12 mai 2010

Vendredi 12 mai

Pas cours de latin ce jour-là ! A lundi !

15 mars 2010

Les répétitions continuent !

Camille et Pierre proposent leur version des adieux d'Enée et de Didon : en anexe ci-dessous.

10 mars 2010

Carte heuristique rhétorique

Lundi 15 mars : construction d'une carte récapitulative (RDV salle 519).

Pour ce faire, rassemblez tous les documents utilisés :

- textes distribués de Cicéron et Quintilien

- manuel : fiches et textes (chapitres 1, 2 et 3) > apportez votre manuel !

Réfléchir à l'organisation de la carte : comment rendre compte de la rhétorique de l'Antiquité à nos jours d'après nos travaux ? quelles informations y faire figurer ?

07 mars 2010

Carte heuristique

Nous allons bientôt travailler sur le logiciel Freemind, logiciel de cartes heuristiques ; vous pouvez le télécharger ici pour pouvoir lire et construire des cartes sur votre ordinateur.

03 février 2010

Exercices de latin

Le site mesexercices.com propose des exercices interactifs : qu'en pensez-vous ?

22 janvier 2010

Le Gaffiot en ligne

Le site Lexilogos, que vous connaissez déjà pour le français, met en ligne le Gaffiot numérisé : ici.

Bon travail !

03 janvier 2010

Dela rhétorique à la communication : le projet

Voici le descriptif de notre projet :

Lire la suite...

02 janvier 2010

Textes littéraires utiles pour le projet

Les élèves ont pu consulter les ressources suivantes :

Concernant Enée et Didon : 

extraits de L'Enéide de Virgile ; vidéos d'extraits de l'opéra de Purcell (sur youtube)

Concernant Antoine et Marc-Antoine : 

extraits de la pièce de Shakespeare, Antoine et Cléopâtre (site inlibroveritas) ; extraits des Philippiques de Cicéron (site remacle)

Concernant Mithridate et Pompée :

extraits de la pièce Mithridate de Racine.

Concernant Ulysse et Eole : 

extraits de l'Odyssée et des Trachiniennes de Sophocle (personnalité d'Ulysse)

01 janvier 2010

Des questions rhétoriques

Les Catilinaires (I)  Quo usque tandem abutere, Catilina, patientia nostra ? Quam diu etima furor iste nos eludet ? Quem ad finem sese effrenata iactabit audacia ? Nihilne te nocturnum praesidium Palati, nuhil urbis vigiliae, nihil timor populi, nihil concursus bonorum omnium, nihil hic munitissimus habendi senatus locus, nihil horum ora vultusque moverunt ? Patere tua consilia non sentis, constrictam iam horum omnium scientia teneri coniurationem tuam non vides ? Quid proxima, quid superiore nocte egeris, ubi fueris, quos convocaveris, quid consilii ceperis, quem nostrum ignorare arbitraris ? O tempora ! O mores ! Senatus haec intellegit. Consul videt ; hic tamen vivit. Vivit ?

 Les Philippiques (III, 2) : Quo enim usque tantum bellum, tam crudele, tam nefarium, privatis consiliis propulsabitur ? Cur nonquam primum publica accedit auctoritas ? 

Extrait des Philippiques de Cicéron

Troisième Philippique (traduction du site remacle) :

Quel homme assez ignorant des affaires, assez peu soucieux du bien public, pour ne pas comprendre que M. Antoine, avec les forces qu'il pensait trouver à Brindes, marchant sur Rome, comme il nous en menaçait, ne se serait refusé aucun acte d'atrocité, lui qui a donné l'ordre de massacrer, dans la maison même de son hôte, à Brindes, les plus courageux et les meilleurs citoyens? et. comme ils expiraient à ses pieds, leur sang, le fait est notoire, alla rejaillir jusqu'au visage de son épouse. Lorsque, l'âme encore imbue de tant de cruautés, il revenait avec une haine encore plus implacable contre tous les gens de bien qu'elle ne l'avait été envers ses dernières victimes, qui de nous, Pères conscrits, ou quel homme de bien eût-il donc épargné? Et ce fléau, César en a délivré la république, sans prendre conseil que de lui-même, car cela n'était pas possible autrement. Oui, si la république n'eût eu César pour fils, par le crime d'Antoine, nous n'aurions plus de république. Oui, j'aime à le reconnaître et à le déclarer : si un adolescent n'eût, seul, arrêté les violentes et barbares tentatives de ce forcené, la république eût été totalement anéantie. Ainsi donc, Pères conscrits, puisqu'aujourd' hui, pour la première fois, nous avons pu nous réunir, et, grâce à César, librement émettre nos opinions, nous devons lui déléguer une autorité légale, afin qu'il puisse défendre la chose publique, non plus seulement par sa protection spontanée, mais en vertu de pouvoirs que nous lui aurons confiés.


Questions

1. Quelle image d'Antoine est présentée par Cicéron ? grâce à quels procédés ? pour quels effets ?

2. Comment l'extrait est-il construit ?

3. Quelles tournures de phrases choisissez-vous de relever pour les exploiter dans vos débats ? Pourquoi ?

- page 1 de 3