"Ecrire en poésie"

Vive les poètes ! Vive le printemps ! Vive le printemps des poètes !

La religion

Fil des billets

Inch'allah de Grand Corps Malade

18avril

 Inch'allah

C’est un son plein de sourires dans un climat tendu
qui espère et respire dans cette époque tordue
c’est le son qui propose des virages des voyages,
des clameurs, des visages,
c’est le son des mariages

Refrain :
et si on chantait de toutes les couleurs
inch’allah
on va faire danser les corps et les coeurs
inch’allah
si on est tous ensemble, ça nous suffira
inch’allah
si nos voix se rassemblent on nous entendra
inch’allah, inch’allah, inch’allah, inch’allah

c’est le son qui éclaire, qui partage et rassemble,c’est les beaux quartiers qui dansent avec les grands ensembles
inch’allah
ceux qui souhaitent un pays convivial alors ils croient en une autre identité nationale
inch’allah
c’est le son qui reve en réalité et change les mentalités, tue la morosité
inch’allah
il invente, imagine et renverse les clichés établis et oublie leur tristesse
inch’allah
tous les codes sont bannis et révisés, on mettra des baggys jusqu’à l’elysée
inch’allah
plus de quotas dans le foot, ni ailleurs, peu importe la couleur on gardera les meilleurs
inch’allah
les blaireaux, les fachos c'est la même,c'est qu'en y en a beaucoup que ca pose des problèmes
inch’allah
on va marier nassim & delphine, pas seulement pour la rime , un second tour sans marine

Refrain :
et si on chantait de toutes les couleurs
inch’allah
on va faire danser les corps et les coeurs
inch’allah
si on est tous ensemble, ça nous suffira
inch’allah
si nos voix se rassemblent on nous entendra
inch’allah, inch’allah, inch’allah, inch’allah

c'est le son qui réécrit l'histoire, sortez tous dans la rue, on va chanter l'espoir
inch’allah
l'espoir que pourra changer ce monde, on s'crois'ra forcément puisque la terre est ronde
inch’allah
l'espoir que les choses puissent avancés, qu'on aime tous les accents quand on parle en français
inch’allah
l'espoir qu'un jour se sera normal, de voir des blog party a l'assemblée nationale
inch’allah
les képis policiers, les kippas, les chaddors, les casquettes a l'envers même combat
inch’allah
les bobos, les prolos, les bourgeois, les perdus, les nantys, les patrons, les cailleras
inch’allah
vous etes tous invités sur la piste, c'est la danse de demain quelque peu utopiste
inch’allah
mais cette epoque a besoin d'espoir, soyons un peu rêveur, faut y croire pour le voir

Refrain :
et si on chantait de toutes les couleurs
inch’allah
on va faire danser les corps et les coeurs
inch’allah
si on est tous ensemble, ça nous suffira
inch’allah
si nos voix se rassemblent on nous entendra
inch’allah, inch’allah, inch’allah, inch’allah

ya habibi
ya nacibi
ya hayeti
inch’allah 

ya habibi
ya nacibi
ya hayeti
inch’allah 

ya habibi
ya nacibi
ya hayeti
inch’allah 

ya habibi
ya nacibi
ya hayeti
inch’allah 

ya habibi
ya nacibi
ya hayeti
inch’allah 

inch’allah, inch’allah, inch’allah, inch’allah, inch’allah
Grand Corps Malade

Noël

2avril

Le ciel est noir, la terre est blanche ;

- Cloches, carillonnez gaîment ! -
Jésus est né ; - la Vierge penche
Sur lui son visage charmant.

Pas de courtines festonnées
Pour préserver l’enfant du froid ;
Rien que les toiles d’araignées
Qui pendent des poutres du toit.

Il tremble sur la paille fraîche,
Ce cher petit enfant Jésus,
Et pour l’échauffer dans sa crèche
L’âne et le boeuf soufflent dessus.

