Depuis le mardi 29 octobre, à la grande joie de tous, quatre otages français ont été libérés au Sahel. Ces otages, retenus prisonniers depuis le 16 septembre 2010 ont servis aux terroristes d'AQMI monnaie d'échange. On ignore si l'Etat français ou leurs entreprises ont versé une rançon, même si Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense, a affirmé que l'Etat français ne négocie pas avec les terroristes.

Le 27 juin dernier, les terroristes ont envoyé une vidéo montrant les otages en vie et en bonne santé, sauf Thierry Dol qui expliquait qu'il était gravement malade. Depuis ce jour, aucun signe de vie n'était parvenu jusqu'à leur libération. Ils ont pu rentrer en France et les médecins affirment qu'ils vont bien mais ils devront être suivis psychologiquement car après si longtemps en captivité, ils sont surement troublés. François Hollande remercie l'armée et le président nigériens  car il pense que sans leur soutien, cela n'aurait jamais été possible.

 Ces quatre français ont été libérés mais deux autres  journalistes partis faire un reportage au Mali se sont fais assassiner quelques jours après. La radio a  d'abord indiqué qu'ils avaient été kidnappés puis a prévenu qu'ils avaient été tués,   certains journalistes ajoutant même que les meurtres furent ignobles. Une mauvaise nouvelle accompagne toujours une bonne puisqu'un français du nom de Francis Collomp retenu au Nigeria depuis 11 mois, a réussi à s'échapper du camp où il était retenu prisonnier.

Cependant ce n'est pas fini. Il reste sept otages français dans le monde. Notamment le prêtre Georges Vandenbeush retenu depuis un peu plus de quinze jours au Cameroun. Deux ont aussi été kidnappés au Mali le 24 novembre 2011, mais, un est mort, tué d'une balle dans la tête. Un autre a été capturé un an après au même endroit. En Syrie c'est pire, deux sont retenus depuis le 6 juin 2013 et deux autre depuis le 22 juin 2013 mais cette date n'est pas sure car l’enlèvement n'a été annoncé que bien après. Donc certains français ne se fient pas à cette date. Malheureusement, en approfondissant nos recherches, on remarque que quatre des sept otages français sont des journalistes qui ont été envoyés faire un reportage. A cause de ces crimes répétés, certains journalistes pensent que l'Afrique est dangereuse et refusent d'y aller. La liberté de la Presse semble en danger en Afrique et au Proche-Orient.

Pour s'informer sur les otages français encore retenus dans le monde, l'association Otages du Monde a créé cette page

Qui sont les otages français libérés le 29 octobre ? leurs portraits