"Ecrire en poésie"

Vive les poètes ! Vive le printemps ! Vive le printemps des poètes !

La nature

Fil des billets

Préface

7mai

Bonjour chers lecteurs et lectrices,

Nous avons décidé de faire une anthologie sur le thème de la nature car c’est un sujet actuel et très présent dans notre vie.

 La Nature est un mot  qui a plusieurs sens fondamentaux : c’est tout d’abord la composition et la matière d'une chose (ce qu'elle est, son essence) puis l'ensemble des phénomènes naturels et humains. Le mot « nature » vient du latin naturia ce qui signifie "ce qui existe depuis la naissance" ; il évoque donc à ce qui est dans son état natif, c'est-à-dire qui n'a pas été modifié depuis sa naissance.

Nous avons par conséquent créé plusieurs poèmes à propos  d’éléments comme le ciel, la montagne ou encore la forêt qui composent la Nature. Celle-ci reste une grande source de questionnement surtout à notre époque. Comment la protéger ? Comment éviter certains actes comme la déforestation ou la pollution ? Tant de questions qui agitent le monde entier.

Ainsi, afin de montrer la beauté et faire un éloge de cette grandeur qui est la Nature, nous vous adressons ces poèmes.

Bonne lecture !

Juliette & Aurélie 

Préface

20avril

Cher lecteur,

                Bienvenue dans notre anthologie de poèmes. Dans cette anthologie, tu vas découvrir dix poèmes sur le thème de la nature. Nous avons choisi la nature car c'est un thème qui nous tient à coeur, la nature n'est pas seulement belle, elle est aussi riche par sa diversité, étonnante, grandiose... Mais la nature représente aussi notre avenir, un avenir que nous devons préserver.

              Dans les poèmes que nous avons écrits, nous avons voulu te présenter les différents aspects de la nature ainsi que les richesses dont elle regorge. Mais nous avons aussi parlé des aspects négatifs comme les destructions qu'elle subit.

              Dans le florilège des cinq poèmes, tu pourras découvrir ou redécouvrir quelques uns des plus beaux poèmes sur la nature.Tu verras que les auteurs (Hugo, Apollinaire et Cendrars) et les thèmes sont très divers mais qu'il dressent tous l'éloge de notre thème.

Bonne lecture !

                                       Typhaine, Pauline et Léa.

Couchers de soleil

20avril

 

Couchers de soleil

Tout le monde parle des couchers de soleil
Tous les voyageurs sont d’accord pour parler des cou-
chers de soleil dans les parages
Il y a plein de bouquins où l’on ne décrit que les couchers
de soleil
Les couchers de soleil des tropiques
Oui c’est vrai c’est splendide
Mais je préfère de beaucoup les levers de soleil
L’aube
Je n’en rate pas une
Je suis toujours sur le pont
A poils
Et je suis toujours le seul à les admirer
Mais je ne vais pas décrire les aubes
Je vais les garder pour moi seul

Blaise Cendrars

Publié par Pauline, Typhaine et Léa

La forêt

20avril

La forêt

Avec ses arbres majestueux

Qui s'élancent jusqu'au cieux

La forêt est un hameau

Où se réfugient tous les animaux

 

Parfois elle devient menaçante

Et même les oiseaux qui chantent

Se taisent pour laisser place à la nuit

Qui surgit sans un bruit

 

Elle est le refuge des fées

Qui changent de couleur les fleurs

Et transforment les arbres décoiffés

En êtres ensorceleurs

 

Pour nous faire évader

Dans le monde des elfes

Et nous laisser imaginer

Au plus profond de nos rêves

 

Léa, Pauline et Typhaine

Nature

17avril

 

Tu es si belle à regarder

On t'as pourtant pas mal abimée

Sans réfléchir aux conséquences

Parce que seul à notre avenir on pense

 

Tu peux songer au pire

Parce que toi aussi tu as ton mot à dire

Tornades, avalanches, ouragans

Tu dois y prendre du plaisir en nous regardant

Paniqué à l'idée de la destruction de nos constructions

Qui t'on fait mal à toi aussi par la déforestation

 

On ne t'a jamais demandé ton avis

Et on te le demandera surement pas

Mais peux-tu guider ces patries

A retrouver la belle Terre que l'on avait autrefois ?

