20 mai 2014

UTILISATION DES BALADEURS MP4 Année 2013-2014

Voici le témoignage de l'usage des baladeurs par Julien Caneaux, professeur d'anglais au collège Van Gogh à Clichy :

Cette année, j'ai poursuivi le travail avec les lecteurs MP4, sans travail transdisciplinaire. Je n'ai plus expérimenté les enregistrements à domicile mais ai exclusivement travaillé en classe.

Certains élèves connaissaient déjà le travail avec les lecteurs, les autres ont vite pris le pli et globalement les élèves n'ont manifesté aucune gêne devant le micro et je n'ai essuyé aucun refus. J'ai inscrit l'utilisation des lecteurs lors de séances durant lesquelles j’expérimentais la différenciation pédagogique et le recours aux lecteurs m'a été très utile. Les élèves travaillaient alors en toute autonomie, ce qui me permettait de venir en aide à ceux qui en avaient le plus besoin.

Au retour des vacances de février, j'ai voulu rendre l'utilisation du baladeur encore plus banale. Ainsi, je n'ai pas créé de séquences autour des MP4 mais plutôt des séances qui nécessitaient leur utilisation par un ou quelques membres du groupe de travail, tout en laissant d'autres tâches plus  «ordinaires» à effectuer en parallèle par les autres membres. J'ai donc sciemment mis les lecteurs MP4 dans des bannettes au milieu des îlots de travail, avec les stylos et les papiers de brouillons. Nul élève ne s'en est ému, pas même ceux d'autres classes qui restaient une heure sans avoir à les utiliser.

Globalement, je referai les mêmes remarques que l'année dernière quant aux atouts de cet outil :

Gain de temps en classe pour le professeur et les élèves. (Mais pas à la maison pour le professeur, le temps de correction étant égal au temps d'écoute...)

Améliore l'autonomie des élèves.

• Rend tous les élèves actifs.

Désinhibe l'expression orale.

Donne du sens aux apprentissages en début de séquences, car ils sont réinvestis pour une tâche concrète, l'enregistrement.

• Un outil d’accompagnement à la différenciation pédagogique.

L'expression orale :

Entraînement, évaluation formative et sommative de l'expression orale dialoguée :

Lors d'un exercice ou d'une évaluation, l'usage d'un lecteur MP4 permet d'une part de gagner du temps et d'autre part d'améliorer la qualité globale des productions orales.

Un lecteur est nécessaire pour enregistrer la « conversation » entre deux élèves. Si tous les élèves doivent s'exprimer 10 minutes, je multiplie la durée de l'exercice par 2 (on estime que la parole est équitablement répartie) et l'exercice est terminé en 25 minutes (si l'on compte le changement de partenaire en cours d’exercice).

Ainsi une classe de 26 élèves peut s’entraîner deux fois et être évaluée en une semaine, alors que sans lecteur il faudrait environ 4 heures pour faire passer tous les groupes d'élèves. Cela me permet d'effectuer jusqu'à deux séances d'entraînement de 25 minutes et de faire à chaque fois un retour sur ce qu'il s'est passé. Les élèves peuvent s'écouter et se rendre compte de leurs erreurs, se corriger et s'autocorriger.

En termes de qualité de productions observées, outre le gain de temps qui permet un retour et un travail sur les productions d'entraînement, le fait de ne pas avoir à passer devant le professeur dans le silence obligé d'une classe semi-attentive désinhibe les élèves. Les plus timides s'adressent à un camarade qu'ils connaissent, les plus audacieux peuvent se laisser aller à des expérimentations et enfin les plus fantasques tentent des blagues afin de pouvoir faire rire leurs camarades s'ils viennent à écouter l'enregistrement ou parce qu'ils savent que je vais le faire in fine.

Entraînement, évaluation formative et sommative de l'expression orale continue :

Les élèves ont tous un lecteur MP4 et enregistrent leur production soit par groupe soit seul, selon la tâche.

En période d'entraînement, une séance entière peut être dévolue à l'enregistrement et à la correction ou à l'autocorrection.

Pour les évaluations, les élèves doivent produire un enregistrement en quelques minutes, avec ou sans préparation. Il est arrivé que je le fasse en fin de séance, mais cela se fait trop souvent dans la précipitation. Je préfère le garder pendant une séance d'évaluation des compétences écrites, durant laquelle les élèves enregistrent leurs productions.

La compréhension orale:

Cas de figure n°1 : L'élève travaille seul.

Ecoute d'un document adapté au niveau de l'élève ou bien identique à l'ensemble de la classe. Travail sur une fiche avec différenciation pédagogique (avec ou sans aide, avec ou sans indices, QCM ou réponses à rédiger sans amorces...).

Les élèves peuvent arrêter, reprendre, revenir en arrière comme ils le souhaitent.

