Beckett en 3 points :

  1. Ses dates : 1906 - 1989
  2. Ses trois pièces les plus connues : En attendant Godot, 1953 ; Fin de partie, 1957 ; Oh! les beaux jours, 1963
  3. Prix Nobel de littérature en 1969, "pour son écriture, qui- sous des formes nouvelles pour le roman et le théâtre - dans le dénuement l'homme moderne acquiert son élévation" (discours de présentation)
    Beckett a cassé les principes de la tradition littéraire (personnage, intrigue, notion d'espace-temps), en mettant à nu le néant de toute création, de toute pensée, de tout langage humain.
    Beckett est souvent associé au Théâtre de l'absurde mais il n'appartient pas à une école. Il était visiblement un auteur à part, assez solitaire. Son premier succès bouleverse les codes théâtraux (En attendant Godot) : l'attente de l'action remplace l'action, les personnages sont à la dérive, le lieu indistinct, le dialogue terre à terre. Beckett met en scène la misère humaine, et le comique relève de l'expression de la douleur humaine.

Beckett figure au programme des Terminales L cette année, vous pourrez trouver de nombreuses informations à son sujet sur le net. Cliquez ici par exemple : http://www.etudes-litteraires.com/beckett.php

Infos sur En attendant Godot : (source : Dictionnaire de la littérature française, Bordas)

Genre : Tragi-comédie en 2 actes, créée le 3 janvier 1953 au théâtre de Babylone à Paris.
Cadre spatio-temporel : Sur les terres de Pozzo, une route de campagne d'où émerge un arbre. Epoque indéterminée.
Personnages : Estragon et Vladimir, dits Gogo et Didi, vagabonds, clowns, vieux amis ; Pozzo, maître élégant et prospère ; Lucky, son knouk, bouffon et esclave ; Godot, une "connaissance" d'Estragon et de Vladimir, visiteur potentiel.
Thématique et problématiques :

  • L'attente : symbole de l'espoir et révélateur du vide de l'existence ; comble l'absence d'intrigue
  • La parole : parodie de communication, décousue, absurde (source de comique de mots)
  • Godot : personnage providentiel valorisé par l'absence (< God : Dieu en anglais), point de repère dans le vide pour Estragon et Vladimir
  • L'amitié : Vladimir et Estragon meublent leur solitude par leurs disputes, leurs interrogations, les échanges de clichés et de lieux communs. Leur couple forme une parodie des numéros de clowns traditionnels fondés sur l'absurde, le pathétique et le rire

Réception de l'oeuvre : gros succès en France comme à l'étranger