ad astra

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Bucoliques

Fil des billets

04 décembre 2011

Plan des Bucoliques

Première églogue
Deuxième églogue
Troisième églogue

Quatrième églogue (C. G.)
V.  1 à 17, Virgile est un prophète :

v1 à 3 : Il fait un appel aux Muses pour chanter .

v 4 à 17 : Il prédit la venue au monde d'un enfant venu du ciel grâce à la prophétie de Cumes. Cet enfant doit ramener l'âge d'or.

V. 18 à 47, Virgile est un visionnaire :

v 18 à 26 : Il raconte les premiers instants de l'enfant .

v 27 à 36 : Il raconte ce qu'il se passera lorsque l'enfant aura grandi, qu'il saura lire les exploits des héros et aura appris ce qu'est la valeur.

v 38 à 47 : Il parle de ce qui arrivera à la nature lorsque l'enfant sera homme.

V. 49 à 50 : Virgile prédit la carrière des honneurs pour l'enfant.

l. 51 à 59 : Il attend avec impatience l'arrivée de l'enfant pour pouvoir s'y confronter car personne n'ose le faire.

l. 60 à la fin : Il donne un conseil à l'enfant pour qu'il soit digne de son futur.

Cinquième églogue (M. B.)

(chant amoébée)

- v 1 à 15 :Ménalque et Mopsus, tous deux bergers, jouent de leur pipeau. Ménalque propose alors à Mopsus une joute poétique. Mopsus accepte, et décide de chanter ses propres vers.

- V 20 à 39 et 56 à 80 :Les concurrents présentent chacun un couplet de 25 vers consacrés à Daphnis, que Mopsus a choisi comme sujet de son chant, au lieu des thèmes habituels que lui suggérait Ménalque.

V 20 à 45 : Couplet de Mopsus. Il fait l'éloge de Daphnis, pâtre sicilien. Ce denier représentant la poésie pastorale, la déploration qui accompagne sa mort et la joie qui le glorifie sont des manière de'exprimer la puissance de cette poésie. Mopsus achève son chant avec les expressions :« connu jusqu'aux étoiles » et « gardien plus bel encore », qui accentuent l'admiration et l'éloge de Mopsus envers Daphnis.

V 56 à 80 : Couplet de Ménalque. Ce dernier sublime cette glorification du héros en décrivant, la jouissance de la nature, la profusion de nourriture, la beauté des vergers, la poésie des rochers... Ménalque complète l'éloge de Daphnis faite par Mopsus en élevant à chaque fois encore plus ce héros.

v 45 à 55 et v 81 à 84 : Après chaque tirade, chacun félicite l'autre avec respect, chacun se pensant plus faible que l'autre.

V 85 à 90 : Ils s'offrent alors mutuellement un pipeau ( Ménalque à Mopsus ) et une houlette ( Mopsus à Ménalque ),en guise de remerciement.

Sixième églogue
Septième églogue (R. F.)

      V. 1 à 5 : Mélibée raconte que Daphnis, Thyrsis et Corydon avaient rassemblé leurs troupeaux sous une yeuse bruissante et que Thyrsis et Corydon, deux chanteurs Arcadiens étaient prêts à s'affronter en vers.

      V.6 à 13 : Mélibée perd le mâle de son troupeau, un bouc, et Daphnis apparaît pour lui conseiller de ne pas s'inquiéter et d'observer la joute verbale entre Thyrsis et Corydon.

      V.14 à 20 : Mélibée hésite à partir à la recherche de son bouc et puis décide de rester observer les deux poètes s'affronter.