La neige au chaume coud ses franges,
Mais sur le toit s’ouvre le ciel
Et, tout en blanc, le choeur des anges
Chante aux bergers : ” Noël ! Noël ! ”

Théophile Gautier

La synagogue

2avril

Ottomar Scholem et Abraham Loeweren
Coiffés de feutres verts le matin du sabbat
Vont à la synagogue en longeant le Rhin
Et les coteaux où les vignes rougissent là-bas

Ils se disputent et crient des choses qu’on ose à peine traduire
Bâtard conçu pendant les règles ou Que le diable entre dans ton père
Le vieux Rhin soulève sa face ruisselante et se détourne pour sourire
Ottomar Scholem et Abraham Loeweren sont en colère

Parce que pendant le sabbat on ne doit pas fumer
Tandis que les chrétiens passent avec des cigares allumés
Et parce qu’Ottomar et Abraham aiment tous deux
Lia aux yeux de brebis et dont le ventre avance un peu

Pourtant tout à l’heure dans la synagogue l’un après l’autre
Ils baiseront la thora en soulevant leur beau chapeau
Parmi les feuillards de la fête des cabanes
Ottomar en chantant sourira à Abraham

Ils déchanteront sans mesure et les voix graves des hommes
Feront gémir un Léviathan au fond du Rhin comme une voix d’automne
Et dans la synagogue pleine de chapeaux on agitera les loulabim
Hanoten ne Kamoth bagoim tholahoth baleoumim

Guillaume Apollinaire

Ange divin, qui mes plaies embaume

2avril

Ange divin, qui mes plaies embaume,
Le truchement et le héraut des dieux,
De quelle porte es-tu coulé des cieux,
Pour soulager les peines de mon âme ?

Toi, quand la nuit par le penser m’enflamme,
Ayant pitié de mon mal soucieux,
Ore en mes bras, ore devant mes yeux,
Tu fais nager l’idole de ma Dame.

Demeure, Songe, arrête encore un peu !
Trompeur, attends que je me sois repu
De ce beau sein dont l’appétit me ronge,

Et de ces flancs qui me font trépasser :
Sinon d’effet, souffre au moins que par songe
Toute une nuit je les puisse embrasser.

Pierre de Ronsard

Pater Noster

30mars
Notre Père qui êtes aux cieux 

Restez-y 
Et nous nous resterons sur la terrre 
Qui est quelquefois si jolie 
Avec ses mystères de New York 
Et puis ses mystères de Paris 
Qui valent bien celui de la Trinité 
Avec son petit canal de l'Ourcq 
Sa grande muraille de Chine 
Sa rivière de Morlaix 
Ses bêtises de Cambrai 
Avec son Océan Pacifique 
Et ses deux bassins aux Tuilleries 
Avec ses bons enfants et ses mauvais sujets 
Avec toutes les merveilles du monde 
Qui sont là 
Simplement sur la terre 
Offertes à tout le monde 
Éparpillées 
Émerveillées elles-même d'être de telles merveilles 
Et qui n'osent se l'avouer 
Comme une jolie fille nue qui n'ose se montrer 
Avec les épouvantables malheurs du monde 
Qui sont légion 
Avec leurs légionnaires 
Aves leur tortionnaires 
Avec les maîtres de ce monde 
Les maîtres avec leurs prêtres leurs traîtres et leurs reîtres 
Avec les saisons 
Avec les années 
Avec les jolies filles et avec les vieux cons 
Avec la paille de la misère pourrissant dans l'acier des canons.

Jacques Prévert.

La Religion

19mars

Pourquoi croire en une religion ? 
Qui nous entoure tel un tourbillon ?
Nous fait-elle choir ?
Nous redonne-t-elle espoir ?

Islam, Christianisme, Judaïsme
Peu importe vos croyances !
Ne nous enterrons pas dans un profond égoïsme
Vivons ensemble avec nos différences 

Mehdi & Nicolas.