Mais qui est donc David Pleurdeau ?

 C’est tout d’abord la personne qui avec Florent Détroit m’a d’emblée accordé sa confiance,  acceptant de nous emmener, Olivier et moi, sur le terrain namibien.

C’est aussi un formidable  préhistorien, maître de conférences en Préhistoire au MNHN. Après son doctorat (2001) sur la technologie lithique du Middle Stone Age en Afrique de l'Est,  il a poursuivi ses travaux sur la préhistoire africaine. Il coordonne actuellement des programmes de recherche et de fouille en Éthiopie et en Namibie.

Ses recherches portent plus précisément sur les comportements techniques des hommes du Middle Stone Age en Afrique de l’Est. Ainsi, en Ethiopie, il fouille des niveaux d’occupations humaines datant des cinquante derniers millénaires. Ses travaux en Namibie concernent en revanche une période plus récente.

Aujourd’hui, dans les missions qu’il entreprend l’aspect humain l’intéresse tout autant : la mise en  relation de personnes d’horizons différents et pratiquant des disciplines scientifiques variées lui paraît fondamentale dans le cadre d’une mission  réussie. Ainsi quand des chercheurs issus du monde des sciences humaines coopèrent avec d’autres issus du monde des sciences plus dures, il est heureux !

Il met d’ailleurs cet intérêt en avant quand il participe aux chantiers de fouilles de Bibracte où ces deux mondes fusionnent harmonieusement, pour le plus grand bonheur des étudiants présents.

Il est aussi heureux quand de jeunes étudiants, comme Marion l’accompagnent sur le terrain et qu’il parvient à leur insuffler le feu sacré. Parfois, le doute les étreint.Alors il Argumente et convainc sans faillir ces jeunes face à leur difficulté à trouver un poste de recherche dans un domaine aussi spécialisé.

Il est enfin conscient de l’enjeu patrimonial de ses recherches et reste très respectueux et précautionneux face aux questions et doutes que ses fouilles entrainent chez les populations locales.

Ce qui m’a frappé chez David, bien au delà de l’aspect scientifique où il excelle, c’est son engagement humain, lui le chercheur, au service de l’humanité, en répondant à la vieille question : d’où venons-nous ?

 La flamme de l’homme m’a brûlé, sa chaleur, son charisme et sa joie de vivre si simple et si évidente. Il est juste à sa place, au bon endroit, au bon moment.

 Après deux semaines passées à ses côtés, je suis revenu transformé, moi le vieux prof un peu blasé.

Ne change rien, David, trace ton sillon et continue à nous faire adhérer à ton beau projet, si humain.