Les élèves sont plus posés et cela permet des réponses plus complètes et un gain de confiance de la part des élèves qui abandonnaient rapidement ou bien par ceux qui laissaient le stress les envahir et demandaient sans cesse de rejouer la piste.

Cas de figure n°2 : L'élève travaille avec un camarade.

Chacun porte une oreillette et écoute simultanément le même document sur le même lecteur MP3. Les élèves font les pauses ensemble et s'interrogent sur leurs compréhensions personnelles et réciproques. Ils se corrigent et réfléchissent à leurs stratégies de compréhension.

Travail très intéressant surtout lorsque l'on aborde la prononciation (identification des syllabes accentuées par exemple). Un des deux élèves répète le mot entendu et l'autre valide la production.



04 décembre 2013

Présentation de Mme Dumet, professeur d'espagnol au collège de Sèvres

CDDP92_PDF-1.pdf

06 novembre 2013

Collèges Descartes d'Antony et Brossolette de Chatenay-Malabry

Mme Thelinge, professeur d'espagnol au collège Descartes à Antony et au collège Brossolette à Chatenay-Malabry propose une fiche créée cette année afin d'être plus efficace et de gagner du temps dans la correction des expressions orales en continu (EOC) des élèves après enregistrement sur les MP4 de la balado.

Cela peut aider des collègues qui, comme elle l'an dernier, mettent des heures à corriger et, au final, rechignent à utiliser cet outil très pratique.

Pour restituer le contexte, cette fiche est adressée à des élèves de 3ème à la fin de l'Unité 1 qui concernait les révisions de présentation, de conjugaison et accords et la famille.

A vous de jouer ! 

04 octobre 2013

Vidéo Langues Hauts-de-Seine Collège Guy Môquet à Gennevilliers

Voici un nouvel article qui illustre en vidéo le travail réalisé par les professeurs et les élèves du collège Guy Môquet à Gennevilliers. 

30 août 2013

Utiliser un ent en support à la baladodiffusion

Voici un petit article pour vous donner l'idée d'utiliser votre ent en support de vos usages de baladodiffusion. 

Dans cet article du café pédagogique, Mme Langlois-Bluem, professeur d'anglais en collège dans l'académie de Nancy-Metz, précise qu'elle utilise l'enc comme plateforme de baladodiffusion : 

" Les 3èmes sont équipés de baladeurs. Les pistes sonores sont hébergées sur l'espace dédié de l'ENT, où les élèves vont les télécharger, consulter les consignes d'écoute et de production et déposer ensuite leurs fichiers personnels. "

Vous pouvez voir à cette adresse un exemple vidéo de l'usage de l'ent en classe de langue par cette enseignante :

http://www.netjournees.fr/medias/videos-2013

12 juillet 2013

Le résultat du travail autour du conte réalisé par le collège Guy Môquet à Gennevilliers

11 juillet 2013

Résultats de l'enquête

09 juillet 2013

Des didacticiels vidéo

Sur la plateforme de formation à distance, Athena, des vidéos d'aide à l'utilisation du logiciel Balibom manager sont disponibles.

http://athena.ac-versailles.fr/course/view.php?id=882&page=4627

Visionnez comment récolter des enregistrements, enregistrer le son à partir d'internet, ou encore comment utiliser Format Factory.

04 juillet 2013

L'anglais avec la baladodiffusion par Mme Mas et Mme Le Coquil, collège Marguerite Duras à Colombes

               

Nous avons mis en pratique l'enseignement des compétences de l'oral en langues dans notre établissement dès le mois de mars 2013, peu après la réception de la mallette qui nous a été confiée par le Conseil Général suite à la sélection de notre projet basé sur le théâtre et l'expression orale.
Le didacticiel et la formation portant sur le logiciel Balibom nous ont permis de maîtriser les principaux aspects techniques de son utilisation assez rapidement. Les élèves ont intégré le fonctionnement des lecteurs mp4 et l'intérêt de cet outil dans leur apprentissage dès les premières séances. Ils n'ont cessé d'exprimer leur motivation quant à l'utilisation de la balado-diffusion en classe.

En cours d'anglais, la première utilisation de la mallette Balibom a eu lieu le 27 février en classe de 6ème Bilangue (classe pour laquelle le manuel est actuellement Round the Corner, Bordas 2006)


"Dans le cadre d'une séance sur CAN (la permission) les élèves devaient préparer chacun un dialogue, puis le jouer en pairwork avec leur voisin. Chaque binôme devaient donc jouer deux dialogues, et les élèves devaient chacun enregistrer un pairwork sur leur mp4 en se passant l'appareil.
" Can I eat three hamburgers? "
" Why?"


