Ô solitude amicale, par sa mort léguée. 
                                Tu me suis où que j'aille, sans jamais me lâcher.
                                Que je cours, que je fuis, je ne puis t'échapper,
                                Ma continuelle agonie finit par m'étouffer.

                               Quand je hurle mon désespoir, toi seule peux m'écouter,
                               Tu es mon seul auditoire, ma seule parenté.
                               Puisqu'un sens à ma vie, je n'ai pas su trouver,
                               De ma mort aujourd'hui, toi seul peux témoigner.