 

Pauline, Typhaine et Léa

Aux arbres

2avril

Aux arbres

Arbres de la forêt, vous connaissez mon âme!
Au gré des envieux, la foule loue et blâme ;
Vous me connaissez, vous! - vous m'avez vu souvent,
Seul dans vos profondeurs, regardant et rêvant.
Vous le savez, la pierre où court un scarabée,
Une humble goutte d'eau de fleur en fleur tombée,
Un nuage, un oiseau, m'occupent tout un jour.
La contemplation m'emplit le coeur d'amour.
Vous m'avez vu cent fois, dans la vallée obscure,
Avec ces mots que dit l'esprit à la nature,
Questionner tout bas vos rameaux palpitants,
Et du même regard poursuivre en même temps,
Pensif, le front baissé, l'oeil dans l'herbe profonde,
L'étude d'un atome et l'étude du monde.
Attentif à vos bruits qui parlent tous un peu,
Arbres, vous m'avez vu fuir l'homme et chercher Dieu!
Feuilles qui tressaillez à la pointe des branches,
Nids dont le vent au loin sème les plumes blanches,
Clairières, vallons verts, déserts sombres et doux,
Vous savez que je suis calme et pur comme vous.
Comme au ciel vos parfums, mon culte à Dieu s'élance,
Et je suis plein d'oubli comme vous de silence!
La haine sur mon nom répand en vain son fiel ;
Toujours, - je vous atteste, ô bois aimés du ciel! -
J'ai chassé loin de moi toute pensée amère,
Et mon coeur est encor tel que le fit ma mère!

Arbres de ces grands bois qui frissonnez toujours,
Je vous aime, et vous, lierre au seuil des autres sourds,
Ravins où l'on entend filtrer les sources vives,
Buissons que les oiseaux pillent, joyeux convives!
Quand je suis parmi vous, arbres de ces grands bois,
Dans tout ce qui m'entoure et me cache à la fois,
Dans votre solitude où je rentre en moi-même,
Je sens quelqu'un de grand qui m'écoute et qui m'aime!
Aussi, taillis sacrés où Dieu même apparaît,
Arbres religieux, chênes, mousses, forêt,
Forêt! c'est dans votre ombre et dans votre mystère,
C'est sous votre branchage auguste et solitaire,
Que je veux abriter mon sépulcre ignoré,
Et que je veux dormir quand je m'endormirai.

Victor Hugo.

Publié par Typhaine, Pauline et Léa

Aux champs

2avril

Aux champs

 

Je me penche attendrit sur les bois et les eaux,

Rêveur, grand-père aussi des fleurs et des oiseaux;

J'ai la pitié sacrée et profonde des choses;

J'empêche les enfants de maltraiter les roses;

Je dit: N'effrayez point la plante et l'animal;

Riez sans faire peur, jouez sans faire mal.

Jeanne et Georges, fronts purs, prunelles éblouies,

Rayonnent au milieu des fleurs épanouies;

J'erre, sans le trouver, dans tout ce paradis;

Je les entends chanter, je songe, et je me dis

Qu'ils sont innattentifs, dans leurs charmants tapages,

Aux bruits sombres que font en se tournant les pages

Du mystérieux livre ou le sort est écrit,

Et qu'ils sont loin du prêtre et près de Jésus-Christ.

 

Victor Hugo

Publié par Typhaine, Pauline et Léa

Automne malade

2avril

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Automne malade

 

Automne malade et adoré

Tu mourras quand l'ouragan soufflera dans les roseraies

Quand il aura neigé

Dans les vergers

 

Pauvre automne

Meurs en blancheur et en richesse

De neige et de fruits mûrs

Au fond du ciel

Des éperviers planent

Sur les nixesnicettes aux cheveux verts et naines

Qui n'ont jamais aimé

 

Aux lisières lointaines

Les cerfs ont bramé

 

Et que j'aime ô saisons saisons que j'aime tes rumeurs

Les fruits tombants sans qu'on les cueille

Le vent et la forêt qui pleure

Toutes leurs larmes en automne feuille à feuille

Les feuilles

Qu'on foule

Un train

Qui roule

La vie

S'écoule

 

Guillaume Apollinaire, Alcools, 1930

Publié par Typhaine, Pauline et Léa

Le ciel

2avril

Le ciel

 

Ciel, quand il fait sombre

Ciel, tu grondes

Et je vois à travers l’ombre

Ta colère vagabonde

 

Ciel, laisse passer les rayons du soleil

Il y a dans tes cieux

Milles et une merveilles

Que tu ne montres qu’à ceux

Dont la vie aurait été perdue . 

juliette and aurélie 

Plaines et montagnes

2avril

Plaines et montagnes


 

Plaines verdoyantes ou montagnes périlleuses

Mes longues balades se perdent dans vos reliefs

Les montagnes, toujours dangereuses

Cachent en leur sein des secrets

Que seul le vent trahit.

 

Ces plaines longues et plates

Elles s’étalent dans l’horizon vaste

Mon regard égaré dans ces étendues

Malheur à celui qui se serait perdu.

Juliiiette && auréliiie