Pupil A écoutent un enregistrement sur la ville de Londres (Site audiolingua: Helena: London) et les Pupil B écoutent un enregistrement sur la ville de New York (Site audiolingua, Robert : New York). Ils doivent d'abord compléter la fiche de compréhension orale correspondant à leur enregistrement, puis poser des questions à leurs camarades sur le leur afin de compléter la deuxième partie de leur fiche.

Finalement, ils doivent enregistrer leur pairwork (chaque élève a un pairwork portant sur l'enregistrement de son camarade sur son mp4 à la fin de la séance) avant de rendre leurs baladeurs.

Théâtre et Langues en classe de 3éme,

 à laquelle j’avais ajouté des tableaux de vocabulaire.

Dans un premier temps, ils devaient recréer l’histoire en remettant les vignettes dans l’ordre. Lorsque cela était fait, ils devaient enregistrer leur histoire. Ils ont travaillé par groupe de 4 et certains ont désiré enregistrer une bande par groupe et d’autres enregistrer personnellement leur histoire.
Nous avons mis en pratique l'enseignement des compétences de l'oral en langues dans notre établissement dès le mois de mars 2013, peu après la réception de la mallette qui nous a été confiée par le Conseil Général suite à la sélection de notre projet basé sur le théâtre et l'expression orale.
Le didacticiel et la formation portant sur le logiciel Balibom nous ont permis de maîtriser les principaux aspects techniques de son utilisation assez rapidement. Les élèves ont intégré le fonctionnement des lecteurs mp4 et l'intérêt de cet outil dans leur apprentissage dès les premières séances. Ils n'ont cessé d'exprimer leur motivation quant à l'utilisation de la baladodiffusion en classe.
 En cours d'anglais, la première utilisation de la mallette Balibom a eu lieu le 27 février en classe de 6ème Bilangue (classe pour laquelle le manuel est actuellement Round the Corner, Bordas 2006 )
Dans le cadre d'une séance sur CAN (la permission) les élèves devaient préparer chacun un dialogue, puis le jouer en pairwork avec leur voisin. 
Chaque binôme devait donc jouer deux dialogues, et les élèves devaient chacun enregistrer un pairwork sur leur mp4 en se passant l'appareil. 
Exemple  : 
Pupil A : Can I eat three hamburgers ?
Pupil B : No, you can't.
Pupil A : Why ? 
Pupil B : Because it's not good for you.
Après avoir expliqué les modalités d'utilisation des mp4 et de la mallette, j'ai distribué les mp4 aux 24 élèves présents qui ont préparé leur pairwork à l'aide de leur workbook . Quand ils étaient prêts, ils pouvaient alors enregistrer leur pairwork
J'ai récupéré les enregistrements-en les synchronisant sur un seul mp4- correspondant au travail demandé après avoir trié les nombreux enregistrements superflus. J'ai finalement écouté les enregistrements et ai donné une correction écrite aux élèves - n'ayant pas le temps de leur faire une correction audio. 
Le 20 mars, nous avons à nouveau utilisé la mallette avec les élèves de 6ème Bilangue, cette fois pour un travail d'expression orale en continu. Les élèves avaient quelques minutes pour préparer un court texte sur leurs capacités et devaient ensuite s'enregistrer. Lors de cette seconde utilisation, les élèves étaient plus à l'aise avec le mp4 et ont fait moins d'enregistrements inutiles. Pour ce qui est de la correction, j'ai expliqué aux élèves leurs erreurs et leur ai fait prendre en notes les points à travailler. 
Cette façon de procéder était intéressante mais chronophage, j'ai donc décidé de corriger les élèves à l'oral et d'insérer mes corrections à l'aide du logiciel Balibom la prochaine fois. 
Mme De St Blanquat est venue observer cette même classe de 6ème Bilangue le 28 mai afin de se rendre compte du travail effectué en classe. Lors de cette visite, nous avons travaillé sur la séance suivante (bien trop ambitieuse, elle s'est en fait étalée sur 3 séances ! )
Placement des élèves pour l'activité de pairwork : Pupil A à côté de Pupil B.
-Distribution des mp4 (dans l'ordre alphabétique).
-Consignes. Pupil A (London) et B (NYC). Les élèves étaient divisés en 2 groupes les Pupil A  écoutent un enregistrement sur la ville de Londres (Site audiolingua: Helena: London) et les Pupil B écoutent un enregistrement sur la ville de New York (Site audiolingua, Robert : New York).
Ils doivent d'abord compléter la fiche de compréhension orale correspondant à leur enregistrement, puis poser des questions à leurs camarades sur le leur, afin de compléter la deuxième partie de leur fiche. 
Finalement, ils doivent enregistrer leur pairwork (chaque élève a un pairwork portant sur l'enregistrement de son camarade sur son mp4 à la fin de la séance) avant de rendre leurs baladeurs. 

