Si nos chers grands-parents
Venaient nous raconter
Les malheurs que longtemps
Ils ont dû endurer,
Ils sauraient évoquer
Leurs vies dans les tranchées,
Enterrés à moitié.
Baïonnette au canon
Il leur fallait marcher,
Avec leurs compagnons
Des combats meurtriers
Tous les jours ils livraient.
Combien sont revenus
De ces pauvres poilus?

Espérons que la paix
Si chèrement gagnée,
Ne sera plus troublée
Par ces conflits armés !

~Philladas~