions de CO2 en 2030 (conformément à son annonce dans le cadre de l'accord Chine-Etats-Unis conclu le 12 novembre 2014). La Chine vise également une réduction de ses émissions de CO2 par unité de PIB comprise entre 60 et 65% d'ici 2030 par rapport aux niveaux de 2005.

Délégation des Etats-Unis d'Amérique

     
                                 

LES ÉTATS-UNIS, PREMIÈRE PUISSANCE ET DEUXIÈME POLLUEUR MONDIAL

DES RESSOURCES POUR COMPRENDRE LA POSITION DES ÉTATS-UNIS SUR LE CLIMAT

Les chercheurs de l'IDDRI (Institut du Développement Durable et des Relations Internationales) de Science Po publient des chroniques expliquant la position des Etats dans les négociations internationales sur le climat. Celle du 1er avril 2015 portait sur les États-Unis : "La contribution des États-Unis à la lutte contre le changement climatique" disponible sur le blog Paris Climat 2015 Make It Work.

L'association Albedo, spécialisée dans l'organisation de simulations de négociations climatiques, a mis en ligne sur son site une fiche faisant le point sur la position états-unienne pour la future COP. La lecture de ce document aidera grandement les négociateurs dans leur préparation.

LES ÉTATS-UNIS EN CHIFFRES

Données principales :

Émissions de CO2 cumulées 1850-2010 :5769 Mt

Émissions par habitant/an :17 tonnes

PIB/hab. : 46 405 dollars

IDH : 0,91

Vulnérabilités aux dérèglements climatiques : canicules, orages, tornades, cyclones (Floride, Louisiane), sécheresse (Californie, Grandes Plaines), air polaire et glacial (Nord-Est).

Alliances au sein de la CCNUCC : Groupe Umbrella avec l'Australie, le Canada, le Japon, la Nouvelle-Zélande, la Norvège, l'Ukraine, l'Islande et la Russie. 

Nature du régime : République fédérale

Chef d’État : Barack Obama (depuis le 20 janvier 2009)

Données économiques :

PIB (dollar constant) : 17 420 milliards de dollars (2014, Banque mondiale)

PIB/hab. (dollar constant) : 46 405 dollars (2014, Université de Sherbrooke)

Aide publique au développement (donateur/récepteur) : 1er donateur. 32,2 milliards de dollars (2014, OCDE)

Taux de chômage (en % de la population active) : 5,5 %

IDH : 0,91 (2010, Banque mondiale)

Part du budget de l'armée (en % du PIB) : 3,5% (2014, Banque mondiale)

Données démographiques :

Superficie : 9 629 048 km2

Population : 318,9 millions d'habitants (2014, Banque mondiale)

Indice de fécondité : 1,87 enfant par femme (2013, Banque mondiale)

Espérance de vie à la naissance : 79 ans. Femmes : 81 ans ; Hommes : 76 ans (2012, Banque mondiale)

Si disponible, estimations démographiques à 2030 ou 2050 : 401 millions d'habitants (INSEE)

Données géographiques et géopolitiques :

Caractéristiques géographiques du pays :

- Climat : tempéré, avec de nombreuses variantes (océanique - Nord-Est, Nord-Ouest, méditerranéen - Californie), tropical (Floride, Louisiane), désertique (désert du Nouveau Mexique), montagnard (Rocheuses), continental (Nord, Centre). 

- Disponibilité en eau : 10 837 m3 par habitant et par an (2002, FAO)

Pays frontaliers : Canada, Mexique, Cuba

Vulnérabilité aux dérèglements climatiques (inondations, sécheresses, cyclones, etc.) : En été, canicules, orages, cyclones, sécheresses ; en hiver, air polaire glacial.

Vulnérabilité aux autres catastrophes naturelles (tremblements de terre, éruptions) : tremblements de terre (Californie), risques d'éruptions volcaniques (volcan du Yellowstone), éruptions volcaniques fréquentes (Mauna Loa - Hawaï, Mont Rainier, Mont Saint Helens, Mont Baker).

Données forestières et agricoles :

Surface boisée du pays (en % de la superficie totale) : 33% (2012)

Taux de déforestation (ha/an) :500 000 ha/an

Existence d'un programme de lutte contre la déforestation/de reforestation :FAO ( lefigaro.fr)

Application du programme REDD+ sur le territoire : OUI

Pourcentage de la population active dans le secteur agricole (% de la population active totale) : 2%

Surface agricole utile (% de la surface totale) : 44,16 % (2012, Banque mondiale)

Énergies (données de 2010, sauf pour les réserves) :

Production et consommation d'énergie (figure 1) :

Réserves de sources d'énergie non-renouvelables (pétrole, charbon, gaz) (barils, tonnes, m3) :

- Pétrole : 3 650 000 000 barils

- Charbon : 238 000 000 000 tonnes

- Gaz : 9 800 000 000 000 m3

Gaz à effet de serre (2010) :

Émissions de CO2 en 2010 (en kilotonnes) : 5 408 869 kt (2010, Banque mondiale)

Émissions de CO2 en 1990 (kt) : 4 823 557 kt (2010, Banque mondiale)

Émissions de CO2 cumulées (Mt) pour la période 1850-2010 :5769 Mt

Émissions de CO2 par habitant par an (t/hab/an) : 17 tonnes métriques

Émissions de CH4 en 2010 (kt CO2 eq) : 525 688 kt (2010, Banque mondiale)

Émissions de N2O en 2010 (kt CO2 eq) : 304 082 kt (2010, Banque mondiale)

Émissions des autres GES (HFC, PFC, SF6) en 2010 (kt CO2 eq) : 348 460 kt (2010, Banque mondiale)

Émissions totales (kt CO2 eq) (figure 2) : 6 587 099  kt

Existe-t-il des plans nationaux climat ou des politiques climatiques particulières ?Oui

Convention Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques :

Appartenance à une alliance au sein de la CCNUCC : Groupe Umbrella

Pays alliés, participants à la simulation, du fait de ces alliances : U.E. et Chine

Appartenance à l'Annexe I du Protocole de Kyoto :Non

Engagement sur la 2e phase du protocole de Kyoto (2010-2020) :Oui

Position générale dans les négociations :

    

Position publique des Etats-Unis sur le changement climatique.