Autres expérimentations en classe d'anglais : 

J'ai également travaillé avec cet outil en classe de 6ème (pairwork) et en classe de 4ème SEGPA (
  • travail sur un document vidéo: Mr Bean makes a sandwich compréhension orale et écrite, 
  • puis autre travail sur la lecture d'opération mathématiques, travail portant plus particulièrement sur la phonologie).

     Les élèves ont également été très motivés et ont exprimé leur volonté de poursuivre ce type de travail. Quel que soit le niveau des élèves, il y a toujours un intérêt à travailler avec cet outil qui leur permet de gérer leur temps, mais aussi d'interroger l'enseignant plus facilement, de façon plus individuelle. Je conclus que l'outil de balado-diffusion contribue à accroître la motivation des élèves et permet d'optimiser le travail par compétences et la pédagogie différenciée. Concernant l'année prochaine, aux vues des retours positifs des élèves et des bénéfices pédagogiques observés, j'ai prévu de l'utiliser avec tous mes niveaux (6è, 5è, 3è générales et segpa), mais aussi de l'inclure dans le projet SIEL Théâtre et Langues en classe de 3éme-projet retenu par le CG. Carole Le Coquil. »


Concernant l'espagnol, voici le bilan de Mme Mas . 

Nous avons reçu la valise en mars et je l’ai testé sur un petit exercice avec la classe de 4e arts plastiques.


Les élèves travaillaient sur la ville à partir de photos qu’ils avaient prises. En coordination avec le professeur d’arts plastiques nous avons demandé le travail suivant aux élèves
-
Choisir la photo qui vous plaît le plus et y associer un titre très court. Faire le même travail en créant une série de trois images associée à un titre court
-Enregistrer vos titres tour à tour, afin de
créer une bande son qui sera diffusée lors de l’exposition afin de créer une installation dans l’esprit de l’exposition Muntadas. 


Dans un deuxième temps, avec les 5e nous avons travaillé une séquence sur la maison-la famille. Le projet final consistait à imaginer une maison idéale à partir d’images projetées au mur. Ce travail est une évaluation en expression orale en continu.
-Définir où se situe la maison idéale.
-Dire de quoi est elle composée
-Donner le maximum de détails sur son architecture.

Ce travail a été fait sur mes deux classes de 5e et a donné lieu à des résultats très convaincants. Il m’a notamment permis de
faire parler avec plus d’aisance des élèves qui ne prennent jamais la parole d’eux-mêmes. Ils avaient vraiment le souci de bien faire et se sont enregistrés plusieurs fois afin d’obtenir le résultat le plus positif possible.
Avec ma 5e bilangue, j’ai utilisé cet outil en fin de
séquence sur les contes. Ils avaient une planche de bande dessinée de Blanche-neige à laquelle j’avais ajouté des tableaux de vocabulaire. Dans un premier temps ils devaient recréer l’histoire en remettant les vignettes dans l’ordre. Lorsque cela était fait, ils devaient enregistrer leur histoire. Ils ont travaillé par groupe de 4 et certains ont désiré enregistrer une bande par groupe et d’autres enregistrer personnellement leur histoire. Cet outil a été très pratique car il a permis de travailler avec eux l’intonation et la diction afin que leur production s’approche au maximum de la lecture d’un conte telle que l’on a l’habitude de l’entendre.

Enfin avec les
4e, nous avons travaillé une séquence sur les voyages et le récit de voyages. En fin de séquence je leur ai proposé une expression orale en interaction dans laquelle ils devaient reprendre le vocabulaire vu en classe et le point de grammaire sur le passé composé. Ils devaient imiter une conversation téléphonique dans laquelle ils raconteraient leurs dernières vacances au Mexique (ce qu’ils ont fait, vu, mangé ) Ce travail a très bien marché et les Mp4 ont été forts utiles d’abord pour donner un aspect véridique à la situation d’énonciation et ensuite parce qu’ils permettent de faire passer tous les groupes simultanément et ainsi éviter un des écueils de l’oral en interaction : la lassitude des élèves lorsque plusieurs groupes passent à la suite.

En somme je fais un
bilan très positif de cet outil qui procure une véritable aisance dans le travail de par l’autonomie des élèves que cela génère. Dans notre collège où les élèves sont assez difficiles à canaliser, le fait de travailler avec un outil moderne et de pouvoir individualiser le travail, a suscité un véritable intérêt de la part de certains élèves qui étaient totalement réfractaires à l’effort et à la participation. Pour l’année prochaine, je vais pouvoir adapter mes séquences dès le début de l’année en y intégrant dès septembre cet outil. Merci pour ce prêt fort précieux.

03 juillet 2013

Le Festival de Cannes en anglais par Mme Lanciaux au collège Jean Renoir à Boulogne-Billancourt

S'exprimer en anglais lors d'une vidéo 

- page 1 de 6