C’est l’histoire d’un vieil homme qui s’appelle Gocéné, un habitant de Nouvelle-Calédonie qui se rend voir de la famille dans la tribu de Tendo avec son ami Caroz. Il arrive devant un barrage tenu par des rebelles qui leur interdisent de passer quand ils voient un Kanak et un Blanc ensemble dans une voiture. Gocéné va voir les deux jeunes gens pour leur demander des explications sur le barrage et il décide de passer la nuit sur place. Il raconte son histoire vécue durant les expositions coloniales de 1931.

Les Français étaient venu le chercher  lui et d’autres membres de différentes tribus pour les exposer lors de  l’exposition coloniale de 1931 « la culture ancestrale de l’Océanie ». Une fois arrivés en France lui et les autres sont traités comme des animaux ils vivent dans un zoo avec des animaux, les gardes leur ordonnent même de pousser des cris et de se battre entre eux à moitié nus. Quand un jour, un groupe est obligé de quitter Paris, la femme de Gocéné faisant partie du groupe, Gocéné se met  à sa recherche avec son ami Badimoin.

J’ai aimé ce livre car il parle des années 1930 durant l’exposition coloniale et il dénonce la façon dont les Européens traitaient les personnes de couleur noire, mon seul reproche sur ce livre c’est qu’il parle plus de Gocéné à la recherche de sa femme que de l’exposition coloniale.

Mais j’ai aussi aimé le courage de Gocéné, un Kanack prêt à tout pour sauver sa femme Minoé avec l’aide de son ami Badimoin.      

 

TMB

Références :

Daeninckx, Didier. Cannibale. Magnard, 2001. 140 p.