Pierre « Est-ce votre premier lycée ? »

M Bianco « Ce n’est pas mon premier lycée. J’ai déjà fait un lycée professionnel, un collège, un lycée du bâtiment[1], un lycée général avant. Mais ici c’est très différent. Le fait qu’il y ait toutes ces nationalités, toutes ces cultures, ça rend l’établissement très différent. Et puis, il y a des choses qui se font ici et ne peuvent être faites ailleurs, c’est bien. Il existe une certaine souplesse. Et puis un état d’esprit que j’aime bien. Bref, je suis content d’arriver ici. On est en France, c’est un lycée français et en même temps, il existe des aspects à part. »

 

Andreas  "Que pensez-vous du système des sections et comment ressentez-vous la coexistence avec les directeurs des autres sections?"

M Bianco « C’est pointu comme question ! Comment ça, la coexistence avec les directeurs des autres sections ? Selon vous je suis directeur de section  ? »

Andreas «Non, non, mais vous n’êtes pas le seul directeur. Il y a d’autres directeurs. »

M Bianco « Comment vous voyez les choses alors ? Ça m’intéresse »

Pierre « Ce n’est pas comme dans d’autres lycées il n’y aurait pas tous les directeurs de section, du coup vous n’auriez pas autant de collègues»

M Bianco «Sauf que le directeur du lycée c’est moi, hiérarchiquement, je n’ai pas d’autorité sur les directeurs des sections mais le seul directeur du lycée c’est moi, sans pour autant en faire une fierté personnelle. Mais on travaille bien sûr en bonne intelligence avec des gens qui sont très agréables. Cela implique un effort de coordination, d’écoute, des deux côtés. Il faut toujours essayer de se mettre à la place de l’autre pour être certain qu’on se comprend bien, que l’information passe bien. Cela ne peut pas se passer comme dans un lycée classique. L’effort de compréhension mutuel est encore plus important. Ça aussi d’ailleurs c’est une nouveauté, ici il n’y a que des sections.

Mais il y a une structure, il n’y a pas plusieurs directeurs, il y a un seul directeur, et des directeurs de section »

Pierre « Ça fait un peu comme un arbre généalogique. »

M Bianco « Si on veut, oui. Quand je dis que je suis le seul directeur on n’est pas dans un régime absolutiste[2], on est bien d’accord, ça fait longtemps que c’est fini, donc, je ne suis pas un chef suprême qui fait ce qu’il veut et qui donne des ordres à tort et à travers. Au niveau de la responsabilité globale de l’établissement, c’est moi qui en suis chargé, après, il y a une organisation très horizontale de l’établissement. C’est-à-dire que j’ai des ajointes, Mme Chappe, Mme Mellet, un pour l’école, M Filipppi, un pour les finances M Raynaud. Et puis, ça c’est complètement différent, des directeurs qui coordonnent chaque section et qui se trouvent aussi sur cet organigramme, comme sur un arbre généalogique, il existe des ramifications. Si on voit comme un tronc, mais à l’envers, et tout un tas de ramifications, c’est vrai que c’est un peu comme un arbre. »

 

César "Qu'est-ce que vous voudriez changer ou améliorer au lycée ?"

M Bianco « C’est toujours assez délicat de répondre à cela, parce que je ne voudrais pas donner l’impression qu’il y a plein de choses à changer. Mais on est quand même surpris par l’état des locaux. Là il y a vraiment un effort à faire. Tout le monde fait déjà des efforts depuis des années, mais il faut que ça continue pour que le lycée soit rénové, que les travaux commencent. Le lycée fonctionne très bien, c’est un excellent lycée, mais il n’est pas en bon état. Ce sera ma mission, continuer les efforts entrepris par mes prédécesseurs, les parents d’élèves, les élus...

Ensuite, en terme d’équipement, je veux qu’on continue à informatiser, et même qu’on accélère. Il faut que vous puissiez, ainsi que vos parents, consulter vos notes et vos cahiers de texte à distance. J’avais ça avant, et je n’ai pas envie de ne plus l’avoir, donc il va falloir qu’on le fasse.

Après, mais ce n’est pas un changement, il faut que nous cherchions toutes les façons d’intensifier les relations entre les sections et la partie française. Il y en a, mais il y a tellement de possibilités, de richesses qu’il faut les développer. Ça c’est important.