Le pays des Etats-Unis est très vaste. C'est pour cela que s'y trouvent de nombreux climats: océanique, méditerranéen, continental sec, désertique, tempéré et tropical.

Ce pays fait aussi face à de nombreux dérèglements climatiques comme les sécheresses (en Californie) qui provoquent de temps à autre des feux de forêts, de violents orages qui, eux, sont accompagnés quelques fois de forts cyclones(ex: Katrina, 2005) ou de tornades. Les Etats-Unis ont pris quelques réformes pour le changement climatique:

- le 14 février 2002 est présenté le Clear Skies and Global Climate Change par G.W.. C'est un plan alternatif, qui développe une approche, à moyen ou long terme, vis-à-vis du problème climatique.
- En mars 2005, un nouveau règlement antipollution de l'Agence fédérale pour la protection de l'environnement (EPA), intitulé Clean Air Interstate Rule (CAIR), applicable dans 28 Etats et à Washington, limite les rejets d'anhydride sulfureux et d'azote émis par les centrales électriques.
- Le 8 août 2005, une loi sur la politique de l'énergie reprend les mesures proposées lors de l’entrée en fonction du président Bush, visant à diversifier les sources d’énergie par une relance du nucléaire, du "charbon propre", et le développement de l’éthanol.
-En mai 2007, G. W. Bush lance le MEM (Major Economics Meeting on Energy Security and Climat Change) qui rassemble 15 pays : l'Afrique du Sud, l'Allemagne, l'Australie, le Brésil, le Canada, la Chine, la Corée du Sud, la France, l'Inde, l'Indonésie, l'Italie, le Japon, le Mexique, la Russie, le Royaume-Uni, l'Union européenne et les Nations unies.

Des réformes sont aussi à l'échelle locale:

- En décembre 2005, une initiative régionale pour les gaz à effet de serre est ainsi signée par sept Etats du nord-est des Etats-Unis. Cette stratégie vise à stabiliser les émissions en 2009 puis à les réduire à partir de 2016 par le plafonnement et l’échange de droits à polluer.
- En décembre 2005, parallèlement au sommet de l'ONU sur le changement climatique de Montréal, un collectif de près de 200 villes américaines signe un engagement pour réduire de 30% les émissions de dioxyde de carbone d'ici à 2020.
- En septembre 2006 la Californie adopte une loi sur le réchauffement climatique, qui prévoit conformément aux objectifs de Kyoto, de ramener les émissions de gaz à effet de serre au niveau de 1990 avant 2020.
- En février 2007, l’Arizona, la Californie, le Nouveau-Mexique, l’Oregon et l’Etat de Washington adoptent une Initiative régionale d’action des Etats de l’Ouest américain sur la question du climat, visant à intensifier la lutte contre les rejets de gaz dans tous les secteurs.

La question du climat à aussi un certain enjeux politique comme l'a affirmé Barack Obama lors de son discours d'investiture le 20 janvier 2013, les Etats-Unis ne peuvent plus consommer les ressources planétaires sans se soucier des conséquences. Il a annoncé une participation très active de son administration aux négociations sur le changement climatique et confirmé son intention d'instaurer un système fédéral de quotas et d'échanges de droits d'émission et d'établir des objectifs annuels quantifiés qui seront élevés, en vue de réduire les rejets américains de gaz à effet de serre de 80% d'ici à 2050. Pour arriver à ces objectifs quelques mesures ont étés prises depuis l'arriver de Barack Obama au pouvoir dontl e plan "Clean Power" (Energie propre) vise à réduire de 32%, à l'horizon 2030, les émissions de C02 provenant du secteur de la production d'électricité, par rapport à leur niveau de 2005.

Ces mesures visent à passer d'anciennes énergies plus ou moins polluantes à de nouvelles énergies renouvelables qui représenteront 28% des énergies utilisées contre 22% aujourd'hui.

Lors de la COP Villon les Etats-Unis défendront les intérêts planétaires dans le but d'empêcher la monté des températures de plus de 2°C (35.6°F). Pour cela les Etats Unis sont toujours d'accord pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre de 26% à 28% d'ici 2025 par rapport aux émissions de 2005 (accord Chine --> Etats-Unis, Novembre 2014).  Pour informer la population des risques du climat des conférences seront organisées dans les institutions publiques (écoles) mais aussi dans les différentes entreprises.

Une taxe serait imposée par l’Etat sur le forage de pétrole. Cette taxe mettrai en place un prix par rapport à un nombre de litres extraits. L'argent de cette taxe serai distribuer à chaque états pour qu'ils puissent trouver un moyen pour réduire leurs émissions de gaz a effet de serre. De plus, l'extraction de pétrole en Alaska sera interdite car pour diminuer notre utilisation du pétrole, il faut d'abord arrêter d'en produire. Les lois sur l'environnement seront appliquer a tous les états des Etats-Unis.

- page 1 de 2