ad astra

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - olèbe

Fil des billets

04 mai 2012

Plébéiens vs patriciens

  • lutte politique dans la Rome antique entre les plébéiens (plebs) et les patriciens (patricii), dans laquelle les plébéiens ont cherché l'égalité politique. Elle s'est déroulée sur deux siècles et se termine en -287.

Lire la suite de l'article sur Wikipédia.

  • Avec la crise de la République à la fin du IIe siècle av. J.-C., ces pouvoirs donnèrent lieu à des débordements démagogiques, après trois siècles et demi de fonctionnement parfaitement équilibré.

    La fonction de défenseur de la plèbe des tribuns décline, et ils sont utilisés par le Sénat à partir du IIe siècle av. J.-C. : leur recrutement est orienté, ou un partisan au sein du collège bloque son fonctionnement en opposant son intercessio à l'action de ses collègues. En 120 av. J.-C., ils sont membres de droit du Sénat.

    Mais à partir de 150 av. J.-C., les tribuns de la plèbe deviennent les plus farouches adversaires du Sénat pendant la crise de la République.

    Une loi votée par Tiberius Sempronius Gracchus en 133 av. J.-C. permet la destitution des tribuns de la plèbe.

    Les réformes de Sylla décapitent le tribunat : perte du pouvoir d'intercessio, ils ne gardent que l'auxilium envers les citoyens isolés. Les plébiscites doivent être approuvés au préalable par le Sénat ; et enfin, les tribuns ne pourront plus exercer d'autre magistrature, ce qui transforme cette fonction en impasse.

    Cette réforme fut abrogée par Pompée et Crassus en 70 av. J.-C.

    Afin de pouvoir mener à bien leur politique, les tribuns se sont donnés le droit de procéder à l'exécution capitale. N'ayant pas de bourreau (les licteurs sont réservés aux magistrats constitutionnels), les tribuns de la plèbe traînaient eux-mêmes leur condamné qu'ils jetaient du haut de la roche Tarpéienne sans jugement, avec pour seule limite l'intercessio d'un autre tribun. La peine de mort pouvait être remplacée par une amende à la discrétion du tribun.

    Ce pouvoir rend le tribun supérieur au consul dans les limites de la ville : alors que les décisions de justice ou de coercition du consul sont toujours sous la menace d'une intercessio d'un tribun, le tribun lui, échappe totalement à une mesure de répression du consul.

    Avec la reconnaissance de la plèbe, les pouvoirs des tribuns augmentent : ils peuvent convoquer le Sénat ; leur pouvoir de justice devient un pouvoir de vengeur public, qui défend toute la cité, et le crime de perduellio s'étend à des délits de plus en plus éloignés de la fonction tribunitienne : les consuls qui ont mal réparti le butin, ou qui ont utilisé les légionnaires à des fins privées, ou qui ont fait la guerre illégalement, ou qui ont fui l'ennemi ; les dictateurs ayant procédé à la levée avec cruauté ; cependant, à partir du IVe siècle av. J.‑C., ils doivent utiliser la procédure comitiale :                                                             -enquête du tribun, qui déclare la culpabilité et prononce la peine de mort                                                                                 -les comices, réunis avec la collaboration d'un consul ou d'un préteur, infirment ou confirment (cas différent du tribunos appello ou de la provocatio ad populum).

          La fonction de tribun de la plèbe fut intégrée au cursus honorum par la lex Villia Annalis, qui régla en 180 av. J.-C. la succession   des magistratures et l'âge minimal à avoir pour accéder à chacune d'entre elles. Le tribunat est la première des magistratures, et il faut avoir 27 ans pour y accéder.

  • Article dans l'encyclopédie Agora, très intéressant car il étudie comment Cicéron et Tite-Live évoque patriciens et plébéiens dan sleurs oeuvres.