      V. 21 à 24 : Première réplique de Corydon. Il invoque les nymphes de Libéthra pour son chant et promet d'abandonner la musique (en faisant offrande de sa flûte à un pin) si elles refusent de l'aider,

      V. 25 à 28 : Thyrsis, lui, demande l'aide des bergers.

      V. 29 à 32 : Corydon fait des offrandes à Délienne.

      V. 33 à 36 : Thyrsis fait des offrandes à Priape.

      V. 37 à 40 : Corydon fait une déclaration d'amour à la nymphe Galatée.

      V. 41 à 44 : Thyrsis, lui, veut apparaître comme un être repoussant face à Galatée.

      V. 45 à 48 : Corydon demande à la nature de protéger son troupeau durant les grandes chaleurs de l'été.

      V. 49 à 52 : Thyrsis exprime sa sérénité lorsqu'il est en pleine nature.

      V. 53 à 56 : Corydon a dans l'idée que la nature s'agiterait si le bel Alexis quittait ses montagnes.

      V. 57 à 60 : Au contraire, Thyrsis pense que lorsque la terre est asséchée et que la nature meurt, la présence de Phyllis est nécessaire à la faire revivre.

      V. 61 à 64 : Corydon attribue un arbre à Iacchus, Alcide, Vénus et Phébus et dit que la préférence de Phyllis va vers les coudriers.

      V. 65 à 68 : Thyrsis donne son opinion sur les plus beaux arbres que l'on retrouve dans la nature, chacun associé à un contexte particulier, mais il leur préfère de loin la beauté de Lycidas.

      V. 69 à 70 : Mélibée explique à la fin de l'églogue que Corydon l'emporta malgré l'obstination de Thyrsis.

Huitième églogue
Neuvième églogue (C. S.)

Les personnages : Lycidas,et Moeris

Dans l'ensemble, l'églogue 9 fait écho à la première puisqu'ici aussi nous avons à faire à un dialogue entre deux bergers soit Moeris qui raconte à Lycidas l'expropriation de son ancien maître Ménalque.

Vers 4 à 6 : Moeris parle de l'expropriation en disant qu'un étranger qui, vient d'être propriétaire de leur domaine( «  ut possessor agelli » v,3), les chasse de ses biens (« Haec mea sunt, veteres migrate coloni »v 4) .

Vers 8 à 16 : l'expropriation était déjà prévue selon Lycidas et Moeris, cette idée est renforcée par la mention de l'aigle (« aquila » v 14 ) qui a une vie perçante et repère sa proie de loin, en faisant cette mention il dit que l'expropriation était déjà planifié et qu'il n'y a pas de raison de s'en étonner.

Vers 17 à 28 : les deux bergers se remémorent de la vie de campagne tout en idéalisant la nature.

Vers 30 à 36 : Lycidas dit que les Piérides (c'est un nom donné aux muses ) le fit poète.

Vers 37 à 44 ; Moeris tente de se rappeler un poème qui a pour sujet Gallatée ( une néréide c'est à dire une nymphe )

Vers 45 à 50 : Lycidas dit qu'il l'entendit la nuit dernière chanter à propos des moissons, soit le travail des paysans.

Vers 51 à 56 : Moeris commence à se faire vieux puisqu'il dit perdre la mémoire avec l'âge et ne peut plus chanter comme auparavant puisqu'il oublie les paroles .

V 57 à 69 : tous deux commençant à se faire vieux, donc pas très loin de la mort, chantent en l'attendant et attendent la venu de Ménalque.

Dixième églogue

01 décembre 2011

Neuvième bucolique

Les points de grammaire abordés : 

- les conditionnelles en SI : c'est ici 

(en construction) 

Première Bucolique

Les points de grammaire abordés : 

(en construction) 

Bucoliques, IX, v11 sq

Rappel : l'extrait de la neuvième bucolique que nous sommes en train de traduire : 

29 novembre 2011

Traduction de la neuvième églogue

(Captures d'écran du TNI)
Le texte a été coloré par une élève puis exploité en classe et modifié par les élèves. 
Attention, le groupe "molli...clivo" est donc à souligner de la même couleur.
Poursuivons : 
Tableau des adverbes corrélatifs (clic ! dans l'image) :