Depuis le début de l'expérimentation, les élèves ont été "consommateurs" de contenu sur l'iPad.

Ce qui m'intéresse désormais, c'est qu'il puissent à leur tour créer du contenu. Se pose alors le problème du nombre de tablettes... Les rendre auteurs en n'ayant qu'un iPad pour deux... il va falloir ruser !

Ou utiliser la faille pour en faire une force...

Dans le cadre de notre séquence sur L'Odyssée, les élèves se sont vu confier la réalisation d'exposés. L'expérience m'a montré que, lors de la présentation orale de ces derniers, l'attention de la classe était plus que fluctuante. L'idée m'était alors venue de les initier à la prise de notes afin qu'ils puissent garder une trace des propos de leurs camarades.

Tant que cette activité ne donnait pas lieu à une évaluation, les élèves ne jouaient pas vraiment le jeu et décrochaient rapidement. J'ai donc prévenu qu'à l'issue de la prise de notes sur tous les exposés, je donnerais un petit QCM pour vérifier si le travail avait été fait sérieusement. Du coup, les élèves passaient leur temps à TOUT écrire, de peur de manquer la réponse à une question future... levant la main à tout de bout de champ parce qu'ils étaient perdus... rendant la présentation des exposés extrêmement longue et souvent fastidieuse.

J'ai néanmoins décidé de retenter l'expérience avec les iPads pour voir si la saisie du texte grâce au clavier rendait la prise de notes plus aisée. Le travail en binôme s'est avéré positivement surprenant : naturellement, chaque groupe a déterminé lequel des deux élèves était le plus rapide pour taper sur l'iPad. Aussi spontanément, le second a développé une écoute plus attentive, filtrant les informations à noter et les relayant à son camarade.

Je suis convaincue que, de cette manière, chacun des deux s'imprègne davantage des informations données pendant l'exposé : l'un par l'écoute, l'autre par l'impact visuel de la prise de notes.

D'autre part, j'ai dans la classe un élève en très grande difficulté et qui maîtrise si mal le code écrit qu'il est très compliqué d'évaluer sa compréhension des textes ou encorede ce qui est dit à l'oral en classe. En observant sa prise de note, je me suis rendu compte que, pour la première fois, je comprenais à peu près aisément ce qu'il avait voulu dire. Bien sûr, l'écriture est phonétique et il me faut toujours lire à haute voix, mais je suis en mesure d'affirmer qu'il suit les exposés et en comprend l'essentiel (si l'on oublie l'idylle naissante entre Télémaque et les prétendants !). Et je gage qu'il réussira à se relire... si jamais il lui venait l'idée de le faire ! ;-) 

Voici un extrait pour se rendre compte (cliquez sur l'image pour lire) : 


Et un autre extrait (sur le même exposé) pour avoir un aperçu de ce que ça a pu donner avec un groupe ayant nettement moins de difficultés en langue. Je me leurre peut-être, mais je pense que les notes prises à l'écrit n'auraient pas été aussi importantes. Je vous promets que j'essaie de rester objective... :-)

D'un point de vue pratique, et afin de ne pas avoir à récupérer tous les fichiers Pages via iTunes, les imprimer et les redistribuer aux élèves, nous avons créé une adresse Gmail sur l'iPad afin que chaque groupe puisse s'envoyer son document au format PDF sur sa propre adresse mail.