Une quatrième chose qui me tient à cœur, c’est le bien-être des élèves. Cela rejaillit aussi sur le bien-être des personnels. A commencer par les professeurs qui travaillent avec vous. Réfléchir à des pistes concernant l’espace, au temps dans le lycée, parce que les deux sont toujours un peu serrés.  C’est quelque chose qui intéresse chacun car les gens m’en parlent quand je les rencontre.

                J’aimerais bien aussi, parce que cela me motive, ici ou ailleurs, travailler sur l’engagement des jeunes, qu’ils aient des initiatives, qu’on les encourage quand ils ont des projets. Ce que vous faîtes, là, par exemple,  c’est très bien. »

 

César "Est-ce qu'il serait possible d'avoir des récrés et un temps de cantine plus long au collège?"

M Bianco « Je viens d’en parler. Il faut chercher les moyens de desserrer un peu le carcan de l’espace et du temps au lycée. Quand je dis un carcan, oui, c’est un peu ça quand même quand on regarde la vie de l’établissement. Par exemple j’ai beaucoup l’habitude d’aller en salle des profs, j’y vais, je regarde… Mais ici je ne peux pas, parce que les profs n’y sont pas, ils n’ont pas le temps. J’exagère évidemment, mais c’est un peu ça. Tout le monde passe au lycée, on n’a pas le temps de s’arrêter. Autre exemple, la cantine des primaires, c’est pareil, ils n’ont pas le temps de s’arrêter. Il faut qu’on réfléchisse pour trouver du temps. Récréation, pas récréation, ça mérite réflexion, effectivement. Mais attention, si on donne du temps, il faut libérer de l’espace. Le temps et l’espace vont ensemble. Si vous libérez les enfants et les jeunes, il faut qu’ils se mettent quelque part, parce que lorsqu’il fait beau, ça va, mais quand il fait mauvais, c’est compliqué. Vous voyez, tout se tient. »

 

Andreas "Que pensez-vous de l'idée de supprimer les notes au collège?"

M Bianco « Supprimer les notes ? Comment vous est venue cette idée ? »

Andreas « Ça m’intéresse »

M Bianco « C’est une idée intéressante, seulement cela ne peut pas être parachuté sans être réfléchi. Il faut repenser l’évaluation des élèves. Il ne suffit pas de dire qu’on le supprime, il faut penser ce qu’on met à la place, il faut que cela permette vraiment d’évaluer le niveau de l’élève. Mais je suis d’accord avec vous, si ne plus donner de notes permettait de mieux mesurer et d’encourager les progrès plutôt que les performances à un moment donné, c’est-à-dire un contrôle-une note, ça peut être très intéressant ça. Parce que parfois ça a un effet de pression parfois un peu inutile. Ceux qui ont toujours de bonnes notes, ça va, mais ceux qui n’en ont pas toujours peuvent le vivre un peu difficilement. Les professeurs aussi sont sous pression, on leur dit dans leurs obligations, il faut qu’il y ait tant de contrôles par trimestre, sous-entendu tant de notes. Et si elles n’y sont pas, le professeur n’a pas fait tout son travail. Alors parfois, ils pourraient (et j’ai été professeur) avoir tendance à faire un contrôle pour avoir une note. Mais on ne fait pas un contrôle pour avoir une note, mais parce qu’on pense que le moment est venu d’évaluer les connaissances des élèves, c’est à ça que ça sert normalement.

C’est une idée intéressante parce qu’elle permet de poser les bonnes questions. »

Andreas « Mais alors en un mot, vous êtes pour ou contre ? »

M Bianco (rire) « Je suis pour, notamment au début du collège, à condition qu’on ait un système  cohérent d’évaluation et qu’on sache ce qu’on met à la place. Mais pour les petits qui arrivent de l’école, dans un système qui tout d’un coup change et qui peut paraître un peu dur pour eux, si on peut changer, puis progressivement aller vers un système de lycée, qui évolue au cours de leur scolarité, cela pourrait être bien. Vaste chantier néanmoins. Et vous, vous êtes pour ou contre ?»

Andreas « entièrement pour »

M Bianco « vous avez de mauvaises notes ? »

Andreas « non »

M Bianco « C’est très bien, totalement désintéressé, en plus.»

 

Merci beaucoup M Bianco de nous avoir accordé un peu de votre temps.

 

Pierre E., César A. et Andréas S.



[1] Lycée du bâtiment : c’est un lycée où l’on enseigne les métiers du bâtiment

[2] Régime où le roi est le seul maître de tout